Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘évènement’

[IL SEMBLE QU’UN NAVIRE…] (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2018



[IL SEMBLE QU’UN NAVIRE…]

Il semble qu’un navire autre que tous les autres
devra, l’heure venue, se montrer sur la mer.
Il n’est pas en acier. Ses pavillons
ne sont pas orangés :
nul ne sait d’où il vient
ni à quelle heure on le verra :
mais tout est prêt
et il n’est de plus beau salon dressé
pour ce fugace événement.
L’écume est déployée
comme un luxueux tapis
tout d’étoiles tissé,
et plus loin c’est le bleu,
le vert, le mouvement ultra-marin,
l’attente générale.
Et les rochers, ouverts,
lavés, nets, éternels,
ont été disposés
sur le sable comme un cordon
de châteaux, un cordon de tours.
Tout
est prêt,
on a invité le silence,
et les hommes eux-mêmes, toujours distraits,
espèrent bien ne point perdre cette présence :
ils se sont habillés comme pour un dimanche,
ils ont fait briller leurs souliers,
ils ont passé le peigne en leurs cheveux.
Ils ont vieilli, ils ont vieilli,
et le bateau n’arrive toujours pas.

(Pablo Neruda)

Illustration: Vladimir Kush

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Vers qui va notre désir ? (Petr Král)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2018




    

Vers qui va notre désir ?

Vers celles qui, en écartant leurs cuisses
vont créer un évènement.

Soit qu’elles révèleront une gourmandise cachée,
soit que l’intimité rendra moins distante leur beauté ou,
au contraire, plus étrangère leur camaraderie.

Peu de mystère, rien que ce télescopage du connu et du voilé;
mais avec tout l’éclat de deux transparences soudain confrontées.

(Petr Král)

 

Recueil: Cahiers de Paris
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour m’endormir (Gérard Macé)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2018



    

Pour m’endormir, je mets
le masque du sommeil : un léger voile
que je tisse avec les événements du jour
et les mots dont je perds le fil en m’endormant.
Une toile aussi fine que celle de l’araignée
où restent au matin des lambeaux de rêves :
des images prises au piège, les discours décousus
d’un somnambule qui se réveille.

Le masque du cauchemar est un masque de fer
et de bois dur. La corne et l’ivoire,
c’était pour les dieux qui parlaient latin
et les grands mammifères dont on faisait
des trophées. Les bibelots nous suffisent:
la jungle des images a remplacé les grandes battues.

(Gérard Macé)

 

Recueil: Homère au royaume des morts a les yeux ouverts
Traduction:
Editions: Le bruit du temps

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au milieu du chemin (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2018




    
Au milieu du chemin il y avait une pierre
il y avait une pierre au milieu du chemin
il y avait une pierre
au milieu du chemin il y avait une pierre.

Jamais je n’oublierai cet événement
dans la vie de mes rétines fatiguées.
Jamais je n’oublierai qu’au milieu du chemin
il y avait une pierre
il y avait une pierre au milieu du chemin
au milieu du chemin il y avait une pierre.

(Carlos Drummond de Andrade)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

NOUVELLES DU VILLAGE (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018



 

NOUVELLES DU VILLAGE

— Tu arrives de mon village?
Parle-moi vite de tous les événements
qui se sont produits là-bas, depuis mon départ!

— Ton prunier a fleuri.
Une chèvre a mangé le petit roseau
que tu avais planté au bord du bassin.

(La Flûte de Jade)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’évènement (Dominique Grandmont)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2018



Voici l’évènement
et le jour sans pareil
le jour des solennités opaques
le jour considérable
le grand jour
Oh
grand
c’est façon de parler

Pour le monde
c’est un jour comme les autres
et l’évènement
ne résout aucun
des grands problèmes humains
n’affecte aucun
nègre d’Amérique
aucun enfant pleurant de faim
une larme dans l’oeil
aucun cardinal aux ongles dorés
aucun président
aucun directeur
aucun général
personnages en quête d’Histoire
aucun
de mes semblables
sauf ma femme
peut-être
et mon voisin de palier

Pardonnez-moi d’exagérer
objectivement
il ne se passe
rien de neuf
rien d’important
rien de grave
rien

Je meurs.

(Dominique Grandmont)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Douce serait la vie (Tamîm ibn Muqbil)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2018




    
Douce serait la vie si l’homme était une pierre
Close sur elle-même au passage des événements.

(Tamîm ibn Muqbil)

 

Recueil: Le Dîwân de la poésie arabe classique
Traduction: Houria Abdelouahed et Adonis
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

On tire les volets pour la nuit (Jean-Pierre Chambon)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2018




    
On tire les volets pour la nuit
encore une journée enfuie
déjà emportée dissoute dans le fleuve du temps
tout un menu fretin d’événements insignifiants
d’émotions minuscules

(Jean-Pierre Chambon)

 

Recueil: Tout-venant
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Grand Événement (Leonard Cohen)

Posted by arbrealettres sur 23 janvier 2018



Illustration
    
Le Grand Événement

Il va se produire très bientôt. Le grand événement
qui mettra fin à l’horreur. Qui mettra fin au chagrin.
Mardi prochain, quand le soleil descendra, je jouerai
la Sonate au Clair de Lune à l’envers. Ceci inversera
les effets de la folie du monde plongeant dans la
souffrance depuis 200 millions d’années. Quelle nuit
merveilleuse ce sera ! Quel soupir de soulagement,
de voir les rouges-gorges séniles redevenir écarlates,
et les rossignols à la retraite relever leurs queues
poussiéreuses, pour affirmer la majesté de la création !

***

The Great Event

It’s going to happen very soon. The great
event which will end the horror. Which will
end the sorrow. Next Tuesday, when the sun
goes down, I will play the Moonlight Sonata
backwards. This will reverse the effects of
the world’s mad plunge into suffering, for
the last 200 million years. What a lovely
night that would be. What a sigh of relief, as
the senile robins become bright red again,
and the retired nightingales, pick up their
dusty tails, and assert the majesty of creation!

(Leonard Cohen)

Recueil: Le livre du désir
Traduction: Jean-Dominique Brierre et Jacques Vassal
Editions: Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Que je puisse me laisser rencontrer (Jean-Louis Chrétien)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2018



 

Illustration: Gilbert Garcin
    
Que je puisse me laisser rencontrer, que je le puisse moi-même,
c’est là le premier don de l’autre,
et c’est en tant que véritable don que véritablement il m’appartient…

C’est l’autre déjà qui me donne le pouvoir de me donner à lui.
Cet abandon est son événement et son avènement.

(Jean-Louis Chrétien)

 

Recueil: L’effroi du beau
Traduction:
Editions: Le Cerf

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :