Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘exposition’

Personne (Tawara Machi)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2019



Personne jamais n’habitera les maisons
alignées sur ce terrain d’exposition
où tremblent des cosmos

(Tawara Machi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Aux sables des tombeaux (Patrice Blanc)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2019



Illustration: Alex Alemany
    
Aux sables des tombeaux

la belle exposition
de ton corps nu
ouvre les secrets
de l’océan

ton ventre
où la pluie lave les larmes
est un soleil écorché

le bel esprit de ton corps nu
délivre le soleil
des entrailles de l’océan

en ces lieux où mon sang s’égare
il vaut mieux mourir
et prendre ta main pure

en ces lieux où dure l’insupportable
il vaut mieux brûler dans la lumière
et prendre ta bouche soyeuse

[…]

(Patrice Blanc)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: De sang, de nerfs et d’os
Traduction:
Editions: du Contentieux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes os (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2016



Mes os

Ils ont de beaux restes, mes os

déjà sciés c’est vrai
déjà
ravaudés
ils restent courageusement
Ils tiennent
la chair, la peau, par-dessus eux.

Leur troupe, je l’emmène
et m’emmène avec elle
(vieille impression : ne pas en être tout à fait)
devant des vitrines de musées, section préhistoire
où, parmi des cailloux prétendument taillés, des flèches,
se montrent des fémurs à fractures visibles
mais recollées.

Comme quoi, dans dix mille et des ans,
mes chers os maintenant sur le macadam, vous pourrez figurer
dans des expositions montées après un labeur fou
près de canettes à bière et de mitraillettes,

tout ce fourbi qui
dans ma vie
m’aura fourbue.

(Marie-Claire Bancquart)

Découvert ici: http://gouttedeau.blog.lemonde.fr/

Illustration: Peter Callesen

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Chaque nuit (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 4 avril 2016



Chaque nuit
je m’entraîne à mourir
j’explore la cartographie
de l’au-delà

Dans les villes où je passe
j’organise des expositions
de mes rêves
que je vends au marché noir

(Anise Koltz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Gao Xingjian

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :