Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘étoiles’

Retouche à l’enfance (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2020



Retouche à l’enfance

maîtresse des puits
elle tire chaque nuit
seau à seau
les étoiles

(Daniel Boulanger)


Illustration: Anthony Browne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Nue sur ton lit bien chaud (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Nue sur ton lit bien chaud
Un oiseau de plaisir roucoule dans ta gorge
Tes seins pointent vers la fenêtre ouverte
Le vent vient les caresser
Avec les parfums de la campagne

Le soleil glisse sur tes cuisses
Sur tes hanches et sur ta poitrine
Le soir ton corps se couvre des couleurs du couchant
La nuit des étoiles cachent tes seins
Et leur clarté frissonne sur ton ventre
Quand tu te retournes
La lune jalouse le bas de ton dos.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Zinaida Serebriakova

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La prétention des étoiles (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2020



La prétention des étoiles
À couvrir la nuit.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’éclat de tes vingt ans (Christian Chandebois)

Posted by arbrealettres sur 23 décembre 2019


L’éclat de tes vingt ans

Dansent les étoiles dans le creux de tes mains
Quand le ciel et la mer fleurissent nos chemins
Par des soleils d’enfants, en tes yeux arc-en-ciel,
Que couvrent mes baisers dans le bleu de ton ciel…

Drapée dans ta robe océane qui m’enflamme
Et guide mon destin vers ton bel oriflamme,
Lorsque les vagues courent sur le sable d’or
Je m’approche de toi comme un conquistador.

Ta voix chante la mer sur les rochers d’argent
Pour m’appeler à toi, et ton corps émergeant
Dans l’habit de beauté qui fait gonfler mon coeur,
Distille sous ma peau la source du bonheur.

Vogue ton visage sur les eaux de mon âme
Et m’enivrant d’amour et de joie, je me pâme.

Dame de mes songes, sourire de printemps,
Tu donnes à mes ans l’éclat de tes vingt ans!

(Christian Chandebois)


Illustration: Sophie Anderson

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dis encore que tu m’aimes (Elizabeth Browning)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2019



Dis encore que tu m’aimes, une fois de
Plus encore. Bien que le mot répété
Te paraisse une chanson de coucou.

Souviens-toi que jamais sur les collines,
Vallées ou bois, sans accents de coucou
Ne vient le printemps dans toute sa verdure.

Aimé, dans l’obscurité accueillie
par l’esprit du doute, par le doute blessée
Je t’implore… « Dis que tu m’aimes . » Qui peut craindre
Trop d’étoiles, quand chacune tourne au ciel –
Trop de fleurs, quand chacune couronne l’an?

Dis que tu m’aimes… aimes … aimes – sonne l’écho
D’argent! – pour te rappeler seulement
De m’aimer en silence, de ton âme.

(Elizabeth Browning)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Femme multiple (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 8 septembre 2019



Femme multiple

Habillée de lumière
Ton sourire t’épanouit
Tu as des mains pour boire
Aux sources de la vie

Tu as des jambes à traverser les tempêtes
Et des seins à fendre les flots
Et dans ta robe à fleurs
Ton corps mûrit tous les désirs

Tes mains ouvrent des chemins
Et projettent de la tiédeur
Sur les vitres où se cognent
Des étoiles égarées
Tes yeux fascinent les pierres
Et pétrifient les oiseaux

Dans les frissons de l’aube
Tes regards piègent les êtres
Alors que des rayons errent sur ton corps
Qui s’imprègne de bien-être
Tu t’offres à la lumière
Le reflet de ta voix
Caresse l’écho du miroir
Sous la bénédiction des lampes

Toutes les choses sont belles de toi.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Louis Joseph Raphael Collin

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Secousse (Évelyne Trouillot)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2019


 


 

Jaya Suberg o1_400

Secousse

La terre a soulevé mon coeur
d’un mouvement sec et violent
elle l’a déchiré
éparpillant mille morceaux
comme larmes d’oiseaux errants
aux quatre vents de mon île
et depuis
chaque nuit
j’entends les battements
hésiter à mi-chemin
entre décombres
et étoiles

(Évelyne Trouillot)

Illustration: Jaya Suberg

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ton amour qui s’ouvrait (Christian Viguié)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2019



Ton amour qui s’ouvrait

Le matin tu sortais
S’épuisaient les miracles
l’eau gelée du seau
les étoiles éparpillées de la vitre

Ce n’était peut-être que ton étonnement
qui recomposait le paysage
ton amour qui s’ouvrait
avec les yeux de la neige.

(Christian Viguié)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La Dame (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2019



Mariejpg

Hommage aux anges
[28]

J’avais pensé à Gabriel,
au cycle de lune, à la coquille de lune,

au croissant de lune
et à la lune pleine :

j’avais pensé à Gabriel,
le régent de la lune, l’Ange,

et j’avais eu l’intention de le rappeler
dans la séquence de bougie et de feu

et dans la loi des sept :
je n’avais pas oublié

son attribut spécial
d’annonciateur ; j’avais pensé

à m’adresser à lui comme aux autres,
Uriel, Annaél ;

comment pouvais-je imaginer
que la Dame elle-même viendrait à sa place ?

[29]

Nous l’avons vue
dans le monde entier,

Notre Dame au Chardonneret,
Notre Dame au Candélabre,

Notre Dame à la Grenade,
Notre Dame à la Chaise ;

nous l’avons vue, une impératrice
magnifique dans sa pompe et sa grâce,

et nous l’avons vue
avec une seule fleur

ou un amas d’oeillets mignardise
dans un verre près d’elle ;

nous avons vu la résille
tirée sur ses cheveux,

ou son visage de profil
avec capuchon bleu et des étoiles ;

nous l’avons vue la tête courbée
sous le poids d’une couronne bombée,

ou nous l’avons vue, fillette menue
enchâssée dans un halo doré ;

nous l’avons vue avec une flèche, avec des colombes
et un coeur comme une valentine ;

nous l’avons vue dans la plus belle soie importée
des contrées du Levant,

et couvertes de perles venues
de la cité de Constantin ;

nous avons vu sa manche
dans toutes les couleurs imaginables

de damas et de brocart gaufré ;
c’est vrai,

les peintres se sont montrés généreux ;
c’est vrai, ils n’ont jamais raté une ligne

de la douce inclinaison de sa tête
ou de l’ombre subtile d’une paupière baissée

ou de paupières entrouvertes ; on la trouve
partout (enfin, on la trouvait),

cathédrale, musée, cloître,
ou palier de l’escalier du palais.

***

I had been thinking of Gabriel,
of the moon-cycle, of the moon-shell,

of the moon-crescent
and the moon at full :

I had been thinking of Gabriel,
the moon-regent, the Angel,

and I had intended to recall him
in the sequence of candle and fire

and the law of the seven;
I had not forgotten

his special attribute
of annunciator; I had thought

to address him as I had the others,
Uriel, Annael;

how could I imagine
the Lady herself would come instead?

We have seen her
the world over,

Our Lady of the Goldfinch,
Our Lady of the Candelabra,

Our Lady of the Pomegranate,
Our Lady of the Chair;

we have seen her, an empress,
magnificent in pomp and grace,

and we have seen her
with atingle flower

or a cluster of garden-pinks
in a glass beside her;

we have seen her snood
drawn over her hair,

or her face set in profile
with the blue hood and stars;

we have seen her head bowed down
with the weight of a domed crown,

or we have seen her, a wisp of a girl
trapped in a golden halo;

we have seen her with arrow, with doves
and a heart like a valentine ;

we have seen her in fine silks imported
from all over the Levant,

and hung with pearls brought
from the city of Constantine;

we have seen her sleeve
of every imaginable shade

of damask and figured brocade;
it is true,

the painters did very well by her;
it is true, they missed never a line

of the suave turn of the head
or subtle shade of lowered eye-lid

or eye-lids half-raised; you find
her everywhere (or did find),

in cathedral, museum, cloister,
at the turn of the palace stair.

(Hilda Doolittle)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En moi il insuffla son esprit (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2018



En moi il insuffla son esprit.
C’est pourquoi tout m’est si difficile.
Les étoiles passent par mon ciel et ne me laissent
aucun repos.
Et de par mon âme roulent les brumes obscures de la création.
Ma journée est emplie de lumière, ma nuit sans limites.
Je suis l’homme. A moi est arrivé l’effroyable.
Sa propre âme qu’il a insufflée en moi.

***

I mig blåste han in sin ande.
Därför är allting så svårt för mig.
Stjärnorna vandrar över min himmel och ger mig ingen ro.
Och genom min själ vältrar dunkla skapelsetöcken.
Min dag är full av ljus, min natt är utan gräns.
Jag är människan. Mig hände det fruktansvärda
att han blåste in sin egen själ i mig.

(Pär Lagerkvist)


Illustration: William Blake

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :