Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘exhalé’

CHALEUR (Nicolas Guillen)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2018



CHALEUR

La chaleur fend la nuit.
La nuit tombe grillée
Sur le fleuve.

Quel cri
Quel cri frais dans les eaux
le cri exhalé par la nuit
brûlée !

Chaleur rousse pour les nègres.
Tambour !
Chaleur pour les torses fulgurants
Tambour !
Chaleur avec des langues de feu
sur les échines nues…
Tambour !

L’eau des étoiles
Trempe les cocotiers
éveillés.
Tambour !
Haute lumière des étoiles.
Tambour !
Le phare polaire vacille.
Tambour !
Feu à bord ! Feu à bord !
Tambour !
C’est vrai ? Fuyez ! Mensonge !
Tambour !
Rives sourdes ! Ciels sourds.
Tambour !
Les îles s’en vont,
s’en vont, s’en vont,
s’en vont toutes brûlées.

(Nicolas Guillen)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CINQUIEME BAISER (Pierre-François Tissot)(Jean Second)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2017




Illustration: Antonio Canova
    
CINQUIEME BAISER

Souvent tes bras d’albâtre et souples comme un lierre.
Passés autour de moi, serrent ton bien-aimé :
Suspendue à mon cou, je te sens tout entière
Presser mon front, mon sein, mon visage enflammé.
Ta bouche qui s’entr’ouvre et ressemble à la rose
Sur la mienne, avec art, s’applique et se compose

Pour mieux donner baiser d’amour…
Tu m’attaques d’une morsure ;
Je venge aussitôt mon injure ;
Ta douleur se plaint à son tour.

Mais bientôt une langue active,
Avec son dard voluptueux.
Livre cent combats amoureux
A ma langue faible et plaintive :

Plus doux que le bruit du zéphir,
Plus frais encor que la rosée
Le souffle humide du plaisir
Coule dans ma bouche embrasée ;

Exhalé de, la tienne, il réjouit mon cœur.
Plus calme et renaissant je respirais à peine ;
De tes lèvres soudain j’ai senti la chaleur
Et morne avide amante aspirer mon haleine
Que desséchait, hélas ! dans mon sein enflammé.
Un feu séditieux par Vénus allumé.

Euclians,rends la vie à l’amant qui t’adore !
Tes vœux sont exaucés : du feu qui me dévore
Déjà tu calmes la fureur :
Comme un parfum qui s’évapore,
Ton souffle humide et bienfaiteur
Rafraîchit tous mes sens et me ranime encore.

Source de mes transports, baisers délicieux !
Oui, l’Amour, je le jure, est le plus grand des dieux,
De l’Olympe et du monde il est le roi suprême;
Mais la jeune beauté qui m’enchante et qui m’aime,
Dont un baiser me donne ou me ravit le jour.
Est au-dessus des dieux et commande à l’Amour.

(Pierre-François Tissot)(Jean Second)

 

Recueil: Poètes du Baiser
Editions: Société des Éditions LOUIS-MICHAUD

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :