Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fabriquer’

Mon Dieu! Donnez-nous une passion ! (Tahar Ben Jelloun)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017



Illustration: Lucien Levy-Dhurmer
    
La passion prend des allures de vertige
dans une raison qui s’absente.

La poésie n’est pas ou n’est plus dans les mots;
elle est dans l’acte d’entrer dans le tourbillon
de ce qu’on ne maîtrise pas.

Passion et poésie fusionnent de la montée vers les cimes
à la chute dans les entrailles de la terre.

Une prière à ajouter au registre de l’espérance :
Mon Dieu! Donnez-nous une passion !

Qu’elle vienne de l’étrange ou de l’inconnu,
qu’elle soit forte et belle,
qu’elle fabrique du bonheur et de la folie,

mais qu’elle soit là sur notre chemin,
tant que nous avons l’énergie de défier les impossibles,
d’imaginer le rêve et d’en être jusqu’à la fin.

(Tahar Ben Jelloun)

 

Recueil: Que la Blessure se ferme
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je fabrique une idole de cendre (Abbas Kiarostami)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2017



Kristoffer Zetterstrand tilted hell_175x200cm [1280x768]

je fabrique
une idole de cendre
que je brûle à nouveau
dans le feu

(Abbas Kiarostami)

Illustration: Kristoffer Zetterstrand

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

LA FORME DES ÉCLAIRS (Homero Aridjis)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2017



    

LA FORME DES ÉCLAIRS

Les éclairs n’ont pas de forme définie,
les éclairs fabriquent leur propre forme.

Les éclairs durent ce que peuvent durer
des yeux noyés dans l’eau d’un verre.

Les éclairs de tes yeux sont ceux que je préfère,
quand tu n’es pas présente et que tu feins d’être avec moi.

(Homero Aridjis)

 

Recueil: Les poèmes solaires
Traduction: Ivan Alechine
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si ce n’était que tes yeux ont couleur de lune (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017



Si ce n’était que tes yeux ont couleur de lune,
couleur de jour, avec argile, travail, feu,
si tu n’avais conquis l’agilité de l’air,
et si tu n’étais pas une semaine d’ambre,

si ce n’était que tu sais être l’heure jaune
où l’automne s’élève avec la vigne vierge
et que tu es le pain que la lune odorante
fabrique en promenant dans le ciel sa farine,

oh, ma bien-aimée, moi je ne t’aimerais pas !
Tout ce qui est, je l’embrasse dans ton baiser,
et le sable, et le temps, et l’arbre de la pluie,

tout ce qui est vivant vit pour que moi je vive :
à quoi bon m’éloigner puisque je peux tout voir :
tout ce qui est vivant, je le vois dans ta vie.

***

Si no fuera porque tus ojos tienen color de luna,
de día con arcilla, con trabajo, con fuego,
y aprisionada tienes la agilidad del aire,
si no fuera porque eres una semana de ámbar,

si no fuera porque eres el momento amarillo
en que el otoño sube por las enredaderas
y eres aún el pan que la luna fragante
elabora paseando su harina por el cielo,

oh, bienamada, yo no te amaría !
En tu abrazo yo abrazo lo que existe,
la arena, el tiempo, el árbol de la lluvia,

y todo vive para que yo viva :
sin ir tan lejos puedo verlo todo :
veo en tu vida todo lo viviente.

(Pablo Neruda)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Est -ce notre faute ? (Aïcha Arnaout)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2017



 

Est -ce notre faute ?

Dans la rue, nous avons appris à fabriquer des explosifs
avec trois fois rien
de la poudre
une boîte vide
et des clous
En cours de chimie, nous avons appris
à composer du napalm
Sur nos tables bien mises et remplies
nous avons appris l’égorgement
En tout cela nous avons battu des records
mais loin de la mêlée
Ah jusqu’à quand ?
Et nos enfants, s’y mettront-ils aussi ?

Nous voulons toucher le velouté
du pistil des plantes
Nous voulons apprendre les romances
auprès des oiseaux de l’amour
Puis comme c’est beau d’entendre un moineau
secouer ses ailes mouillées
A quand tout cela ?

Récemment, vous nous avez donné
de gros ballons en bois
Vous en souvient-il ?
Nous les avons polis avec du papier de verre
Et quand nos énormes ballons
se sont réduits à de toutes petites boules
puis à rien
la police a envahi nos places
Est-ce notre faute
pour que vous veniez nous demander maintenant
ces impôts exorbitants
notre sang
et le prix des balles ?

(Aïcha Arnaout)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Irrationnel (Maram al-Masri)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2017



Illustration: Scarlett Hooft Graafland

    

L’Irrationnel

A chaque poète sa prophétie ?
Fabrique-moi ce néant qui souillera la steppe
ce quelque chose à la mesure d’une stupéfaction
et à la fin
enfile les perles de la plénitude

(Maram al-Masri)

 

Recueil: Le Balayeur du désert
Traduction: Isabelle Lagny – Bruno Doucey
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BONHEUR LYRIQUE (Manuel Bandeira)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2017



 

doudou 7

BONHEUR LYRIQUE

Coeur de phtisique
O mon coeur lyrique
Ton bonheur ne peut pas être comme celui des autres
Il faut que tu te fabriques
Un bonheur unique
Un bonheur que soit comme le piteux lustucru en chiffon d´une enfant pauvre
– Fait par elle-même.

(Manuel Bandeira)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

UNIVERS (Giuseppe Ungaretti)

Posted by arbrealettres sur 19 septembre 2016




UNIVERS

Avec la mer
je me suis fabriqué
un cercueil
de fraîcheur

(Giuseppe Ungaretti)

Illustration: Didier Salou

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

J’ai fabriqué un homme en bois (Asaf Hâlet Çelebi)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2016



 

J’ai fabriqué un homme en bois

j’ai fabriqué un homme en bois
il ne mange pas
il ne parle pas non plus
de ses yeux très durs
il regarde des endroits invisibles

j’ai fabriqué un homme en bois
il se souvient
qu’une fois
il a eu des feuilles fines fines
qui respiraient
il a eu des bouches fines fines
faites de filaments
qui mangeaient la terre avec appétit

j’ai fabriqué un homme en bois
il s’est éloigné de l’arbre
il s’est rapproché de l’homme
quel dommage
il n’est pas devenu un homme
il n’est pas un arbre non plus

(Asaf Hâlet Çelebi)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le coq (Henri Thomas)

Posted by arbrealettres sur 15 août 2016



Le coq

Je vais fabriquer un coq de clocher,
Il sera tout noir au soleil couché,

Il sera tout blanc au soleil levant
Et d’argent brillant à midi tapant.

Vous ai-je assez dit que je vous aimais!
mon coq de clocher ne parle jamais.

A Londres, Paris, vous ai-je attendue!
Lui, ne commet pas la moindre bévue.

J’ai perdu le Nord, il me le rendra,
Nous irons ensemble où ça nous plaira.

(Henri Thomas)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :