Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘étincelle’

DESTIN D’UNE EAU (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2017



    

DESTIN D’UNE EAU

Où cours-tu, ru ?
où cours-tu, ru,
au fond des bois ?
agile comme une ficelle
tu coules liquide étincelle
qui éclaire les fougères
minces souples et légères
abandonnant derrière toi
la mobile splendeur des bois

où cours-tu, ru ?
où cours-tu, ru,
du fond des bois
tu te précipites à la mort
tu perdras tes eaux vivaces
dans un courant bien plus fort
que le tien qui se prélasse
au pied des fougères
minces souples et légères
ignorant sans doute tout ce qui t’attend
la rivière le fleuve et le dévorant océan

(Raymond Queneau)

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les eaux bruns, les eaux noirs, les eaux de merveille (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2017



les eaux bruns, les eaux noirs, les eaux de merveille
les eaux de mer, d’océan, les eaux d’étincelles
nuitent le jour, jurent la nuit
chants de dimanche à samedi

les yeux vertes, les yeux bleues, les yeux de sucelle
les yeux de passante au cours de la vie
les yeux noires, yeux d’estanchelle
silencent les mots, ouatent le bruit

eau de ces yeux penché sur tout miroir
gouttes secrets au bord des veilles
tout miroir, toute veille en ces ziaux bleues ou vertes
les ziaux bruns, les ziaux noirs, les ziaux de merveille

(Raymond Queneau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES BULLES DE LA TERRE (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2017



LES BULLES DE LA TERRE

Le marais, c’est l’orbite profonde
De l’oeil énorme de la terre.
Il a pleuré si longtemps
Qu’en larmes s’est vidé son oeil
Et s’est couvert d’une herbe pauvre.
Mais à travers herbes et ajoncs
Et le blanc duvet serré des cils
Passe une verte étincelle
Qui va s’éteindre au fond du marais.
Et alors, discutent dans les villages
Les sorciers et les sorcières hirsutes
Venus d’on ne sait où :
— Le marais se moque de vous !
— L’esprit malin vous appelle !
Et lorsqu’ils parlent ainsi,
Les vieillards font le signe de croix,
Les hommes mûrs, incrédules, rient,
Mais derrière les épaules des jeunes filles,
On voit clairement des ailes blanches.

(Alexandre Blok)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les chants des cigales m’encerclent (Yuki Honda)

Posted by arbrealettres sur 26 novembre 2017



 
    
Les chants des cigales m’encerclent
pareils à des étincelles —
Soudain seule

(Yuki Honda)

 

 

Posted in poésie, haïku | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand je mourrai! (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2017




    
Quand je mourrai!

Je voudrais pour linceul, non la toile aux plis raides,
Non point le lin blanchi parmi l’herbe des prés,
Mais un tissu plus doux aux doigts que du sang tiède,
Un lambeau d’un couchant pourpré.

Je voudrais me mêler à l’océan des seigles
Qui réfléchit le ciel en son déferlement;
Aux palpitations des sainfoins qu’un vent frêle,
En juin, berce languissamment;

Devenir l’or des blés fauchés qu’on enjavèle,
Le chaume ensoleillé où des moissonneurs las
Dressent les lourds gerbiers dont la cime étincelle
Et qu’entoure une ombre lilas.

Je voudrais, quand la lune en manteau d’améthyste
Vers le gouffre des puits se penche, m’écouler
Et sangloter unie aux plaintes de l’eau triste,
S’égouttant des joints descellés.

Je voudrais que mon âme errante s’évapore
Comme un parfum flottant de lavande et de buis,
Confondue au sourire éclatant de l’aurore,
Aux larmes que verse la nuit.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DEVANT SOI (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2017




    
DEVANT SOI

Les dernières étincelles au bout des barres
Étoiles
Les trajectoires se dispersent dans les rideaux du ciel
C’est l’ombre qui traîne
Le sous-bois est plus sombre
Il ne fait pas encore nuit
sur la route
Les arbres se sont endormis
Entre les murs quelqu’un appelle
et passe
Un éclair d’hirondelle
Les roues tournent en remontant
On n’écouterait pas ce chant
Dans l’air où les oiseaux se cachent
Des noms dans le temps qui s’effacent
Et seul celui qui reste
Entre les bras levés qui jamais ne se lassent
En attendant que quelque chose vienne
On ne sait quoi

(Pierre Reverdy)

 

Recueil: Main d’oeuvre
Editions: Mercure de France

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans les étincelles de mon émerveillement (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2017



    

Dans les étincelles de mon émerveillement, je vais vers toi
Et je t’implore :
Ni amant, ni locuteur
Autre que cet enfer généreux.

(Adonis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vers la nuit des images (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2017




    
Vers la nuit des images
Où nous partagions les rêves
Et les voiles
Des marins de l’amour
Et que nous découvrions leurs rivages :
Flux et reflux, nous nous élevons et nous descendons
Mon corps voyageait dans un navire
De nostalgie,
Et mes chants dans un navire
D’étincelles —

Vers la nuit des images

(Adonis)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PYRITE (Jacques Lacarrière)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2017



PYRITE

Foudre morte. Or du feu dans le soufre du fer.
Jeu des cubes initiés aux patiences du temps.
Arêtes vives où le désir s’ébrèche. Où la mémoire
brûle encore dans l’étincelle des cristaux.

(Jacques Lacarrière)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La conscience identique (Philippe Omsil)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2017



Le coeur d’enfant
est du coeur d’arbre
la même extase.

L’un, cette obstination de courage vain
à détourner le cours de la vie,
à renouveler sans cesse son étincelle.

L’autre, cet abandon à la nuit
de tout songe sans un cri,
sans même un murmure.

La conscience identique.

(Philippe Omsil)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »