Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘éparse’

Soir tropical (Ida Faubert)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2019



 

palmiers

Soir tropical

Le soir est lumineux; le soir est tendre et beau.
Le soleil s’est éteint; la lune est sur les roses.
Une langueur pénètre au coeur même des choses…
Et les grands palmiers noirs rêvent au bord de l’eau.

Les jasmins ont mêlé leurs branches étoilées
Aux lianes en fleurs. L’haleine de l’été
Caresse les fruits lourds. La grave volupté
Laisse traîner son voile au détour des allées.

Là-bas, sur le chemin, pas un chant, pas un bruit.
Rien ne trouble la paix d’un bonheur qu’on écoute…
Viens sentir les parfums sur le bord de la route,
Et respirer mon âme éparse dans la nuit.

(Ida Faubert)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le froid te pénètre et t’éveille (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2019




Illustration: ArbreaPhotos
    
Le froid te pénètre et t’éveille,
tu es multiple et vide, te voici
dans les paroles éparses, dans un vertige

Qui n’a pas de centre, tu n’es
personne, dispersé dans l’absence.

Perdu. sans lieu, naufragé de quel
voyage, dans la fraîcheur nouvelle
du plus vaste oubli.

(Lionel Ray)

 

Recueil: Comme un château défait suivi de Syllabes de sable
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tant d’éparses feuilles (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




Tant d’éparses feuilles
Que fait choir la Sibylle
De l’arbre vivant.
Recueille qui le veut ses oracles,
Les croie qui peut —
Toutes les vérités mensonge
Sauf que l’amour à l’amour dans l’amour répond.

***

So many scattered leaves
The Sibyl shakes
From the living tree.
Gather who will her oracles,
Believe who may —
All truths are lies
Save love to love in love replies.

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Marche étanche (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
Marche étanche

Le vent s’ouvre
Ô brèche
Où mal guérir

Parfois
Ô chemin praticable
Vers l’intimité sûre

Porteuse
Mais par brûlures
Du passager profond

Ô tant d’éparses
Présences

Voix qui ont unifié

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le froid te pénètre et t’éveille (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018



Le froid te pénètre et t’éveille,
tu es multiple et vide, te voici
dans les paroles éparses, dans un vertige

Qui n’a pas de centre, tu n’es
personne, dispersé dans l’absence,

Perdu, sans lieu, naufragé de quel
voyage, dans la fraîcheur nouvelle
du plus vaste oubli.

(Lionel Ray)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration: Clara Lieu

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je m’enfonce très fort (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017




    
Je m’enfonce très fort les ongles dans la peau
pour me rappeler que je suis encore en vie
à l’heure où mes doigts craignent de se refermer
sur des os prêts à jouer le jeu de la mort.

Que me reste-t-il de quarante ans de regards,
sinon le souvenir de deux ou trois couchants
au-dessus de soirs presque sans date ni lieu,
de blés marchant la tête haute vers la nuit ?

Le soleil fait semblant de ne pouvoir sortir
d’un filet d’eau traversant pierres et chemins
ou des yeux d’une amoureuse pour qui se lève
le jour irremplaçable d’un visage d’homme.

Elle avance sans savoir que les murs s’éclairent
à l’approche d’un corps aussi bouleversant
que celui d’un navire en route vers la terre,
foudre vivante à quoi se brûle l’horizon.

La lumière éparse n’a plus d’autre support
qu’une main tendue venant tout droit de la nuit
et par laquelle ma chair rayonne et s’étend
très loin de ce point trop gris qu’est toujours le coeur.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE PASSÉ INDÉFINI (André de Richaud)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2017


 


 

LE PASSÉ INDÉFINI

Colonnes éparses pierres maudites épaves lavées
regardez-moi sanglant revenir à mon trou
La tombe ? Avenir bégayant… Tais-toi !
C’est à moi de parler encore
Les feux du matin
Les palmes balancées du soir
Tout ça donné pour un caillou
perdu dans les sables du couchant

Les neiges ont fondu
Les oiseaux se dispersent
Les yeux de ma douleur s’ouvrent au fond des bois
Toi, seule statue à la bouche scellée
Toi, seule gardes l’horrible secret…

Heureusement qu’il y a une voix verte qui fleurit toujours
au fond de la campagne.
Fais doucement ta ronde
l’oiseau rit dans le vent
Et le ciel et le monde
se parlent bien souvent… »

(André de Richaud)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Enlevé par l’oiseau (René Char)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2017


femme oiseau

Enlevé par l’oiseau aux éparses couleurs,
Et laissé aux forêts pour un travail d’amour.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Ni éclair ni cri (Jean-Claude Izzo)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017



 

Ni éclair ni cri,
seulement, dans la solitude du marcheur,
la révélation du rêve :
l’éveil à un voyage promis de toute éternité
dans la reconstitution des heures éparses.

(Jean-Claude Izzo)

Illustration: Alberto Giacometti

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les voix (Christine Bonduelle)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2017



Solidaires
les voix
à s’attendre

chercheuses
de chaque côté
du mur

remueuses
de pierres
à tâtons
perceuses
de jour
en trouées

éparses
étirant l’œil
à l’intérieur.

(Christine Bonduelle)

Illustration: Alberto Galvez

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :