Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘épine’

Puisqu’ici-bas toute âme (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2021



    

Puisqu’ici-bas toute âme

Puisqu’ici-bas toute âme
Donne à quelqu’un
Sa musique, sa flamme,
Ou son parfum ;

Puisqu’ici toute chose
Donne toujours
Son épine ou sa rose
A ses amours ;

Puisqu’avril donne aux chênes
Un bruit charmant ;
Que la nuit donne aux peines
L’oubli dormant ;

Puisque l’air à la branche
Donne l’oiseau ;
Que l’aube à la pervenche
Donne un peu d’eau ;

Puisque, lorsqu’elle arrive
S’y reposer,
L’onde amère à la rive
Donne un baiser ;

Je te donne, à cette heure,
Penché sur toi,
La chose la meilleure
Que j’aie en moi !

Reçois donc ma pensée,
Triste d’ailleurs,
Qui, comme une rosée,
T’arrive en pleurs !

Reçois mes voeux sans nombre,
Ô mes amours !
Reçois la flamme ou l’ombre
De tous mes jours !

Mes transports pleins d’ivresses,
Purs de soupçons,
Et toutes les caresses
De mes chansons !

Mon esprit qui sans voile
Vogue au hasard,
Et qui n’a pour étoile
Que ton regard !

Ma muse, que les heures
Bercent rêvant,
Qui, pleurant quand tu pleures,
Pleure souvent !

Reçois, mon bien céleste,
Ô ma beauté,
Mon coeur, dont rien ne reste,
L’amour ôté !

(Victor Hugo)

 

Recueil: Cent poèmes de Vivtor Hugo
Traduction:
Editions: Omnibus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La nuit (Paul Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2020



 

Victor Hugo  Le Pendu b384 [1280x768]

La nuit. La pluie. Un ciel blafard que déchiquette
De flèches et de tours à jour la silhouette
D’une ville gothique éteinte au lointain gris.
La plaine. Un gibet plein de pendus rabougris
Secoués par le bec avide des corneilles
Et dansant dans l’air noir des gigues non-pareilles,
Tandis que leurs pieds sont la pâture des loups.
Quelques buissons d’épine épars, et quelques houx
Dressant l’horreur de leur feuillage à droite, à gauche,
Sur le fuligineux fouillis d’un fond d’ébauche.
Et puis, autour de trois livides prisonniers
Qui vont pieds nus, un gros de hauts pertuisaniers
En marche, et leurs fers droits, comme des fers de herse,
Luisent à contresens des lances de l’averse.

(Paul Verlaine)

Illustration: Victor Hugo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le jour je chantais avec toi (Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2020



Illustration: Josephine Wall
    
Le jour je chantais avec toi
et la nuit nous dormions dans le même lit.
J’oubliais ce qui était jour ou nuit.
Je pensais savoir qui j’étais
mais j’étais toi.

*

Ne t’attarde pas près d’un ami chagrin.
Si tu visites un jardin,
regardes-tu les épines ou les fleurs ?
Consacre plus de temps aux roses et au jasmin.

***

Durante el día estuve cantando contigo.
De noche dormímos en la misma cama.
No consciente ni del día ni de la noche.
Creí saber quién era,
pero yo era tú.

*

No te quedes mucho tiempo con un amigo triste.
Cuando vas a un jardín,
¿miras a las espinas o a las flores?
Pasé más tiempo con las rosas y el jazmín.

***

Durante il giorno cantavo con te.
Di notte dormivamo nello stesso letto.
Non potevo dire se fosse giorno o notte.
Pensavo di sapere chi fossi,
ma ero te.

*

Non sedere a lungo con un amico triste.
Quando sei in un giardino,
osservi le spine o i fiori?
Passa più tempo con le rose e il gelsomino.

***

Durante o dia, contigo cantei.
Na mesma cama, à noite, dormimos.
Do dia ou da noite não tinha consciência.
Pensava saber quem era,
mas eu não era eu, eras tu.

*

Não estejas muito tempo com um amigo triste.
Quando vais a um jardim,
olhas para os espinhos das flores?
Passei mais tempo com rosas e jasmins.

***

During the day I was singing with you.
At night we slept in the same bed.
I wasn’t conscious day or night.
I thought I knew who I was,
but I was you.

***

Do not sit long with a sad friend.
When you go to a garden,
do you look at thorns of flowers?
Spend more time with roses and jasmine.

***

Overdag zong ik met jou
en ‘s nachts sliepen we in hetzelfde bed.
Ik vergat wat dag was of nacht.
Ik dacht dat ik wist wie ik was,
maar ik was jou.

*

Blijf niet lang bij een droevige vriend.
Als je naar een tuin gaat,
kijk je naar doorns of naar bloemen?
Besteed meer tijd aan rozen en jasmijn.

***

Кун бўйи куйлашиб гадоинг бўлдим,
Тунда бир тўшакда фидоинг бўлдим.
Хушимда эмасдим на кундуз, на тун,
Ўзимдан воз кечиб, адоинг бўлдим.

*

Маҳзун дўстинг ила ташвиш оширма,
Боққа кирар бўлсанг, гулгун ёшингда.
Гулнинг тиконига боқмоқ не даркор,
Атиргул, ёсминлар турса қошингда.

***

***

白天我和你一起歌唱。
晚上我们睡在同一张床上。
我没意识到白昼的差异。
我以为我知道自己是谁,
但我就是你。

*

不要和悲伤朋友长久坐一起。
你去花园时,
你看花的刺吗?
花更多时间在玫瑰和茉莉花上。

***

***

Tagsüber sang ich mit dir
und nachts schliefen wir im gleichen Bett.
Ich vergaß was Tag war oder Nacht.
Ich dachte, ich wüsste, wer ich war,
aber ich war du.

*

Bleib nicht lange bei einem traurigen Freund.
Wenn du in einen Garten gehst,
schaust du dir Dornen oder Blumen an?
Verbringe mehr Zeit mit Rosen und Jasmin.

(Rûmî)

Recueil: Ithaca 595
Traduction: Français Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache / Espagnol Rafael Carcelén / Italien Luca Benassi / Portugais John Moyne, Coleman Barks, Maria do Sameiro Barroso / Anglais John Moyne and Coleman Barks / Néerlandais Germain Droogenbroodt / Tadjik Karim tarjimalari / Indi Jyotirmaya Thakur / Chinois William Zhou / Arabe / Allemand Wolfgang KlinckEditions: POINTS

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RICHESSE (Gabriela Mistral)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2020



Illustration: Higorca  
    
RICHESSE

J’ai le bonheur fidèle
et le bonheur perdu :
l’un en tant que rose
l’autre comme épine.
Ce qui m’a été dérobé
je n’en suis pas privé :
j’ai le bonheur fidèle
et le bonheur perdu :
et me voilà riche de pourpre
et de mélancolie.
Ah, quel amant que la rose
et que l’épine est aimée !
Ainsi que la double forme
de fruits jumeaux,
j’ai le bonheur fidèle
et le bonheur perdu.

***

RIQUEZA

Tengo la dicha fiel
y la dicha perdida:
la una como rosa,
la otra como espina.
De lo que me robaron
no fui desposeída:
tengo la dicha fiel
y la dicha perdida,
y estoy rica de púrpura
y de melancolía.
¡Ay, qué amante es la rosa
y qué amada la espina!
Como el doble contorno
de dos frutas mellizas,
tengo la dicha fiel
y la dicha perdida….

***

WEALTH

I have the faithful
and the lost bliss:
the one as rose,
the other as thorn.
What they stole from me
did not leave me properly less:
I have the faithful
and the lost bliss:
and I’m rich of purple.
and melancholy.
Oh, what a lover is the rose
and how beloved the thorn!
As the double contour
of two twin fruits,
I have the faithful
and the lost bliss.

***

***

BOGĂȚIE

O soartă mi-este dată
și alta înstrăinată:
întâi am trandafirul,
apoi mai am un spin.
Dar ce mi-a fost furat
tot mie-mi aparține:
căci am o soartă dată
și una înstrăinată,
în purpuri sunt bogată
și în melancolii.
Ah, pătimașă-i roza
și adorat e spinul!
Conturul se dublează
rodind îngemănat,
o soartă ce mi-e dată
și una înstrăinată.

***

REICHTUM

Ich habe das wahre
und das verlorene Glück:
das eine ist wie eine Rose,
das andere wie ein Dorn.
Was mir gestohlen wurde
hat man mir nicht geraubt:
Ich habe das wahre
und das verlorene Glück
und ich bin reich an Purpur
und an Melancholie.
Ach, welch ein Liebhaber ist die Rose
und wie geliebt der Dorn!
Wie der doppelte Umriss
von Zwillingsfrüchten,
Ich habe das wahre
und das verlorene Glück.

***

RICCHEZZA

Io ho la felicità devota
e la felicità perduta
una come rosa
l’altra come spina.
Di ciò che mi è stato rubato
non sono stato privato
Io ho la felicità devota
e la felicità smarrita
e eccomi ricco di porpora
e di malinconia.
Ah, chi non ama che la rosa
è amato dalle spine !
Così come la doppia forma
di frutti gemelli,
io posseggo la felicità devota
e la felicità perduta.

***

RIJKDOM

Ik heb het trouwe
en het verloren geluk:
het ene als roos,
het andere als doorn.
Wat mij werd ontvreemd
ben ik niet kwijt:
Ik heb het trouwe
en het verloren geluk:
en ik ben rijk aan paars.
en aan melancholie.
Ach, wat een minnaar is de roos
en hoe geliefd de doorn!
Zoals de dubbele vorm
van tweelingsvruchten,
ik heb het trouwe
en het verloren geluk.

***

RIQUEZA

Tenho a justa ventura
e a ventura perdida:
uma como rosa,
outra como espinho.
Do que me roubaram
não fui despojada:
tenho a justa ventura
e a fortuna perdida,
e sinto-me rica
de púrpura e melancolia.
Ai, que amante é a rosa
e que amado é o espinho!
Como o duplo contorno
de dois frutos gémeos,
tenho a justa ventura
e a ventura perdida.

***

财 富
我有忠实而
失去的幸福:
一个像玫瑰,
另一个像刺。
他们从我身上偷的东西
留给我的恰恰一样多:
我有忠实而
丢失的幸福:
我富于华丽文辞。
也易于忧郁。
哦, 这玫瑰是情人啊
这刺多么可爱啊!
就像两个并蒂
果实的双轮廓,
我有忠实的
失去的幸福…

(Gabriela Mistral)

 

Recueil: ITHACA 602
Traduction: Français Germain Droogenbroodt Elisabeth Gerlache / Espagnol (Chili) / Anglais Stanley Barkan / Indi Jyotirmaya Thakur / Roumain Gabriela Căluțiu / Allemand Wolfgang Klinck / Italien Renato Fiorito / Néerlandais Germain Droogenbroodt / Portugais Maria do Sameiro Barroso / Chinois William Zhou
Sonnenberg /Editions: POINT

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DÉSERT DE L’ARIZONA (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2020



nuit désert [800x600]

DÉSERT DE L’ARIZONA

Nuit d’épines et de menthe
Des plantes en laine de couteau
Aux longs poils sous le ventre
Du froid de l’herbe des épines
L’aveu de la lune et des étoiles
On ne peut pas tout comprendre.

(Paol Keineg)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

RENCONTRE (Langston Hughes)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2020



Annibale Carracci christ_carrying_the_cross _512

RENCONTRE

Je t’ai rencontré sur le sentier de ta mort,
Et c’est tout à fait par hasard
Que j’avais pris ce chemin,
Ne sachant pas que tu te rendais là.

Quand j’entendis la populace hurlante
Je voulus revenir,
Cependant par curiosité je restai
Sur son passage.

Dans la clameur
Soudain je me sentis faiblir
Mais je ne m’en retournai pas.

La meute hurlait si fort, pourtant elle était si faible
Semblable à un océan malade et sourd.
Sur ta tête tu portais des épines aiguës,
Tu ne me regardais pas.

Et sur ton dos,
Tu portais
Toute ma misère.

(Langston Hughes)

Illustration: Annibale Carracci

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si l’olive se souvient de son planteur (Mahmoud Darwich)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2020




    
Si l’olive se souvient de son planteur
Son huile se transformera en larmes
Oh ! sagesse des ancêtres, notre corps
pour vous deviendra un habit de protection.
On va éplucher les épines par nos cils
et on va couper la tristesse
et l’enlever de notre terre.
L’olivier conservera sa couleur verte à jamais
et rentrera dans la terre comme une arme

(Mahmoud Darwich)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE TEMPS (Marc Alyn)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020



LE TEMPS

Le temps est prisonnier d’une épine, on entend
La fleur rêver sans fin l’énigme de sa pourpre ;
C’est toujours le moment de dire ce qui veille
Sous la paupière close de l’automne.
On ajoute le rire à l’aigu des fontaines,
Une monnaie usée comme l’âme est le prix
De cette solitude aux portes de la rose.

(Marc Alyn)

Illustration: Kristoffer Zetterstrand

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VALSES (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2020




    
VALSES

Un prénom cendre d’un souvenir
lumière qui s’éteint et s’éteindra
nuage qui se dissipe déjà et pour toujours
Presque rien qu’un regret mort-né
auréole qui n’existait même pas
que dans les mains que l’on offrait
dans la douceur de l’automne
C’est l’hiver qu’on aimait
comme une valse lente d’autrefois
« Lorsque tout est fini »
ou bien ou bien ou bien
une autre valse chez un antiquaire
« Quand l’amour meurt »
Enfant on ne pouvait pas comprendre
ces refrains qu’on ne peut tout de même pas oublier
et qui demeurent comme une couronne d’épines
couronne de souvenirs oubliés

(Philippe Soupault)

 

Recueil: Poèmes et poésies
Traduction:
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vous montrerai un buisson (Srecko Kosovel)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2020



 

Alain Courtaigne Buisson-d__epines_m [1280x768]

Je vous montrerai un buisson,
ne demandez pas où il pousse,
Il pousse sur la lande, ou derrière les pins,
ou derrière les rochers, sur le Karst, ou dans mon coeur.

Il pousse dans les rêves qui voient l’horrible,
ou derrière les montagnes de l’avenir.
Il pourrait pousser partout, c’est-à-dire en moi.
Il pourrait ne pousser nulle part, c’est-à-dire auprès de moi.

Je vous montrerai un buisson, un buisson d’épines,
ne demandez pas où il pousse.

(Srecko Kosovel)

Illustration: Alain Courtaigne

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :