Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘étagère’

SILENCE (George Bacovia)

Posted by arbrealettres sur 1 avril 2019



SILENCE

Quoi de neuf ? Je passe ma nuit à lire
Et je crois bien être vivant, ma foi.
La lampe… Qui l’allume, la fait luire
Quand il est trop tard, maintenant pour moi ?

Sur l’étagère, une montre respire…
Puis-je ne pas savoir tout ce qu’on doit ?
Nuit…
La lampe… Qui l’allume, la fait luire
Quand il est trop tard, maintenant, pour moi ?

(George Bacovia)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les livres me regardent (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2019




    
Les livres me regardent des étagères,
ils me regardent mais n’ont pas besoin de moi.
Leurs regards muets
pourraient regarder ailleurs.

Personne n’a besoin de moi,
pas même moi n’ai besoin de moi,
mais quelque chose au fond de moi a besoin d’autre chose.

Personne n’a besoin de nous.
Pas même un dieu n’aurait besoin de dieu.
Mais au fond de tout quelque chose a besoin de quelque chose.
Et nous le savons.

***

Los libros me miran desde sus estantes,
me miran pero no me necesitan.
Sus miradas calladas
podrían mirar otra cosa.

Nadie me necesita,
ni siquiera yo me necesito,
pero hay algo en mi fondo que necesita otra cosa.

Nadie nos necesita.
Ni siquiera un dios necesitaría a dios.
Pero en el fondo de todo hay algo que necesita algo.
Y nosotros lo sabemos.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Timide (William Butler Yeats)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2019



Timide, la timide
Jeune fille de mon coeur,
Dans la lueur du feu
Se déplace l’air songeur.

Elle apporte les plats,
Et les met sur l’étagère.
J’irais bien, elle et moi,
Dans une île de la mer.

Elle apporte les bougies,
Et les rideaux éclaire,
Timide à contre-jour
Et timide dans le noir;

Et timide comme un lièvre,
Serviable et timide.
Je volerais, elle et moi,
Dans une île de la mer.

(William Butler Yeats)


Illustration: Edouard Manet

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le livre (Alain Boudet)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2018



Le livre

Le livre qu’elle regardait
rangé très haut sur l’étagère
ouvert pour la première fois
un jour d’effroi
malgré le ciel

Le livre ouvert sur des pays
aux formes simples
transparences

Celui qu’elle prend
toujours surprise

forme et couleur
comme un trésor

Ce livre
est devenu
son Louvre.

(Alain Boudet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

Fleurs de châtaignier (Keiko Niwa)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2017



chataignier1 

Fleurs de châtaignier —
Un livre dont je ne me souviens plus
est sur l’étagère

(Keiko Niwa)

Illustration

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Le livre (Jack Kerouac)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2017



Le livre
tient tout seul
Sur l’étagère

***

The book
stands all by itself
on the shelf

(Jack Kerouac)

Posted in haïku, méditations | Tagué: , , , , | 2 Comments »

HOMMAGE A FOLLAIN (Gérard Noiret)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017




HOMMAGE A FOLLAIN

Mélangé au café, son petit suisse écoeurait.
Comme prévenus de sa fin prochaine,
sa femme, son fils, détournant les yeux,
s’accordaient au-dessus de sa tête.
Au bout du compte, il ne reste rien,
ni de lui, ni des autres ; à part
le grand bol à motifs sauvé des cartons
chargés un après-midi venteux
par les Compagnons d’Emmaüs.
Entre un broc de cuivre et des boîtes à épices fêlées,
il triomphe sur l’étagère.

(Gérard Noiret)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous aimons donc, finalement, les aiguilles qui tournent (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2017



Nous aimons donc, finalement,
les aiguilles qui tournent.
Nous aimons qu’il soit l’heure de quelque chose,
après le hasard et l’amour
qui sépare en deux la maison.

Nous dînons avec des amis,
ajoutant des livres sur les étagères;
cela nous remplit de paysages.

Un dimanche, il y a des larmes,
la vie qui arrête
et qui brûle près de nous.

Nous regardons,
finissons notre repas
dans les ténèbres.

(Elise Turcotte)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sans que l’on y ait touché (Etsujin)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2016



Sans que l’on y ait touché
l’étagère s’est décrochée

(Etsujin)


Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

L’amour a commencé bien avant nous (Philippe Mac Leod)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2015



L’amour a commencé bien avant nous.
D’étage en étage,
il glisse le long des nues
scintille sur la goutte
qui lentement se forme
au bout de la branche,
puis roule au creux de nos mains.

L’amour vient d’en-haut.
Il est tout ce qui tombe,
tout ce qui plie ou descend.

Le cœur va vers le haut.
Il monte comme la flamme.
Il aspire vers le haut
pour le rejoindre à mi-chemin.

L’amour est simple.
Il dort dans les replis de nos travaux.
Entre nos gestes,
entre nos pensées hésitantes,
il emplit tous les vides
que nous laissons.

Il somnole sur les étagères.
Dans le désordre immobile
d’une après-midi silencieuse.

Plus léger, plus libre
et plus insaisissable
que les brefs éveils
qui parfois nous traversent
et font gémir nos chairs.

(Philippe Mac Leod)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :