Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘épanoui’

Il a plu cette nuit (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 18 novembre 2018



 

Daniel Siguier  4da59p10002622

Il a plu cette nuit,
c’est la première fois que je regarde,
jusqu’au silence qui résonne.

Sac, ressac, je ne juge pas,
l’instant demeure,
l’écume transparente.

Je m’interromps comme je parle,
en la marée,
chaque jour y a-t-il un jour de plus?

Le ciel n’est jamais vide, le sol nous porte,
on n’aperçoit aucun arbre,
on sait pourtant qu’ils sont proches.

Une marge, un rivage,
il n’y a de secret que le visible
épanoui…

(Pierre Dhainaut)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Daniel Siguier

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Devant le volubilis épanoui (Bashô)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2018



 

Devant le volubilis épanoui
nous prenons notre repas
nous qui ne sommes que des hommes

(Bashô)

Illustration: Hokusaï

 

Posted in haïku, méditations, poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Ils se sont épanouis (Gonchûnagon Masafusa)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2018



Ils se sont épanouis,
Les cerisiers des pentes de ce pic
Aux sables accumulés!
O! que le brouillard des collines plus proches
Ne s’élève pas!

(Gonchûnagon Masafusa)


Illustration: Hokusaï

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si l’âge te fait neuve (Ibn Zaydûn)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2018




    
Si l’âge te fait neuve comme un croissant de lune,
l’astre épanoui te le cède en beauté.
Ah ! Par Celui qui me refuse le bonheur
d’être avec toi, après que tu m’as tant donné,
Chaque raison d’aimer me porte à une extase
qu’au grand jamais je n’aurais pu imaginer.
Dites à l’amour : « Va, cours à bride abattue » :
l’espace de mon coeur s’ouvre à perte de vue.

(Ibn Zaydûn)

 

Recueil: Pour l’amour de la Princesse (Pour l’amour de Wallâda)
Traduction: André Miquel
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Elle est brise embaumée (Ibn Zaydûn)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2018



Illustration: Oleg Zhivetin
    
Elle est brise embaumée qui vient guérir mon mal,
parfum délicieux, savoureuse haleine.

Elle me fait signe, d’un doigt délicat,
et va d’un pas gracieux, la magie relevant encore le fard de ses yeux.

Au creux de la ramure, elle rayonne, fidèle, dans la nuit,
lumière à l’état pur, tout imbibée de musc.

Quand, de sa paume ouverte, elle m’offre des fleurs de jasmin,
ce sont blanches étoiles que je cueille sur cette lune épanouie.

Corps habillé de grâce, être tout de douceur,
enveloppe de pur parfum, vin capiteux,

Elle berce mon coeur de mots que je savoure comme autant de rêves,
comme une rencontre, au bout de l’exil.

(Ibn Zaydûn)

 

Recueil: Pour l’amour de la Princesse (Pour l’amour de Wallâda)
Traduction: André Miquel
Editions: Actes Sud

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas une fleur épanouie (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
Pas une fleur épanouie
Qui ne crie au monde

Sa joie d’exister,
Sa certitude
Qu’elle est indispensable.

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Relier
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Passantes (Georges Brassens)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2018



Illustration: Jacques Dormont
    
Les Passantes

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu’on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu’on connaît à peine
Qu’un destin différent entraîne
Et qu’on ne retrouve jamais

A celle qu’on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s’évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu’on en demeure épanoui

A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraître court le chemin
Qu’on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu’on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré la main

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d’un être trop différent
Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D’un avenir désespérant

Chères images aperçues
Espérances d’un jour déçues
Vous serez dans l’oubli demain
Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu’on se souvienne
Des épisodes du chemin

Mais si l’on a manqué sa vie
On songe avec un peu d’envie
A tous ces bonheurs entrevus
Aux baisers qu’on n’osa pas prendre
Aux coeurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu’on n’a jamais revus

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir
On pleure les lèvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l’on n’a pas su retenir

(Georges Brassens)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE DÉPART DU PRINTEMPS (Xin Qiji)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2018



LE DÉPART DU PRINTEMPS

Ne supportant plus ni le vent ni la pluie
Le printemps accélère son départ
Je me lamente sur les fleurs précocement épanouies
A mon regret leurs pétales s’éparpillent

Ô ! Printemps, reste encore un moment !
Ecoute bien l’herbe douce
Qui se perd déjà dans son chemin de retour
Et qui s’ennuie de ton mutisme

Heureusement sous le toit l’araignée diligente
Tisse toute la journée sa toile
Pour cueillir des chatons de saule en vol

(Xin Qiji)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fleurs de nuit épanouies (Carolyn Carlson)

Posted by arbrealettres sur 17 décembre 2017




    
Fleurs de nuit épanouies
dans l’obscur
de qui êtes-vous le silence ?

(Carolyn Carlson)

 

Recueil: brins d’herbe
Traduction: Jean-Pierre Siméon
Editions: Actes Sud

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La robe de tissu d’or (Tou Ts’ieou-Niang)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2017




    
La robe de tissu d’or

Ne chéris pas tant la robe de tissu d’or,
Chéris plutôt les jours de ta jeunesse!

Les fleurs épanouies et prêtes à être cueillies,
cueille-les sans hésiter,

N’attends pas qu’elles ne soient plus,
pour cueillir les branches dénudées!

(Tou Ts’ieou-Niang)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :