Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘exercer’

Il n’y a pas de saut dans le vide (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2019




    
Il n’y a pas de saut dans le vide.

Même si les anges n’existent pas pour nous soutenir
ni non plus des traverses de la pensée,
ni des relativisations ou des absolus
qui puissent nous retenir par les bras.

Il faut par avance gagner le vide,
le coloniser avec nos abandons
comme s’il était un territoire dépouillé
ou une nouvelle liberté jamais exercée.
Et cultiver à l’intérieur ses fragments flottants
qui s’entremêlent aux choses
pour leur apprendre à ne pas être.
Et presque sans le savoir
arriver à aimer le vide.
Ce qui est aimé nous soutient,
même si cela nous pousse vers l’abîme.

Un vide aimé
ne peut pas nous abandonner.
Et dans un vide non aimé
il n’est même pas possible de sauter.

***

No hay salto al vacío.

Aunque no existan ángeles para sostenernos,
ni tampoco travesaños de pensamiento,
ni relativizaciones o absolutos
que puedan retenernos de los brazos.

Hay que ganar el vacío desde antes,
colonizarlo con nuestros abandonos
como si lisera un despojado territorio
o una nueva libertad nunca ejercida.
Y cultivar adentro sus fragmentos flotantes,
que se entreveran con las cosas
para enseñarles a no ser.
Y casi sin saberlo,
llegar a amar el vacío.
Aquello que se ama nos sostiene,
aunque también nos empuje hacia el abismo.

Un vacío que se ama
no puede abandonarnos.
Y a un vacio que no se lo ama
no es posible ni siquiera saltar.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE TOUCHER (Jacqueline Risset)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2019




    
LE TOUCHER

Tu ne m’as pas touchée encore

l’amour passe par les yeux
et descend dans le coeur
l’amour de loin nous exerce
et nous perfectionne

mais qui

pourrait me toucher à présent
sinon toi ?

je circule dans l’air
dans ce bois sacré
couloir de givre

dans cette auréole

(Jacqueline Risset)

 

Recueil: L’Amour de loin
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans l’homme existent un amour (Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 1 septembre 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
Dans l’homme existent un amour, une douleur, une inquiétude, un appel,
de sorte que s’il possédait les cent mille univers,
il ne pourrait trouver le calme et le repos.

Les gens exercent tous les métiers, tous les commerces,
et procèdent à toutes sortes d’études : médecine, astronomie, etc…
mais ils ne peuvent trouver le repos, car leur but n’est pas atteint.

(Rûmî)

 

Recueil: Le Livre du dedans
Traduction:
Editions: Sindbad

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A Laure (Alfred de Musset)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



A Laure

Si tu ne m’aimais pas, dis-moi, fille insensée,
Que balbutiais-tu dans ces fatales nuits ?
Exerçais-tu ta langue à railler ta pensée ?
Que voulaient donc ces pleurs, cette gorge oppressée,
Ces sanglots et ces cris ?

Ah ! si le plaisir seul t’arrachait ces tendresses,
Si ce n’était que lui qu’en ce triste moment
Sur mes lèvres en feu tu couvrais de caresses
Comme un unique amant ;

Si l’esprit et les sens, les baisers et les larmes,
Se tiennent par la main de ta bouche à ton coeur,
Et s’il te faut ainsi, pour y trouver des charmes,
Sur l’autel du plaisir profaner le bonheur :

Ah ! Laurette ! ah ! Laurette, idole de ma vie,
Si le sombre démon de tes nuits d’insomnie
Sans ce masque de feu ne saurait faire un pas,
Pourquoi l’évoquais-tu, si tu ne m’aimais pas ?

(Alfred de Musset)


Illustration: Alina Maksimenko

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que d’étranges pouvoirs vous exercez sur nous Apparences (Pierre-Louis Matthey)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



Que d’étranges pouvoirs vous exercez sur nous
Apparences! Mais comme il les transcende tous
Ce bleu, frangé de cils, où le destin palpite.

(Pierre-Louis Matthey)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES POUVOIRS DE L’AMOUR (II) (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2017



 


    
LES POUVOIRS DE L’AMOUR (II)

La chambre qui ne cesse le jour de s’étendre
à la faveur de continents mal démasqués
ne va plus maintenant au-delà des murs
dans lesquels elle est prise comme un front.

La terre s’arrête un moment de tourner,
prise entre les genoux des grands fleuves,
emmêlée dans les vols d’oiseaux
qu’elle organise de village à village.

De mon coeur, exerçant son métier de vivant,
s’élève un feu qui ne sait brûler qu’en toi
mais nous n’en voyons que l’étincelle
dont tes tempes s’allument et s’éteignent.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES DIMENSIONS DU JOUR (IV) (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2017



Illustration: Oskar Kokoschka  
    
LES DIMENSIONS DU JOUR (IV)

Chaque jour à la même heure
tu t’abreuves longuement aux vitrines.
Tu peux garder tout le soleil sur tes seins
et il peut toucher tes dents comme un fruit.

Tu es pour mes sens le seul objet
sur lequel ils s’exercent complètement.
C’est contre toi que ma caresse devient tranchante
et que mon corps recouvre ses vraies dimensions.

Tu peux ensoleiller toute une chambre
avec la seule clarté qui bat sur ton ventre
au moment où plus rien ne te relie à la terre
qu’un baiser, qu’une étreinte, qu’un regard.

Pour te dépouiller de ta nudité,
pour que le plaisir te traverse dans toute ta longueur,
il faut mettre à jour les diamants que tu as sous la peau
et les tailler jusqu’à ce que le matin en jaillisse.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nénuphar (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016



Nénuphar

J’ai toute ma vie, mais qui la dirait mienne
me priverait, car elle est infinie.
Le frisson d’eau, la teinte aérienne
sont à moi; c’est encor cela, ma vie.

Aucun désir ne m’ouvre: je suis pleine
jamais je ne me referme par refus, –
au rythme de mon âme quotidienne
je ne désire point -, je suis émue;

Par ce mouvement j’exerce mon empire
rendant réels les rêves du soir
les au-delà des miroirs…

(Rilke)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les cinq couleurs aveuglent l’homme (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



5-couleurs-f94-800x600

Les cinq couleurs
aveuglent l’homme.
Les cinq notes
assourdissent ses oreilles.
Les cinq saveurs
rendent sa bouche insensible.
Les courses et la chasse
égarent son esprit.
Les richesses
l’empêchent de progresser.
Ainsi
le Sage tourne
son regard en lui-même et,
loin du tumulte et des passions,
exerce librement son choix.

(Lao Tseu)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les femmes (Pascal Quignard)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2016



Les femmes ne sont pas vraiment sensibles
à la beauté invraisemblable de leur sexe.

Les femmes ne séduisent pas non plus les hommes
pour mettre la main sur leur pouvoir, ni pour l’exercer en sous-main,
ni pour les domestiquer, ni pour prendre leur argent,
ni pour acquérir ce qu’elles convoitent.

Les femmes ne veulent même pas des enfants des hommes qu’elles étreignent
afin de les reproduire, ni pour se reproduire elles-mêmes,
ni dans le dessein d’assouvir leurs vengeances en lançant leurs petites à la conquête du monde.

Les femmes n’attendent même pas des hommes des maisons
où s’ennuyer auprès d’eux et d’y vieillir.

Les femmes ont besoin des hommes
afin qu’ils les consolent de quelque chose d’inexplicable.

(Pascal Quignard)

Illustration: Salvador Dali

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :