Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘étoile de mer’

Il faut polir le creuset (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2017



Hommage aux anges
[8]

Il faut polir le creuset
et dans la coupe distiller

un mot des plus amers, mara,
un mot plus amer encore, mar,

mer, sel, brisant, séducteur,
donneur de vie, donneur de larmes ;

il faut polir le creuset
et poser le jet de flamme

en dessous, jusqu’à ce que mara-mar
aient fondu, fusionnent et se joignent

et changent et s’altèrent,
mer, mere, mère, mater, Maïa, Marie,

Étoile de la Mer,
Mère.

[9]

Amer, amer joyau
au coeur de la coupe,

quelle est ta couleur ?
que nous offres-tu

à nous, rebelles ?
qu’étions nous si tu en avais aimé d’autres ?

quel est ce mère-père
qui déchire nos entrailles ?

quelle est cette dualité insatisfaite
que tu ne peux satisfaire ?

***

Now polish the crucible
and in the bowl distill

a word most bitter, marah,
a word bitterer still, mar,

sea, brine, breaker, seducer,
giver of life, giver of tears;

Now polish the crucible
and set the jet of flame

under, till marah-mar
are melted, fuse and join

and change and alter,
mer, mere, mè re, mater, Maia, Mary,

Star of the Sea,
Mother.

Bitter, bitter jewel
in the heart of the bowl,

what is your colour?
what do you offer

to us who rebel?
what were we had you loved other?

what is this mother-father
to tear at our entrails?

what is this unsatisfied duality
which you can not satisfy?

(Hilda Doolittle)

Illustration: Marie-Claude Deyts

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Contemplant notre terre (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2016




Contemplant notre terre
comme puits à tessons
où le dieu moins eut permission du dieu un peu moins
pour en finir avec le bris de sa création maladroite
nous attendons le bang inverse
qui nous fera passer vers l’étoile de mer.

Et le plus vrai de notre vie
s’attache au carrelage abîmé de la cuisinière
où nous avons brûlé ce soir nos lettres d’amour.

(Marie-Claire Bancquart)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Echouée en la chair (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



échouée en la chair
carène
de quel navire
os
sous les étoiles de mer
des mains?

les volutes du coquillage
gardant secrète dans l’oreille
la huée
d’un ressac indéchiffrable
de sang

(Werner Lambersy)


Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MOUVEMENT DE VOILE (Christophe Real)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2015



MOUVEMENT DE VOILE

Si les poissons-clowns font rire les baleines
Si les bouées tintent sous le flot des proues
Si les pieds-de-biches jouent à tire-d’aile
A danser au rythme des requins-marteaux

Que les poissons-lunes éclairent l’abîme
Que l’étoile de mer colmate le rafiot
Que tes doigts d’oursin comme des algues vives
Caressent les vagues qui lorgnent ma peau

(Christophe Real)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les étoiles de mer (Bernard Dimey)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2015


etoiles_de_mer_021

Si les eaux de la mer, un matin, se retirent,
Nous dévisagerons tous les siècles éteints.
Le temps sera fini des larmes et du rire.
Si les eaux de la mer se retirent, un matin,

Nous irons ramasser des rames de galère
Pour y sculpter la forme exacte d’un violon
Qui chantera pour nous les hymnes de naguère
Comme les galériens vers les quatre horizons…

Les étoiles de mer fleuriront à miracle
En d’étranges jardins que nul n’a jamais vus.
L’océan garde en lui la magie du spectacle
Que les plus vieux poissons des grands fonds ont connu.

Jardins du fond des mers, où les noyés reposent
Avec leurs yeux ouverts qui ne pourront plus voir,
Regards éteints tournés vers le secret des choses,
Inconnus sommeillant sur un lit d’algues noires.

Les étoiles de mer sont vivantes et cruelles,
Qu’elles se ferment donc en silence sur eux,
Que la tête et le coeur nourrissent les plus belles:
Aucun matin du monde a-t-il désiré mieux?

(Bernard Dimey)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »