Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘éprouver’

Ce n’était pas la Mort (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017



Ce n’était pas la Mort, car j’étais debout
Et que tous les Morts, gisent –
Ce n’était pas la Nuit, car toutes les Cloches,
Langue dardée, sonnaient Midi.

Ce n’était pas le Gel, car sur ma Chair
Je sentais – ramper – des Siroccos –
Ni le Feu – car le seul Marbre de mes pieds
Eût gardé frais, un Sanctuaire –

Pourtant, j’éprouvais tout cela ensemble,
Les Formes que j’ai vues
Apprêtées, pour l’Enterrement,
Me rappelaient la mienne –

Comme si pour l’adapter à un cadre,
On eût rogné ma vie,
Et qu’elle ne pût respirer sans clé,
On aurait dit Minuit –

Quand tout ce qui tictaque – stoppe –
Et que partout – bée l’espace –
Ou que l’Affreux gel – aux matins d’Automne,
Abolit le Sol Palpitant –

Mais surtout, le Chaos – Sans bornes – froid –
Sans une Chance, ou un espar –
Ni même l’Annonce d’une Terre –
Pour justifier – le Désespoir.

(Emily Dickinson)


Illustration: Sabin Balasa

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’Étincelles notre rencontre (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017



D’Étincelles notre rencontre – Silex
Divergents – volant de tous côtés –
Notre séparation, une Hache
Le Coeur de la Pierre clivé –
Nous vivons de la Clarté qui fut Nôtre
Avant d’éprouver la Ténèbre –
Par sa différence avec cette céleste
Étincelle, révélée.

***

We met as Sparks – Diverging Flints
Sent various – scattered ways –
We parted as the Central Flint
Were cloven with an Adze –
Subsisting on the Light We bore
Before We felt the Dark –
We knew by change between itself
And that etherial Spark.

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu veux éprouver le bonheur d’aimer (Manuel Bandeira)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2017



 

Toshiyuki Enoki 143fe2

Si tu veux éprouver le bonheur d’aimer, oublie ton âme.
– C’est l’âme qui gâte l’amour. –
En Dieu seul elle peut trouver satisfaction,
– Non, dans une autre âme –
– En Dieu seul – ou hors du monde.

(Manuel Bandeira)

Illustration: Toshiyuki Enoki

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu éprouves vraiment de l’amour (Amma)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2017



Si tu éprouves vraiment de l’amour
dans ce que tu fais,
tu ne ressens pas la fatigue.

(Amma)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La tendresse inspirée par la mort (André Malraux)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



 

La tendresse inspirée par la mort
fait aimer les vivants qui l’éprouvent.

(André Malraux)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Il est une manière physique (Luc Bérimont)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2017



marine-jeannard-tendresse-terre-9

Il est une manière physique d’aimer la terre.
Cela s’éprouve comme un désir de corps.
Il vient un temps où les mots ne suffisent plus,
où la monnaie des singe des promesses ne dédommage plus le désir.

La nature est le ventre primordial.
Les blés, les eaux, les êtres jaillissent et retournent à sa nuit.

Les hommes exécutent leur danse verticale dans le soleil avant de s’allonger,
avant de se confondre dans cette pâte épaisse
pétrie de feuille sèches, de geais et de renards.

(Luc Bérimont)

 Illustration: Marine Jeannard

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nénufar (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



Les miroirs la disputent aux
rives de limon Elle éprouve à
voguer l’émoi des astres d’eau

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Remords (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



Le Remords

Un jour j’étais couché sur mon lit de repos,
Je lisais au hasard, et, jetant là l’ouvrage,
J’aurais pu, comme Hamlet, dire : « Des mots, des mots ! »
L’enfant vint, sur le mien il posa son visage.

Il voulut, — c’était là gentillesse de l’âge,
— Faire semblant de lire, et moi, d’un dur propos,
Je rudoyai l’enfant, et, lui tournant le dos,
De l’éloigner de moi j’eus le triste courage.

Pauvre enfant que m’a pris le destin inconnu.
Cet amer souvenir m’est depuis revenu,
Je vois ta grosse larme et ta petite moue;

Et j’éprouve un remords. Comme je donnerais
Mon futile savoir, et mes livres après,
Pour sentir, de nouveau, ton souffle sur ma joue.

(Hippolyte Lucas)

Illustration: Marie-Christine Thiercelin 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tu es faite pour habiter les fonds des mers (Antoine de Saint-Exupéry)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2017




Tu as un tel besoin d’un monde
où aucun geste ne laisse de trace,
tu éprouves une angoisse presque animale
à laisser ton pas sur le sable.

Tu es faite pour habiter les fonds des mers,
dont aucun mouvement ne dérange le cristal.

(parlant de Louise de Vilmorin)

(Antoine de Saint-Exupéry)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’ai cherché en vain (Soren Kierkegaard)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



 

J’ai cherché en vain, dans la mer sans fond des plaisirs
comme dans les profondeurs de la connaissance, une place où jeter l’ancre.
J’ai senti la force presque irrésistible
avec laquelle un plaisir tend la main à l’autre plaisir ;
j’ai senti la sorte de fausse exaltation qu’il peut faire naître ;
j’ai senti aussi l’ennui, le déchirement qui le suit.

J’ai goûté les fruits de l’arbre de la connaissance
et bien souvent, j’ai éprouvé la joie de les déguster.
Mais cette joie était seulement dans l’instant de la connaissance
et ne laissait aucune marque profonde derrière elle.
C’est comme si je n’avais pas bu à la coupe de la sagesse,
mais était tombé dedans.

(Soren Kierkegaard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :