Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Eugène Guillevic)’

UN AUTRE (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2020



UN AUTRE

Comment peut-il se faire
Que ce ne soit pas moi

Ce canard qui s’en prend,
Il ne sait pas
Non plus à quoi ?

(Eugène Guillevic)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

ELEGIE (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2020



ELEGIE

Ta mort
N’est que le bout du compte,

Un coup de gomme
Pas arrivé.

Et cependant,
C’est avec elle, c’est en elle

Que tu bois ce verre et regardes
L’arbre qui meurt plus lentement.

(Eugène Guillevic)

Illustration: Jean-Paul Joubert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il s’ennuie, ce clocher (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2020



— Il s’ennuie, ce clocher.
— Non.
— Comment tu sais ?
— Il tomberait.

— Encore une pierre.
— Ce n’est pas sûr.
— Comment ça ?
— ll n’y en a qu’une.

— Tu dessines ?
— J’invente.
— Quoi ?
— La brouette.

— Tu aimes les puits.
— Pas sûr.
— Tu y regardes.
— Peut-être à cause de l’horizon.

— Il souriait.
— Tu sais à quoi ?
— Pas très bien.
— A son sourire.

(Eugène Guillevic)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUAND (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2020



QUAND

Quand peu avant midi
Le soleil est sur la prairie,

Que la chaleur,
Disent les pâquerettes, est bonne
Au niveau de la fleur
Au niveau des racines,

Que le pré est ouvert
A des champs, des landes,
Des chemins, du ciel,

Qu’il y a :
C’est un chant comme c’est du silence,

Que toutes les choses
Ont le temps de se regarder,

Le brin d’herbe
A les dimensions du monde.

II
Quand beaucoup de choses
Au soleil s’acceptent,

Quand on n’a pas envie
De quitter le pré, le talus,

Quand on se sent de connivence
Avec tous les verts,

Avec la barrière et plus loin
Les toits du hameau,

On peut être tenté de se dire
Que la sphère est partout
En train de s’accomplir.

III
Quand la plage vers le soir
Est de la couleur de la mer,

Que la mer
N’est que le prolongement de la plage,

Quand il n’y a de sûr
Que ce gris qui n’est même pas gris,

Ce plan horizontal et, au-dessus de lui,
Le vague hémisphère translucide,

Il faut sortir
De cette espèce d’éternité.

IV
Quand on torture quelque part
Un corps qui ne peut pas
Crier plus fort que lui,

Rien ne le dit.
Le sol

Est comme un autre jour,
L’air aussi, les feuillages,
Les courbes, les couleurs
Et l’aboiement d’un chien
Aux confins de la Beauce.

Mais il est vrai
Que l’on torture tous les jours
Depuis toujours,

Que l’habitude est prise,
Que c’est enregistré
Sans grandes variations.

(Eugène Guillevic)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Apparemment, tu ne fais pas de gestes (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2020



Apparemment,
Tu ne fais pas de gestes.

Tu es assis là sans bouger,
Tu regardes n’importe quoi,

Mais en toi
Il y a des mouvements qui tendent

Dans une espèce de sphère
A saisir, à pénétrer,

À donner corps
À je ne sais quels flottements

Qui peu à peu deviennent des mots,
Des bouts de phrase,

Un rythme s’y met
Et tu acquiers un bien.

(Eugène Guillevic)

Illustration: Gennadiy Ulybin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OPERATION VIETNAM (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2020



napalm  [800x600]

OPERATION VIETNAM

I
A vous voir on dirait
Que vous avez un creux
A meubler par des morts.

II
Grâce à vous, le néant
Mastique et se rumine
Sous forme d’hommes
Privés de vie.

III
Il vous faut tous ces morts
Pour qu’on vous reconnaisse
Tels vous serez gravés
Dans l’histoire du monde.

IV
A vous voir on se dit
Qu’il y a du néant
Qui connaît son métier.

V
Toujours ce creux
Qui ne se bouche pas
Avec les yeux des autres,
Même brûlés
Devant vos yeux.

(Eugène Guillevic)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qu’est-ce que la poésie ? (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2020




    
Qu’est-ce que la poésie ?

C’est très simple,
la poésie,
c’est … autre chose.

(Eugène Guillevic)

 

Recueil:
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

RIVIÈRE (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2020


 


RIVIÈRE

La rive était fraîche encore
Ce matin quand nous passions.
Nous aurons vu bien des herbes
Renoncer à suivre l’eau.

Le geste ancien de boire
Les deux mains sur le bol
Quand l’horloge sonnait
Dans l’odeur de l’étable.

Le bois épais des bancs
Et de la table usée,
Où des mains s’accrochèrent
Qui tremblaient de colère.

(Eugène Guillevic)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

МОNSTRES (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2019



Illustration: John Henry Fuseli
    
МОNSTRES

Il y a des monstres qui sont très bons,
Qui s’assoient contre vous les yeux clos de tendresse
Et sur votre poignet
Posent leur patte velue.

Un soir —
Où tout sera pourpre dans l’univers,
Où les roches reprendront leurs trajectoires de folles,

Ils se réveilleront.

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Terraqué suivi de Exécutoire
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Triangles (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2019



triangles

Triangles

Isocèle

J’ai réussi à mettre
Un peu d’ordre en moi-même.

J’ai tendance à me plaire.

Equilatéral

Je suis allé trop loin
Avec mon souci d’ordre

Rien ne peut plus venir

Rectangle

J’ai fermé l’angle droit
Qui souffrait d’être ouvert
En grand sur l’aventure.

Je suis une demeure
Où rêver est de droit.

(Eugène Guillevic)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :