Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘extérioriser’

Extérioriser ! (Max Jacob)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2018



Illustration
    
Extérioriser !
Une œuvre est une île lointaine

(Max Jacob)

 

Recueil: Conseils à un jeune poète
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Il ne faut pas travailler tout le temps (Max Jacob)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2018



Illustration: René Baumer
    
Il ne faut pas travailler tout le temps.
Il faut prendre des temps,
prendre son temps.

Il faut digérer. Oui.
C’est dans la digestion des connaissances
que réside le talent.

L’essentiel est de n’avoir pas de minutes vulgaires ou insignifiantes.
Ennuyez-vous.

Car ce jour-là vous prendrez un porte-plume et un papier
et vous ferez peut-être un chef-d’oeuvre.
Tout est dans la qualité de l’ennui.

Aimer les mots. Aimer un mot.
Le répéter, s’en gargariser.
Comme un peintre aime une ligne,
une forme, une couleur.

Autour d’un mot se coagule une phrase, un vers, une strophe, une idée.
Ah ! quel beau mode d’extériorisation !
Et extérioriser, c’est tout!

Sans doute par la quantité d’idées, de sentiments qui se sont incendiés pour la produire
ou bien parce qu’elle s’attache à un pivot qui n’est pas en vous.

Je crois que les œuvres très extériorisées sont très rares.
Le style c’est d’extérioriser!

(Max Jacob)

 

Recueil: Conseils à un jeune poète
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ATTENDRE (Pierre-Albert Birot)

Posted by arbrealettres sur 26 décembre 2016



 

Lierre panaché près du boulevard périphérique, porte d'Auber

ATTENDRE

Bien que sois sis et benaise au fond d’un grand fauteuil
J’attends j’attends comme doit attendre un poteau planté sur un bord de route
Et qu’attend-il ce poteau depuis des ans qu’il est planté là
Ne sais puisque moi homme ne suis de la famille des poteaux et donc ne sais ce qu’ils pensent
Mais ils attendent c’est évident
Et même ils extériorisent plus que moi car on peut me passer devant
Et ne pas savoir que j’attends
Tandis que tout le monde en passant devant un poteau
Se sent obligé de dire que diable attend-il encor celui-là
Seulement voici la différence
Le poteau n’a pas de nerfs
Alors il est presque aussi patient qu’un saint
Et dame un saint est presque un poteau
Mais moi ne suis ni saint ni poteau
Et j’attends j’attends j’attends et ne vient pas ce que j’attends
Comme un poteau c’est peut-être le Temps

(Pierre-Albert Birot)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :