Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘escadrille’

BAR DE L’ESCADRILLE (Max Olivier Bizeau)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2019




    
BAR DE L’ESCADRILLE

Au Bar-Tabac de l’Escadrille
Contraints par la guerre et ses lois
En fils d’un ciel où l’on s’étrille
Saufs, ils trinquent à leurs exploits

Au Bar-Tabac de l’Escadrille
Ils content, de retour du Nord
Les croix noires tombant en vrilles
Vers Dixmude, Ypres ou Nieuport

Au Bar-Tabac de l’Escadrille
Ils miment jusques au matin
Les entrechats de leurs quadrilles
Danseurs d’acier, tous feux éteints

Au Bar-Tabac de l’Escadrille
Chansons à boire, allègres trilles
Fusent pour conjurer le sort
De gueules d’amour, joyeux drilles
Qui font pieds de nez à la mort…

(Max Olivier Bizeau)

 

Recueil: Paris … en haïku et en brèves
Traduction:
Editions: La Simarre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un soir des champs (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015


perce_oreille

 

Le soir chausse en haute brousse
Les escarpins du sommeil.
Tournez, moulins, lourds de lune,
Gluants d’algues, de lamproies.

Un renard chasse en silence
Pointe, muse et glisse
Au ras de l’herbe et des ronces
Son museau de hareng saur.

La silencieuse rose,
Fleur des pluies, frémit tout bas;
L’escadrille des grenouilles
Fait battre ses gorges blanches.

Dans le sidéral hôtel
Où la bonne fait l’amour,
Eclatée de cornemuses
Vibrante comme un tambour,

Sous les gros édredons rouges
Les chalands sont endormis,
Lourds de rêves et de soupes,
Ecrasés de solitude.

Dormez vises, moi je veille
A la proue de vos destins,
Près du chat, du perce-oreille,
Sous la lampe du matin.

(Maurice Fombeure)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :