Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘évaporé’

L’EAU (Jeanine Moulin)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2019



eau

L’EAU

Captive d’une bouteille,
l’eau n’a de regard pour personne.
Elle pleure sur son ennui d’exister.

Passive en ses parois de verre
elle attend d’être bue
par une bouche qui la réchauffera.

Incolore, comme le temps,
elle patiente dans sa robe liquide,
dans son calme obligé,
jusqu’au moment de devenir,
une évaporée qui monte aux nues.

(Jeanine Moulin)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bon chevalier masqué qui chevauche en silence (Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 26 janvier 2017



Bon chevalier masqué qui chevauche en silence,
Le Malheur a percé mon vieux coeur de sa lance.

Le sang de mon vieux coeur n’a fait qu’un jet vermeil,
Puis s’est évaporé sur les fleurs, au soleil.

L’ombre éteignit mes yeux, un cri vint à ma bouche
Et mon vieux coeur est mort dans un frisson farouche.

Alors le chevalier Malheur s’est rapproché,
Il a mis pied à terre et sa main m’a touché.

Son doigt ganté de fer entra dans ma blessure
Tandis qu’il attestait sa loi d’une voix dure.

Et voici qu’au contact glacé du doigt de fer
Un coeur me renaissait, tout un coeur pur et fier

Et voici que, fervent d’une candeur divine,
Tout un coeur jeune et bon battit dans ma poitrine!

Or je restais tremblant, ivre, incrédule un peu,
Comme un homme qui voit des visions de Dieu.

Mais le bon chevalier, remonté sur sa bête,
En s’éloignant, me fit un signe de la tête

Et me cria (j’entends encore cette voix):
« Au moins, prudence! Car c’est bon pour une fois. »

(Verlaine)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Mortes maisons (Francis Blanche)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2016




Mortes maisons

Mortes maisons et maisons mortes
visages blancs évaporés
vers Dieu sait quels corps ignorés
qui donc pleure ainsi dans vos portes

Marteaux-lions mains de bronze terne
quels frissons défunts éveillés
viendront soudain émerveillés
frémir aux bornes des poternes

Couloirs verts d’ombre et de lumière
qui donc osera profaner
quel pas vos lourds parquets fanés
par des milliers d’années-poussière

et quelle main de quelle antienne
voudra cette harpe effleurer
cette harpe où revient pleurer
au vent quelque douleur ancienne

(Francis Blanche)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La repasseuse (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2016



Autrefois ses mains faisaient
des taches roses sur le linge
éclatant qu’elle repassait.

Mais dans la boutique où le poêle
est trop rouge son sang s’est
peu à peu évaporé.

Elle devient de plus en plus blanche
et dans la vapeur qui monte on la distingue
à peine au milieu des vagues luisantes des dentelles.

Ses cheveux blonds forment dans l’air des boucles de rayons
et le fer continue sa route en soulevant du linge des nuages,
et autour de la table son âme qui résiste encore,
son âme de repasseuse court et plie le linge
en fredonnant une chanson
sans que personne y prenne garde.

(Pierre Reverdy)

Illustration: Pablo Picasso

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :