Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘équation’

Il n’y a pas de fin heureuse (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2019



Illustration
    
Il n’y a pas de fin heureuse.

Au milieu,
le bonheur est improbable
et s’il survient,
il a presque toujours les yeux bandés.

À la fin,
les yeux n’ont pas besoin de bandeaux
pour ne pas voir.

Ne pas voir et ne pas être heureux
composent l’ultime équation.
Les autres équations possibles
tombent derrière la pensée
comme si un terrain plus fertile
les eût attendues là.

Il n’y a pas de fin heureuse.
La place du bonheur
a été occupée par un appel.
Et on ne sait même pas
si l’appel s’entend jusqu’à la fin.

***

No hay final feliz.

En el medio,
la felicidad es improbable
y si aparece
tiene casi siempre los ojos vendados.

Al final,
los ojos no necesitan vendas
para no ver.
No very no ser feliz

componen la última ecuación.
Las otras ecuaciones posibles
se caen detrâs del pensamiento,
como si alti las aguardara
un terreno más fértil.

No hay final feliz.
El lugar de la felicidad
lo ha ocupado un llamado.
Y ni siquiera sabemos
si el llamado se oye hasta el final.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est peut-être même le Juif authentique (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2019



Christ de Vélasquez [800x600]

Les murs ne tombent pas
[19]

Il est peut-être même le Juif authentique
sorti de Vélasquez ;

ces paupières chez Vélasquez
sont baissées sur des yeux

qui, ouverts, méduseraient, dérouteraient
et nous frapperaient d’un ancien sentiment de culpabilité

et de peur, mais la terreur de ces yeux
voilés dans leur agonie est terminée ;

je t’assure que les yeux
du crucifié de Vélasquez

te regardent à présent dans les yeux,
et qu’ils sont ambre et qu’ils sont feu.

[20]

Or il apparaît clairement
que le Saint-Esprit,

mystérieuse énigme de l’enfance
est le Rêve ;

cette voie d’inspiration
est toujours ouverte,

et ouverte à tous ;

il agit en intermédiaire, interprète,

il explique les symboles du passé
en images d’aujourd’hui,

il fusionne l’avenir lointain
avec la plus lointaine antiquité,

énonce économiquement
en une simple équation-rêve

la plus profonde philosophie,
divulgue le secret de l’alchimiste

et suit le Mage
dans le désert.

***

He might even be the authentic Jew
stepped out from Velasquez;

those eye-lids in the Velasquez
are lowered over eyes

that open, would daze, bewilder
and stun us with the old sense of guilt

and fear, but the terror of those eyes
veiled in their agony is over;

I assure you that the eyes
of Velasquez’ crucified

now look straight at you,
and they are amber and they are fire.

Now it appears very clear
that the Holy Ghost,

childhood’s mysterious enigma,
is the Dream;

that way of inspiration
is always open,

and open to everyone;
it acts as go-between, interpreter,

it explains symbols of the past
in to-day’s imagery,

it merges the distant future
with most distant antiquity,

states economically
in a simple dream-equation

the most profound philosophy,
discloses the alchemist’s secret

and follows the Mage
in the desert.

(Hilda Doolittle)

Illustration: Velasquez

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La révélation (Herbert Zbigniew)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2018




    
La révélation

deux ou trois
fois
j’ai été sûr

de toucher au fond des choses
de savoir
le tissu de ma formule
fait d’allusions comme le Phédon
avait aussi la précision
d’une équation d’Heisenberg

assis immobile
les yeux embués
je sentais mon épine dorsale
gagnée d’une claire certitude

la terre s’arrêta
et le ciel s’arrêta
mon immobilité
était presque parfaite

le facteur sonna
je dus rincer la théière
préparer du thé

Shiva leva le doigt
les objets célestes et terrestres
reprirent leur course

je revins dans la pièce
fini le calme parfait
l’idée du verre
s’était renversée sur la table

assis immobile
les yeux embués
empli de vide
soit de désir

si cela m’arrive encore
ni la sonnette du facteur
ni la clameur des anges ne me troublera

je serai assis
immobile
contemplant
le coeur des choses

une étoile morte

une goutte noire d’infini

(Herbert Zbigniew)

 

Recueil: Corde de lumières oeuvres poétiques complètes
Traduction: Brigitte Gautier
Editions: LE BRUIT DU TEMPS

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nostalgie, exaltation (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2017



Ghislaine Ameglio-Serre  Cana [800x600]

Les murs ne tombent pas
[31]

Nostalgie, exaltation,
pur noyau de cogitation brûlante,

notes dans une marge,
palimpseste indéchiffrable griffonné

de trop d’émotions contradictoires,
quête d’une définition finie

de l’infini, titubant vers
une vague expression cosmique,

sentiment évident,
dossier contenant un compte bancaire spirituel,

crédit-pertes indiqué bien trop crûment,
une débauche d’imagination non élaguée,

gribouillages d’équations psychiques numériques,
runes, superstitions, évasions,

invasion de la sur-âme dans une coupe
trop fragile, une jarre trop circonscrite,

un peu trop poreuse pour contenir l’écoulement
de l’eau-qui-va-être-changée-en-vin

aux noces ; quête stérile,
arrogance, suffisance, pitoyable réticence,

vantardise, intrusion d’allusions
inappropriées et affectées,

illusion des dieux-perdus, des démons ;
joueur d’éternité,

initié de la sagesse secrète,
épouse du royaume,

illusion, réversion des vieilles valeurs,
unité perdue, folie.

***

Wistfulness, exaltation,
a pure core of burning cerebration,

jottings on a margin,
indecipherable palimpsest scribbled over

with too many contradictory emotions,
search for finite definition

of the infinite, stumbling toward
vague cosmic expression,

obvious sentiment,
folder round a spiritual bank-account,

with credit-loss too starkly indicated,
a riot of unpruned imagination,

jottings of psychic numerical equations,
runes, superstitions, evasions,

invasion of the over-soul into a cup
too brittle, a jar too circumscribed,

a little too porous to contain the out-flowing
of water-about-to-be-changed-to-wine

at the wedding; barren search,
arrogance, over-confidence, pitiful reticence,

boasting, intrusion of strained
inappropriate allusion,

illusion of lost-gods, daemons;
gambler with eternity,

initiate of the secret wisdom,
bride of the kingdom,

reversion of old values,
oneness lost, madness.

(Hilda Doolittle)

Illustration: Ghislaine Ameglio-Serre

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’indicible (Andreï Makine)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



 

L’indicible ! Il était mystérieusement lié,
je le comprenais maintenant, à l’essentiel.

L’essentiel était indicible.
Incommunicable.

Et tout ce qui, dans ce monde,
me torturait par sa beauté muette,
tout ce qui se passait de la parole
me paraissait essentiel.

L’indicible était essentiel.

Cette équation créa dans ma jeune tête
une sorte de court circuit intellectuel.
Et c’est grâce à sa concision que, cet été,
je tombai sur cette vérité terrible :
 » Les gens parlent car ils ont peur du silence.

Ils parlent machinalement,
à haute voix où chacun à part soi,
ils se grisent de cette bouillie vocale
qui englue tout objet et tout être.

Ils parlent de la pluie et du beau temps,
ils parlent d’argent, d’amour, de rien.
Et ils emploient,
même quand ils parlent de leurs amours sublimes,
des mots cent fois dits,
des phrases usées jusqu’à la trame.
Ils parlent pour parler.

Ils veulent conjurer le silence… »

(Andreï Makine)

Découvert ici: https://direcestfaire.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

A… (Hannah Arendt)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2016



A…

Décharge mes souhaits de leur lourd chargement.
La vie est vaste et ne se presse pas.
Il y a beaucoup de pays sur cette terre
Et beaucoup de nuits sous le firmament,

Qui donc sait l’équation
De la vie, des souffrances ?
Peut-être qu’en des jours ultérieurs
Tout cela s’évanouira.

***

An…

Nimm meiner Wünsche schwere Last.
Das Leben ist weit und ohne Hast.
Es gibt viel Länder der Welt
Und viel Nächte im Zelt.

Wer weiss denn eine Waage
Des Lebens der Leiden?
Vielleicht wird in späteren Tagen
Sich dies alles scheiden.

(Hannah Arendt)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Alphabet (Inger Christensen)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2016



Alphabet

La vie, l’air que nous respirons existent
une légèreté dans tout, une égalité dans tout,
une équation, un énoncé ouvert et mobile
dans tout, et pendant que s’enflamme dans l’été précoce
arbre après arbre, une passion, une passion
dans tout comme si pour le jeu de l’air avec
la manne tombant il existait un croquis simple,
simple comme quand le bonheur a beaucoup d’aliment
et le malheur aucun, simple comme quand la nostalgie
a beaucoup de chemins et la souffrance aucun,
simple comme le lotus sacré est simple
parce qu’il est comestible, un croquis aussi simple
que ton rire qui dessine ton visage dans l’air

(Inger Christensen)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’unité ou la déchirure (Françoise Hàn)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2016



L’unité ou la déchirure

Dans l’opaque
il y a aussi des paroles intelligibles
des cristaux des sonnailles
des équations pareilles à des lingots d’or
justes et pleines
et tout brille à l’intérieur
des tourbillons de mondes non déployés
des myriades de tintements
serrés l’un contre l’autre

(Françoise Hàn)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Equation (Walter Helmut Fritz)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2016



Equation

Equation incertaine entre ce qui aurait été
possible et ce que nous avons raté ;
entre ce que nous avons rêvé et ce que
nous avons vu ; entre ce qui vit et ce que
la vie simule ; entre les choses
qui disparaissent et la résonance que
crée leur absence ; entre le mot et
son sens opposé ; entre ce que nous faisons
et ce dont nous nous détournons.

***

Gleichung

Ungewisse Gleichung zwischen dem, was möglich
gewesen wäre, und dem, was wir versäumten;
zwischen dem, was wir träumten, und dem, was
wir sahen; zwischen dem, was lebt, und dem,
was Leben simuliert; zwischen den Dingen,
die entschwinden, und der Resonanz, die ihre
Abwesenheit schafft; zwischen dem Wort und
seinem Gegensinn; zwischen dem, was wir tun,
und dem, wovon wir absehen.

(Walter Helmut Fritz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Max Mitenkov

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poème géométrique (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2015



Poème géométrique

La courbe du ciel et l’horizon comme tangente
Un arbre perpendiculaire à son image
Dans l’étang
La pluie oblique
Cube sur cube
Un oiseau au bec triangulaire
Son chant mis en équation

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :