Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘exhumer’

Minuit (Julien Delmaire)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2018



Julien Delmaire
    
Minuit dérobe
Les bijouteries
Contre ta robe
Un diamant cri

Je suis l’alcool
Térébenthine
Je suis la folle
Sur la colline

Criblé d’épines
Je suis l’alcool
L’encre de chine
Sur ton épaule

Je suis le Christ
De Kigali
Et l’améthyste
Qu’on a sali

Je suis l’enfance
Défigurée
Je suis l’offense
De l’emmuré

Syntax error
Bug intégral
Signes d’aurore
Jour minéral

Je veux l’oiseau
Lacrymogène
Aux ras des eaux
Cancérigènes

Je veux ton ventre
Dans la fumée
Mes doigts qui entrent
Pour exhumer

Un oasis
Une métaphore
Ton clitoris
Ta mandragore

Je vois l’oubli
Brisant ses chaînes
La mort partie
Avec la haine

Voici le monde
La vie bégaye
Voici la ronde
Des merveilles

Je te retrouve
Ma Géorgie
Le soleil couve
Ton sein rougi

Le temps caresse
Son vieux piano
Ta voix disperse
Les moineaux

Les nègres écument
La nostalgie
La nuit s’allume
Ma Géorgie…

(Julien Delmaire)

 

Recueil: Turbulences
Traduction:
Editions: Le temps des cerises

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une dame (Claudine Helft)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2018




    
Une dame

Elle ouvre un tiroir : Il en sort
des souvenirs et des morts. Il en sort des soupirs
à peine exhumés, quelques regrets, et de forts éclairs
qui illuminent le ciel et ses pensées.

Chez les morts Il est des maisons encore en fondation,
des rêves qui font comme un nuage bleu dans le tiroir,
des sourires et des yeux bien en vie,
au point qu’elle se demande si son présent tout entier
ne converge pas vers cette image au parfum d’été,
où se conjugue au futur le passé.

Sans même qu’elle le sache, Il y a cette larme
qui coule sur sa joue un peu usée, qui creuse aussi
le sillon de ses divines rides et tombe sur son menton,
on pourrait croire, comme un baiser.

(Claudine Helft)

 

Recueil: Une indécente éternité
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Orange de la clarté pétrifiée (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2018



Ô attitude engloutie
dans la matière,
muraille opaque protégeant
la tour de saphir,
écorces des pierres
inhérentes
au solide, au docile,
au chaud secret
et à la peau immuable de la nuit,
yeux intérieurs,
à l’intérieur
de la scintillance cachée,
muets
comme une prophétie
qu’un choc clair exhumerait.
Ô radiation,
orange de la clarté pétrifiée,
forteresse inviolée de la lumière
séquestrée dans un lent, très lent silence
jusqu’au moment où l’explosion
déterrera le flamboiement de ses épées.

(Pablo Neruda)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PALAIS SOUTERRAIN (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2018


 



    
PALAIS SOUTERRAIN

Au-dessus d’un palais ancien
enfoui sous la plaine
marche une serve
des insectes armés
sous ses pieds meurent
sauf quelques-uns blessés
qui survivront jusqu’au soleil bas
dans l’heure qu’un homme
avide de civet sombre
emporte à son épaule
la bêche du fossoyeur.
Il faudra encore des ans
avant que le monument
ne soit exhumé
du sol rouge ravagé
par pluies et vents.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :