Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘épanouissement’

Mouvements (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 2 mai 2019



Mouvements

Je passe
Une nuit légère et vaporeuse
Après un jour pesant
Sous un soleil de feu

Je me promène
Dans une aube timide
Comme une fille nubile
Et respire des odeurs vivantes

Je vibre
Dans un exil de luxe
Quand le soleil
Chauffe le ciel à petit feu
Et me réchauffe à peine
Dans le sentier griffé
De buissons épineux
Et piqué d’orties

Je gravis les hauteurs
Jusqu’à l’épanouissement
Voluptueux des eaux
Et j’y rencontre le silence
Quand le couchant colore
De rose l’horizon
Que toutes les vitres rutilent
Et que le village flamboie

J’éprouve le frisson
Du soir sur mon épaule
Une lune maussade brille
Sur une mer anxieuse
Et sous les nuages fissurés
La terre s’allonge sous le ciel

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le magnolia (Francis Ponge)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



Le magnolia

La fleur du magnolia éclate au ralenti
comme une bulle fermée lentement dans un sirop à la paroi épaisse qui tourne au caramel.
(A remarquer d’ailleurs la couleur caramélisée des feuilles de cet arbre)
A son épanouissement total, c’est un comble de satisfaction
proportionnée à l’importante masse végétale qui s’y exprime.
Mais elle n’est pas poisseuse :
fraîche et satinée au contraire,
d’autant que la feuille paraît luisante, cuivrée, sèche, cassante.

(Francis Ponge)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Mon corps craquait sous toi (Pierre Béarn)

Posted by arbrealettres sur 11 mars 2018



Mon corps craquait sous toi
et tu plongeais tes torches de feu dans ma nuit.
Entre ronces et chardons je devenais
la gaine de ton plaisir ;
cendres chaudes dans l’animal épanouissement.
L’exaltation de ta volupté
me peuplait et me dépeuplait.
Je ne suis plus qu’une brûlure.

Tu m’irradies
et je sens dans mon ventre une irruption d’étoiles !

(Pierre Béarn)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La bonne humeur (Denis Diderot)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2017




    
La soirée n’est jamais plus belle pour moi
que quand je suis content de ma matinée.

***

La bonne humeur
est l’épanouissement de l’âme contente.

(Denis Diderot)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Soir intense (Grégoire Le Roy)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2017




    
Soir intense

C’était un soir d’étranges extases,
Un soir où les roses trop écloses
Se mouraient d’épanouissement,
Comme meurent les roses des vases.

C’était un soir où même les choses
Semblaient mourantes étrangement
Et comme lentes, évanouies,
D’être, en ce soir, trop épanouies.

Et nous vîmes tomber des pétales
Dans l’attente amoureuse des heures
Et nous gardons à jamais au cœur
La langueur de ces heures fatales.

Car jamais tes lèvres de bonheur
Ne seront plus douces ni meilleures
Qu’en ce soir de trop lentes extases
Où les roses, trop épanouies,
Se mouraient d’extases inouïes,
Ainsi que les roses dans les vases.

(Grégoire Le Roy)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La région du milieu du ciel (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



La région du milieu du ciel, où respire l’esprit, rayonne de musicale lumière;
Parmi l’épanouissement de la pure et blanche musique,
c’est là que mon Seigneur prend ses délices.
Dans le resplendissement prodigieux de chaque cheveu de son corps,
l’éclat de millions de soleils et de lunes est perdu.
Il est une cité sur la rive, où le nectar pleut et ruisselle dans un épanchement sans fin.

Kabîr dit : « Accours, ô Dharmadas ! et contemple le Durbar de mon puissant Seigneur. »

***

The middle region of the sky, wherein the spirit dwelleth, is radiant with the music of light;
There, where the pure and white music blossoms, my Lord takes His delight.
In the wondrous effulgence of each hair of His body,
the brightness of millions of suns and of moons is lost.
On that shore there is a city, where the rain of nectar pours and pours, and never ceases.

Kabîr says : « Come, O Dharmadas ! and see my great Lord’s Durbar. »

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous sommes en avant tout à fait comme cela (Rainer Maria Rilke)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2016



Nous sommes en avant tout à fait comme cela.
De bénisseuses nostalgies.
C’est au loin, dans les fonds éclatants, qu’ont lieu nos épanouissements.
C’est là que sont mouvement, volonté.
C’est là que se situent les histoires dont nous sommes des titres obscurs.
C’est là qu’ont lieu nos accords, nos adieux, consolation et deuil.
C’est là que nous sommes, alors qu’au premier plan, nous allons et venons.

(Rainer Maria Rilke)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

Illustration: Valentine Hugo

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :