Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘faim’

J’ai faim, j’ai faim (Paul Nougé)

Posted by arbrealettres sur 31 août 2022



 

J’ai faim, j’ai faim
pardonnez-moi de vous couper
la parole

(Paul Nougé)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

SEL (Margaret Atwood)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2022



Illustration: Aron Mizrahi
    
SEL

Les choses étaient-elles bonnes alors ?
Oui. Elles étaient bonnes.
Le savais-tu qu’elles étaient bonnes ?
À l’époque ? À ton époque ?

Non, parce que je m’inquiétais
ou peut-être j’avais faim
ou j’étais endormie, la moitié du temps.
Parfois, il y avait une poire ou une prune
ou une tasse avec quelque chose dedans,
ou un rideau blanc, ondulant.
C’était joyeux.
Ou alors une main.
Imaginez : lumière tamisée,
tente orientale,
canopée, beauté, plénitude,
corps lovés et chéris,
effervescences, puis plus rien.

Mirages, à vous de décider.
Tout, jamais.
Bien que par-dessus ton épaule, le voici,
ton propre temps disposé comme un pique-nique
au soleil, toujours rayonnant
bien que ce soit la nuit.
Ne regardez pas derrière vous, disent-ils :
Vous transformerez tout en sel.
Mais pourquoi pas ? Pourquoi ne pas regarder ?
N’est-ce pas scintillant ?
N’est-ce pas joli, là derrière soi ?

(Margaret Atwood)

Recueil:Poèmes tardifs
Traduction: Christine Évain & Bruno Doucey
Editions: Pavillons

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA GUERRE CONTINUE (Thuríður Guðmundsdóttir)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2022



Illustration: Ludwig Meidner  
    
Poem in French, English, Spanish, Dutch and in Albanian, Arabic, Armenian, Bangla, Bosnian, Catalan, Chinese, Farsi, German, Gujarati, Greek, Hebrew, Hindi, Icelandic, Indonesian, Irish (Gaelic), Italian, Japanese, Kiswahili, Kurdish, Macedonian, Polish, Portuguese, Romanian, Russian, Sardo, Sicilian, Tamil

Ludwig Meidner, Duitsland, 1884 – 1966

Poem of the Week Ithaca nr 733”, “THE WAR GOES ON”
Thuríður Guðmundsdóttir, Iceland (1939)

from: « Panorama de la poésie islandaise
Translation Thór Stefánsson & Nicole Barrière
Editions du Cygne, Paris 2021

– All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt –

***
LA GUERRE CONTINUE

Et la guerre continue
on présente toujours
ce drame bien connu
où des acteurs inconnus
tiennent la plupart des rôles principaux

pas d’Oscars

seulement
la faim
la mutilation
la souffrance
et la mort.

(Thuríður Guðmundsdóttir)

, Islande (1939)
Traduction de Thór Stefánsson

***

THE WAR GOES ON

And the war goes on

they always present
this well-known tragedy
where unknown actors
play most of the main roles.

No Oscars

only
hunger
mutilation
suffering
and death.

Thuríður Guðmundsdóttir, Iceland (1939)
Translation by Thór Stefánsson

***

LA GUERRA CONTINÚA

Y la guerra continúa

siempre presentan
esta conocida tragedia
donde actores desconocidos
interpretan la mayoría de los papeles principales

No hay Oscars

sólo
hambre
mutilación
sufrimiento
y muerte.

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Islandia (1939)
Traducción Thór Stefánsson – Germain Droogenbroodt

***

DE OORLOG GAAT DOOR

En de oorlog gaat door

altijd weer en opnieuw
wordt dit bekende drama
waarin onbekende acteurs
de hoofdrollen spelen voorgesteld

geen Oscars

alleen
honger
verminking
lijden
en dood.

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, IJsland (1939)
Vertaling Thór Stefánsson – Germain Droogenbroodt

***

LUFTA VAZHDON

Dhe lufta vazhdon
ata gjithmonë prezantojnë
këtë tragjedi të njohur
ku aktorë të panjohur
luajnë shumicën e roleve kryesore

s’ka çmime Oscar

vetëm
uri
gjymtim
vuajtje
dhe vdekje.

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Iceland (1939)
Translated into Albanian by Irma Kurti

****

الحَرْبُ المُسْتَمِرَّة
وَتَسْتَمِرُ الحَربُ……..
هُم دَائِمًا يُقدمُون هَذِه التَرَاجِيديَا المَعْرُوفَة
أَينَ يَحُوزُ عَلى الأَدوَارِ الرَئيسْيةِ
مُمَثِّلينَ غَيرَ مَعْرُوفِينَ
لا جَوَائِزَ أًوسَكَارَ
مُجَرَّدُ
جُوعٍ
أَذَىً
مُعَانَاةٍ وَموتْ

ثوريدر غودمن ستورتيش(GUÐMUNDSDÓTTIR THURÍÐUR) ايسلندا (1939) ترجمة للعربية (من الانجليزية والفرنسية): عبد القادر كشيدة
Translated into Arab by Mesaoud Abdelkader

***

Պատերազմը շարունակվում է

Պատերազմը շարունակվում է
նրանք միշտ ներկա են
սյս հայտնի ողբերգությունը
որտեղ անհայտ դերակատարները
խաղում են ամենագլխավոր դերերը

չկա ոչ մի Օսկար

լոկ սով
խեղում
տառապանք
և մահ:

Թյուրիդուր Գուդմունդսդոթթիր, Իսլանդիա (1939)
Թարգմանությունը Թյոր Սթեֆանսոնի
՛՛Իսլանդական պոեզիայի համայնապատկեր՛՛-ից
Հայերեն թարգմ.-ը Արմենուհի Սիսյանի
Translated into Armenian by Armenuhi Sisyan.

***

চলে যুদ্ধ

এবং যুদ্ধ চলতে থাকে
তারা সবসময়ই বর্তমান
এটি হলো সর্বজ্ঞাত বিয়োগান্তক নাটক
যেখানে অচেনা অভিনেতারাঅভিনয় করে অধিকাংশ প্রধান চরিত্রের ভূমিকায়

নেই কোন অস্কার পুরস্কার

শুধুমাত্র
ক্ষুধা
অঙ্গচ্ছেদ
দুঃখ কষ্ট বেদনা
এবং মৃত্যু

থুরিউর গুমন্ডসদুত্তির, আইসল্যান্ড (১৯৩৯)
থর স্টেফানসন দ্বারা অনুবাদ

থেকে: « আইসল্যান্ডীয় কবিতার প্যানোরামা »
অনুবাদ Thór Stefánsson & Nicole Barriere
সংস্করণ ডু সিগনে, প্যারিস ২০২১
Bangla Translation: Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

***

RAT SE NASTAVLJA

I rat se nastavlja
Uvijek su prisutni
Ovoj dobro poznatoj tragediji
Gdje nepoznati glumci
Igraju većinu glavnih uloga

Nema Oskara

Samo
Glad
Sakaćenje
Patnja
I smrt

THURÍÐURGUÐMUNDSDÓTTIR, Island (1939.)
Prevod Maid Corbic

***

LA GUERRA CONTINUA

I la guerra continua
sempre presenten
aquesta tragèdia ja coneguda
on actors desconeguts
fan la majoria dels papers principals

sense Oscars

tan sols
fam
mutilació
patiment
i mort

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Islàndia (1939)
Traducció al català: Natalia Fernández Díaz-Cabal

***

战争在继续

而这场战争在继续
他们总是在场
这个众所周知的悲剧
在那儿无名演员
扮演大多数主要角色

没有奥斯卡奖

只有
饥饿
伤残
痛苦
和死亡

原作:冰 岛 Thuríður Guðmundsdóttir
英译:Thór Stefánsson
汉译:中 国 周道模 2022-5-22
Translated into Chinese by Willam Zhou

***

جنگ ادامه دارد

و جنگ ادامه دارد
آنها همیشه این تراژدی شناخته شده را
جاییکه هنرپیشه‌گان ناشناخته
بیشتر نقش‌های اصلی را بازی می‌کنند
اسکاری نیست

فقط

گرسنگی
مثله شدن
رنج
و مرگ

توریور گوموندسدوتیر، ایسلند، ۱۹۳۹
ترجمه: سپیده زمانی
Translated into Farsi by Sepideh Zamani

***

DER KRIEG GEHT WEITER

Und der Krieg geht weiter
Immer wieder präsentiert man
diese bekannte Tragödie
wo unbekannte Schauspieler
die meisten Hauptrollen spielen

keine Oscars

nur
Hunger
Verstümmelung

Leiden

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Island (1939)
Translation Thór Stefánsson – Germain Droogenbroodt

***

Ο ΠΟΛΕΜΟΣ ΣΥΝΕΧΙΖΕΤΑΙ

Κι ο πόλεμος συνεχίζεται
καθώς συνέχεια παρουσιάζουν
τη γνωστή τραγωδία
που άγνωστοι ηθοποιοί
παίζουν τους κύριους ρόλους

Δεν υπάρχουν όσκαρς

μόνο πείνα
ακρωτηριασμοί
δεινοπαθήματα
και θάν
ατος

THURIÐUR GUÐMUNDSDOTTIR, Iceland (1939)
Translation by Thór Stefánsson
Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη
Translated into Greek by Manolis Aligizakis

***

THE WAR GOES ON
(યુદ્ધ ચાલુ રહ્યું)

અને યુદ્ધ ચાલુ રહ્યું
તેઓ હંમેશા હાજર હતાં
આ ખૂબ જાણીતી કરુણાંતિકા
કે જે મુખ્ય ભૂમિકા ભજવે છે

કોઈ ઓસ્કર નહિ

માત્ર
ભૂખ
અંગછેદન
વેદના
અને મૃત્યુ.

Translated into Gujarati by Nirali Soni

***

המלחמה נמשכת / תורידור גוגמונדסדוטיר
THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Iceland (1939 נ’)

וְהַמִּלְחָמָה נִמְשֶׁכֶת
הֵם תָּמִיד מַצִּיגִים
אֶת הַטְּרָגֶדְיָה הַיְּדוּעָה הַזּוֹ
שֶׁבָּהּ שַׂחְקָנִים לֹא יְדוּעִים
מְשַׂחֲקִים אֶת רֹב הַתַּפְקִידִים הָרָאשִׁיִּים

לְלֹא אוֹסְקָרִים

רַק
רָעָב
הַטָּלַת מוּם
סֵבֶל
וּמָוֶת

מתוך הספר

תרגום מאיסלנדית לאנגלית: Thór Stefánsson
תרגום מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
הציור של
Ludwig Meidner, Germany, 1884 – 1966
תרגום מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Translated into Hebrew by Dorit Weisman

***

युद्ध जारी है

और युद्ध जारी है
वे हमेशा मौजूद हैं
इस प्रसिद्ध त्रासदी के साथ
जहां अज्ञात अभिनेता
अधिकांश मुख्य भूमिकाएँ निभाते हैं।

कोई ऑस्कर नहीं

केवल
भूख
विकृति
कष्ट
और मौत।

थुरिउर गुमुंड्सडॉटिर, आइसलैंड (1939)
ज्योतिर्मय ठाकुर द्वारा हिंदी अनुवाद l
Hindi translation by Jyotirmaya Thakur.

***

ENN ER STRÍÐ

Og enn er stríð

enn sýna þeir
þennan gamalkunna harmleik
þar sem óþekktir leikendur
fara með flest aðalhlutverkin

engin Oscarsverðlaun

aðeins
hungur
limlesting
þjáning
og dauði

ÞURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Íslandi (1939)

***

PERANG BERKEPANJANGAN

Dan perang berkepanjangan
itu selalu berjalan
inilah malapetaka yang ternama
dimana aktor yang tidak tersohor
bermain sebagai peran utama

Oscar tak ada

hanya
kelaparan
pemenggalan
kesengsaraan
dan kematian

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Iceland (1939)
Translation by Lily Siti Multatuliana (Indonesia)

***

LEANANN AN COGADH AR AGHAIDH

Leanann an cogadh ar aghaidh
cuirtear i láthair
an tseantragóid chéanna;
na príomhpháirteanna á ndéanamh
ag aisteoirí anaithnide.

Ní bhronnfar aon ghradam Oscar an turn seo

Ní bhronnfar tada ach
ocras
lot
fulaingt
agus bás

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, an Íoslainn (1939)
Leagan Gaeilge le Rua Breathnach
Translated into Irish (Gaelic) by Rua Breathnach

***

LA GUERRA VA AVANTI

e la guerra va avanti
ogni giorno si rappresenta
questa ormai nota tragedia
dove attori sconosciuti
recitano nei ruoli principali.

Nessun Oscar

solo
rabbia
mutilazione
sofferenza
e morte.

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Islanda (1939)
Traduzione di Thór Stefánsson – Luca Benassi

***

戦争は続く

そして戦争は続いている
人々はいつもこのよく知られた悲劇を演じている
無名の俳優たちが大切な役をつとめる劇を
名誉ある賞などはない
ただ飢えと、身体の切断と、
苦しみと、死だけがある悲劇だ

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR(アイスランド,1939)
Translated into Japanese by Manabu Kitawaki

***

VITA VINAENDELEA

Na vita vinaendelea
daima huwasilisha mkasa huu unaojulikana ambapo waigizaji wasiojulikana hucheza nafasi nyingi kuu
hapana tuzo za Oscars
pekee iko

njaa
ukeketaji
mateso
na kifo

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Iceland (1939)
Watafsiri ni Thór Stefánsson na Bob Mwangi Kihara
Translated into Kiswahili by Bob Mwangi Kihara

***

CENG BERDEWAM E

Û ceng berdewam e

Hertim ji nû ve mera ev
bobelata naskirî tê nimakirin
li dera ekterên nenaskirî
bigelemperî rolên serekîn dilîzin

Oskar tune ne
her
birçîtî
kirêtiya ten
jan
û kuştin.

THURIDUR GUDMUNDSDOTTIR, 1939, Îslend
Translation into Kurdish by Hussein Habasch

***

ВОЈНАТА ПРОДОЛЖУВА

И војната продолжува
тие се секогаш присутни
во оваа добро позната трагедија
каде непознати актери
ги играат повеќето од главните улоги

нема Оскари

само
глад
осакатување
страдање
и смрт

Thuríður Guðmundsdóttir, Iceland (1939)
Туриџур Гуџмундсдотир, Исланд (1939)
Translation into Macedonian: Daniela Andonovska-Trajkovska
Превод на македонски: Даниела Андоновска-Трајковска

***

WOJNA TRWA

A wojna trwa
one zawsze przedstawiają
tę dobrze znaną tragedię
gdzie nieznani aktorzy
grają większość głównych ról

nie ma Oskarów

tylko
głód
kalectwo
cierpienie
i śmierć

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Islandia (1939)
Przeklad na angielski : Thór Stefánsson
Przekład na polski : Mirosław Grudzień – Anna Maria Stępień

***

A GUERRA CONTINUA

E a guerra continua
trazendo sempre
esta conhecida tragédia
onde actores desconhecidos
interpretam a maior parte dos papéis principais

não há Óscares

apenas
fome
mutilação
sofrimento
e morte.

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Islândia (1939)
Tradução portuguesa: Maria do Sameiro Barroso

***

RĂZBOIUL MERGE MAI DEPARTE

Și merge mai departe războiul
ni se prezintă iar și iar
atât de uzitata tragedie
în care actori necunoscuți
joacă roluri majore

nu Oscaruri

ci numai
foame
și schilodire
chinuri
și moarte.

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Islanda (1939)
Traducere: Gabriela Căluțiu Sonnenberg
Translated into Romanian by Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

ВОЙНА ПРОДОЛЖАЕТСЯ

И война продолжается
снова и снова
знакомый спектакль
другие актеры
главные роли играют

Оскар не выдадут никому

только
голод
увечья
страдания
смерть.

Тюридюр Гвюдмундсдоуттир, Исландия (1939)
Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translated into Russian by Daria Mishueva

***

LA GUERRA CUNTINUA

E la guerra cuntinua
prrisentanu sempri
sta traggedia ca tutti canuscemu
unni atturi scanusciuti
fannu li parti principali

Nenti premii Oscar

sulu
fami
mutilazioni
suffirenzi
e morti

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Iceland (1939)
Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

***

சண்டை நடந்து கொண்டே இருக்கிறது

ஆம்
சண்டை நடந்து கொண்டே இருக்கிறது
நன்கு அறியப்பட்ட துயரங்கள்
எப்பொழுதும் உள்ளன
அங்கே முன்பின் தெரியாத
நடிகர்கள்
முக்கிய பாத்திரங்களை

ஏற்கின்றனர்

ஆஸ்கர்கள் இல்லை
பசி
உடல் ஊனமுறுதல்
கடுந்துன்பங்கள்
சாவு!
இதுவே பயன்
ஆக்கம், மொழிமாற்றம்

THURÍÐUR GUÐMUNDSDÓTTIR, Iceland (1939)
Translation by Thór Stefánsson
Translated into Tamil by DR. N V Subbaraman

Recueil: ITHACA 733
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tellement j’ai faim (René Char)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2022



Tellement j’ai faim,
je dors sous la canicule des preuves.

Montre-toi; nous n’en avions jamais fini
avec le sublime bien-être des très maigres hirondelles.
Avides de s’approcher de l’ample allégement.
Incertains dans le temps que l’amour grandissait.
Incertains, eux seuls, au sommet du coeur.

Tellement j’ai faim.

(René Char)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ma langue a le goût aigre (Rupi Kaur)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2022



Illustration: Richard Rizzo
    

ma langue a le goût aigre
de la faim
du manque de toi

(Rupi Kaur)

Recueil: lait et miel
Traduction: de l’anglais (USA) par Sabine Rolland
Editions: Charleston

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Avant que le Ciel ne m’ait donné vie (Wang Fanzhi)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2022



Illustration: Jeanne Balas
    
Avant que le Ciel ne m’ait donné vie,
j’étais dans l’obscurité sans conscience;
Le Ciel soudain m’a donné naissance;
il me l’a donnée pour quoi faire?
Sans habit, je ressens le froid;
sans nourriture, j’éprouve la faim;
Rendez-moi mon moi du Ciel,
rendez-moi le moi d’avant de naître!

(Wang Fanzhi)

Recueil: Poèmes Chan
Traduction: du chinois par Jacques Pimpaneau
Editions: Philippe Picquier

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’une étrange faim (Jean-Max Tixier)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2022


julien_dupre__la_faneuse

La femme serre la galette de maïs sur son ventre
La violence de la moisson s’agite dans sa chair
Elle traverse à pas lent la mémoire en quête de l’amant
Son pied s’enfonce dans les légendes chaque fois plus profond
Nulle fatigue n’alourdit ses membres
Nulle angoisse n’entame le soir épandu sur les branches
Mais d’une étrange faim ses entrailles se nouent

(Jean-Max Tixier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VIVRE SEUL (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2022



VIVRE SEUL

Vivre seul ai-je dit mais ce mur blanc
Face au soleil dont le crépi s’écaille
Comme la croûte du lait cuit dans une jarre
Me rappelle une faim qui n’a rien de naïf.

Vivre seul ? Mais ce bel olivier qui s’agite
Au vent frais de la côte et qui m’offre ses fruits
Gonflés d’huile, nombreux comme un essaim d’abeilles
Me rappelle une foule autrement agitée.

Vivre seul ? Mais la mer à mes pieds étalée
Comme un plat d’émail bleu qui ne sert qu’au regard
Me rappelle une pauvre et farouche douleur
Perdue au gouffre azur d’une ville fardée.

(Franz Hellens)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la pénombre (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2022




    
Dans la pénombre

Le chat dans la pénombre
À la tombée du jour
Abandonnait sa faim,
Rentrait dans son mensonge
Et devenait immense.

(Eugène Guillevic)

Recueil: le chat en cent poèmes
Traduction:
Editions: Omnibus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jean-Daniel (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2022



Illustration: Marfa Indoukaeva
    
Jean-Daniel

I

Ce jour-là, quand je t’ai vue,
j’étais comme quand on regarde le soleil;
j’avais un grand feu dans la tête,
je ne savais plus ce que je faisais,
j’allais tout de travers comme un qui a trop bu,
et mes mains tremblaient.

Je suis allé tout seul par le sentier des bois,
je croyais te voir marcher devant moi,
et je te parlais,
mais tu ne me répondais pas.

J’avais peur de te voir, j’avais peur de t’entendre,
j’avais peur du bruit de tes pieds dans l’herbe,
j’avais peur de ton rire dans les branches;
Et je me disais: «Tu es fou,
ah! si on te voyait, comme on se moquerait de toi! »
Ça ne servait à rien du tout.

Et, quand je suis rentré, c’était minuit passé,
mais je n’ai pas pu m’endormir.
Et le lendemain, en soignant mes bêtes,
je répétais ton nom, je disais: « Marianne… »
Les bêtes tournaient la tête pour entendre;
je me fâchais, je leur criais: « Ça vous regarde?
allons, tranquilles, eh! Comtesse, eh! la Rousse… »
et je les prenais par les cornes.

Ça a duré ainsi trois jours
et puis je n’ai plus eu la force.
Il a fallu que je la revoie.
Elle est venue, elle a passé,
elle n’a pas pris garde à moi.

II

Les amoureux, c’est pour les filles
comme un écureuil dans un arbre;
elles s’amusent à le voir grimper:
sitôt qu’il est loin, il est oublié.
Elles ne pensent qu’à des bagues,
à des chapeaux, à des colliers;
qu’est-ce que çа leur fait qu’on souffre?
sitôt qu’on est loin, on est oublié.

C’est des miroirs à alouettes,
ça brille à distance, mais, quand on est près,
ça n’est plus rien que des morceaux de verre.
Il faut être bien fou pour leur courir après.

Ces filles, c’est comme des poupées
faites avec des ficelles et du carton;
ça a des joues en porcelaine,
ça a le ventre plein de son.

Mais on a beau dire et beau faire,
on n’y peut rien:
quand on est pris, c’est qu’on l’est bien.

III

Je lui demandé pardon dans mes pensées
de l’avoir ainsi méprisée.
Je sais qu’elle est douce et qu’elle a bon coeur.

Je sais qu’elle ne me connaît pas
et qu’il serait bien étonnant
qu’elle eût fait attention à moi
puisqu’elle ne me connaît pas.

Seulement il est dur d’être seul quand on aime.
On est comme fou, on se met en colère,
on pleure, on rit, sans savoir pourquoi.
On n’est pas juste quelquefois,
tant on a mal au coeur qui aime.

Mon coeur a mal, et moi je suis
comme un oiseau qui s’est envolé
et qui ne peut plus se poser,
et qui se sent bien fatigué
loin de son nid.

IV

Elle vit avec sa mère qui est vieille.
Elle l’aide à tenir le ménage.
Elle lave la vaisselle,
elle fait le dîner et les savonnages,
elle travaille du matin au soir:
il n’y a pas beaucoup de filles
qui font comme elle leur devoir.

Quand elle coud, ses doigts vont vite
comme au jeu de pigeon vole,
sa tête se penche sous la lampe,
sous la lampe sa tête se penche,
elle est appliquée et vaillante.

Elle laisse passer les jours
sans regret du temps qui s’en va,
ayant bien employé ses heures.
Le temps s’en va, elle demeure;
et sa vie est comme un ruisseau
qui coule d’un cours bien régulier,
sous les frênes et les noisetiers,
avec les oiseaux qui viennent y boire
et l’ombre errante vers le soir
des arbres noirs sur le ciel rose.

Et les mois et les mois viendront:
quand sera-t-elle comme elle est,
bonne et gaie, à coudre et à faire la cuisine,
dans une maison qui serait à nous,
dans une maison qui serait notre maison?

V

Car, moi, je suis pauvre et sa mère est riche.
Elle a une ferme et des champs,
elle a de l’argent
tout plein son armoire.

Elle a des chevaux, des boeufs et des vaches,
deux domestiques toute l’année,
des ouvriers quand l’ouvrage est pressant;
sa grange est pleine, ses étames de même;
et elle veut un gendre qui soit riche comme elle.

Il faudrait sans doute qu’on vienne
et qu’on lui dise: «Donnez-moi
votre fille, j’ai du bien
autant que vous;
j’ai comme vous des prés, des vaches et des bois,
alors c’est à égalité, n’est-ce pas ? »
Mais qu’on aime sa fille, elle n’y pense même pas.

Elle aura pour gendre un coureur d’auberges,
une espèce de beau parleur
qui fait briller ses écus
pour qu’on sache qu’il a de quoi…
Et je n’ai que mon amour, moi.

Seulement aussi amenez-m’en un
qui travaille davantage,
qui boude moins à l’ouvrage,
qui se lève de plus grand matin.

Je dis que des bons bras, c’est de l’argent comptant;
et je porterais des montagnes,
si on me disait: C’est pour Marianne.

VI

Quand le jour est mort, une lampe brille.
C’est la lampe, la petite lampe
que tu as à ta fenêtre,
Marianne, par les temps noirs,
pour les pauvres gens qui sont sur les routes.

On n’a plus peur; on voit de loin la lampe, on dit:
« C’est la lampe de Marianne,
elle est à coudre dans sa chambre avec sa mère »;
et on va vers la lumière,
parce qu’on sait que la porte s’ouvrira.

C’est comme une étoile, celle
qui guidait les bergers dans la nuit de Noël
et ils ont été amenés par elle
dans l’étable chaude où était la crèche
entre le boeuf et l’âne.

Là où la lampe brille, là aussi il fait chaud.
Celui qui vient pousse la porte et dit bonsoir.
On ne voit pas ses yeux sous son grand chapeau.
Sa moustache est givrée, il se fait déjà tard,
et il tient à la main un gros bâton d’épine.

Moi, je suis comme un papillon de nuit
qui tourne autour de la lumière.
Je me glisse le long des murs comme un voleur
pour te voir par la fenêtre.

Je n’ose pas entrer; je n’ose pas heurter;
je regarde de loin
le linge que tu tiens.
Je reste ainsi longtemps sans bouger de mon coin,
les yeux tendus vers toi,
mais c’est mon coeur qui va pour moi.

Il va vers toi, il se tient bien tranquille;
il est dans l’ombre de tes rideaux
il est dans l’aiguille qui brille,
il est dans le fil que tu casses
de temps en temps entre tes dents.

A quoi songes-tu? Sais-tu que je suis là?
Quand je te vois rêver, je pense que c’est à moi;
je ris ensuite de ma sottise.
Mais j’attends quand même
et sans savoir quoi,
jusqu’à ce que ta lampe s’éteigne.

VII

Le dimanche matin, elle va à l’église.
Le clocher a l’air d’un peu se pencher
pour mieux voir les fleurs dans les prés
comme ferait une petite fille
qui cueille un bouquet en chantant;
et la cloche dans le clocher
sonne d’abord un long moment.

Les femmes passent deux par deux;
elles sont en noir par respect pour le bon Dieu,
elles ont leur psautier dans la main.

Les hommes attendent qu’elles soient entrées
devant le porche en causant du beau temps,
du prix du bétail, des travaux des champs;
et il y a tant d’oiseaux dans les haies
que les branches se balancent
comme quand il fait du vent.

Alors, elle aussi, elle vient, elle a des gants blancs,
une robe bleue, un chapeau de paille;
elle traverse la place,
elle entre, je ne la vois plus.

La cloche se tait, le sonneur descend,
ses gros souliers dans l’escalier
font un bruit comme quand on bat en grange;
les gens dans l’église attendent en silence;
le pasteur, avec sa robe noire,
son chapeau de soie et son rabat blanc,
approche d’un air grave dans l’ombre des arbres.
Et je me sens si seul que je voudrais pleurer…

Je serais sur le banc, assis à côté d’elle;
quand elle chanterait, j’écouterais sa voix
et elle pencherait la tête pour prier.

VIII

Comme tu es jolie sur le petit sentier,
où tu vas, portant ton panier
avec le pain et le café
pour les quatre-heures.
L’ombre des cerisiers glisse sur tes épaules,
il fait chaud, les gens se reposent,
assis dans l’herbe, tout en causant,
et, te voyant venir, ils disent:

« Voilà Marianne avec son panier. »
Ils sont contents, parce qu’ils ont faim,
ayant travaillé qu’ils n’en peuvent plus
et le foin qui sèche sent fort au soleil.

Ils te disent: «Vous avez fait
la paresseuse! »
Tu dis: « Mais non, il n’est pas quatre heures. »
Un des ouvriers regarde à sa montre,
il dit: « Que si! il est quatre heures et cinq! »
Et tout le monde
éclate de rire sans savoir pourquoi.

C’est peut-être que le café
est meilleur quand tu le verses.
Tu fais plaisir à regarder
avec ton gros jupon d’indienne;
tu fais plaisir avec cette façon que tu as
de sourire en tendant la miche
et d’avoir soin qu’on soit toujours servi.

IX

Elle est venue un soir pour la première fois.
Il faisait nuit, elle est venue sans bruit.
Je regardais partout, je ne voyais personne
et j’entendais mon coeur battre dans le silence.
Mais, quand je l’ai vue, j’ai eu presque peur
et j’aurais voulu me sauver.

Elle venait entre les saules,
elle allait lentement, est-ce qu’elle avait peur aussi ?
Ou bien est-ce que c’était de l’ombre ?

Je suis allé vers elle, je lui ai dit bonjour.
« Alors, comme ça, ça va bien? »
« Oui, merci. » Nous n’avons plus su que dire.
Il y avait un arbre, l’étang était tout près,
le vent a passé dans les roseaux
et j’ai senti sa main trembler.
« Écoute, est-ce qu’on fait un petit tour? »
« On nous verrait, non, j’aime mieux… »
« On pourrait s’asseoir. » « Ce n’est pas la peine. »
J’ai voulu parler, mais je n’ai pas pu
et elle était déjà partie.

X

Elle m’a dit: «J’ai bien senti
tout de suite
que tu serais mon bon ami
N’est-ce pas? la première fois
qu’on se voit,
on ne s’aime pas,
pour bien dire, encore,
mais çа vient tout tranquillement
avec le temps.
Parce que, tu sais, ma mère est bien bonne
et je l’aime bien aussi,
mais ce n’est pas tout dans la vie.
On peut travailler du matin au soir
et être bien sage, çа n’empêche pas
qu’on pense parfois à des choses.

On se dit: «Il y en a qui ont des enfants,
il y en a qui se sont fait
des trousseaux d’une beauté
qu’on ne peut pas s’imaginer,
et on rêve à se marier
quand même. »

Elle m’a dit: «Je t’aime tellement
qu’il me faudrait bien venir à cent ans
pour t’aimer jusqu’au bout
et que je ne sais pas si j’y arriverais. »
Elle m’a dit: «Et toi, est-ce que tu m’aimes autant? »
« Ah! lui ai-je dit, qu’est-ce que tu penses? »
Et je lui ai serré la main
tellement fort qu’elle a crié.

XI

J’ai été au soleil et je pensais à toi.
Tu es toujours avec moi,
comme avant, mais avec un sourire,
à présent que je sais que, moi aussi, je vais
à tes côtés dans ta pensée.

Des oiseaux tombaient des branches,
l’herbe était fleurie, les foins mûrissaient;
j’avais ma faux, j’ai fauché,
ma faux allait toute seule.

Je suis revenu chercher la charrette,
j’ai chargé mon herbe; la roue grinçait
comme quand tu chantes pour le plaisir
ou pour te tenir compagnie.

Et puis le soir venu, j’ai pensé : « Que fait-elle? »
Je m’étais assis sur un banc,
j’avais mis mes mains dans mes poches;
je fumais ma pipe, je te voyais venir;
et tu étais dans la fumée
comme un de ces anges avec des ailes bleues
qui sont dans les livres.

XII

Je ne sais pas pourquoi
d’autres fois je suis triste
et je n’ai de coeur à rien faire.
Il faudrait faucher, il faudrait semer,
mais je dis: «Tant pis!» qu’il pleuve ou qu’il grêle,
ça m’est bien égal.
C’est ainsi quelquefois sans raison,
à cause d’une manière qu’elle a eue de me parler,
à cause d’un air qu’elle a eu de me regarder,
à cause de son rire,
à cause de sa voix qui était changée et de ses yeux
qui se sont baissés devant les miens,
comme si elle me cachait quelque chose.

Et pourtant je suis heureux quand même.
Je l’accuse à tort parce que je l’aime.
C’est pour me faire mal, et puis je me repens.
J’ai honte de moi, je me dis: «Tout va bien»;
et le bonheur me revient
comme quand la lune sort
de derrière un gros nuage.

XIII

Si ta mère savait pourtant que nous nous aimons,
et que le soir je viens t’accompagner
jusque tout près de la maison,
si elle savait que nous nous fréquentons
et que, cette fois, c’est pour de bon,
que dirait-elle ?

Elle qui a un front ridé,
des mains noires toutes tremblantes,
elle qui ne se souvient plus
de sa jeunesse;
elle qui a oublié le temps où elle allait danser,
et qui ne sait plus ce que c’est
tout le bonheur qu’on a d’aimer,
ta mère, qu’est-ce qu’elle penserait?

Nous ne parlons pas de ces choses
pour ne pas gâter notre bonheur;
nous nous regardons seulement
pour nous redonner du courage.
Car nous ne faisons rien de mal,
n’est-ce pas? il est naturel
d’être amoureux comme nous sommes;
ils ont tous été comme nous.
Et je dis: «Vois-tu, il faudra s’aimer d’autant plus,
d’autant plus fort, d’autant plus doux;
alors peut-être que ta mère aura pitié,
et elle nous laissera nous aimer. »

XIV

Marianne a pleuré, il faisait du soleil,
la cuisine était rose.
Ses larmes coulaient sur ses joues.
Elle a pris son mouchoir, elle a pleuré dedans,
elle s’est assise, n’ayant plus de force.

«Est-ce que c’est vrai que tu l’aimes tant? »
Marianne n’a rien répondu.
«J’aurais voulu pour toi quelqu’un d’autre. »

Marianne a secoué la tête.
«J’ai la raison que tu n’as pas,
j’ai connu la vie, je suis vieille.
Il n’y a pas que l’amour,
l’amour est beau, mais l’amour passe,
tandis que l’argent, ça dure une vie
et qu’on en laisse à ses enfants.»

Marianne a pleuré si fort
qu’on l’entendait depuis dehors.

« Mais maintenant que je t’ai dit ce que je pensais,
je ne voudrais pas te faire de la peine.
Prends ton amoureux si tu l’aimes… »

Marianne a levé la tête
et elle a cessé de pleurer.
« Je crois que c’est un bon garçon,
il aura soin de la maison,
il ne boit pas, il est sérieux,
eh bien, puisque tu le veux,
mariez-vous et soyez heureux. »

Elle a embrassé sa mère sur le front,
elle l’a prise par le cou:
«Tu permettras que je te l’amène?…
Tu verras que j’avais raison. »

XV

Le jour de notre noce, j’y pense tout le temps,
il fera un soleil comme on n’a jamais vu;
il fera bon aller en char
à cause du vent frais qui vous souffle au visage,
quand la bonne jument va trottant sur la route
et qu’on claque du fouet pour qu’elle aille plus fort.
On lui donnera de l’avoine,
en veux-tu, en voilà;
on l’étrillera bien qu’elle ait l’air d’un cheval
comme ceux de la ville;
et trotte! et tu auras ton voile qui s’envole,

et tu souriras au travers
parce qu’il aura l’air
de faire signe aux arbres
comme quand on agite un mouchoir au départ.

On se regardera, on dira: « On s’en va,
on commence le grand voyage;
heureusement qu’il n’y a pas
des océans à traverser. »
Et quand nous serons arrivés,
la cloche sonnera, la porte s’ouvrira,
l’orgue se mettra à jouer;
tu diras oui, je dirai oui;
et nos voix trembleront un peu
et hésiteront à cause du monde
et parce qu’on n’aime à se dire ces choses
que tout doucement à l’oreille.

XVI

Notre maison est blanche, elle est sous les noyers,
ta mère tricote près de la fenêtre;
iI fait chaud, on va moissonner,
mais, comme les foins sont rentrés,
on a un moment pour se reposer.

Tu mets les verres sur la table pour le dîner.
Du rucher, je te vois passer dans la cuisine,
et ta chanson me vient parmi
le bourdonnement des abeilles.

Ta mère s’est levée, elle a mis son tricot
et ses aiguilles dans la corbeille;
elle a l’air heureux de vivre avec nous,
nous sommes heureux de vivre avec elle.

Ne sommes-nous pas heureux de nous aimer,
d’être ensemble, de travailler,
de voir mûrir les foins, les moissons se dorer,
et, plus tard, vers l’automne,
les arbres plus lourds du poids de leurs fruits
jusqu’à terre se pencher?

Tu vas dans la maison, faisant un petit bruit,
et, du matin au soir, c’est toi qui veilles à tout;
pendant que, moi, je vais faucher
et que les chars rentrent grinçants,
hauts et carrés,
comme des petites maisons roulantes.

VII

Un jour je te verrai venir un peu plus lasse
et lourde d’un fardeau que tu n’as pas connu,
tandis que s’épaissit ta taille,
marchant dans le jardin où les roses fleurissent
et je t’aimerai encore un peu plus.

Je songe que tu portes deux vies
et qu’il me faut donc t’aimer doublement
pour toi-même et puis pour celui
qui va naître de tes souffrances.

Je sens que j’ai grandi vers de nouveaux aspects
d’où le monde paraît avec des tristesses,
mais missi avec des joies accrues en nombre;

et, quand je sens ta main s’appuyer sur mon bras,
et l’ombre de ton front se poser sur ma joue,
il me semble avancer sûrement avec toi
vers la réalisation d’une promesse.

XVIII

L’enfant que nous aurons ne nous quittera pas.
Il grandira dans la campagne.
Il sera paysan comme nous.
Il portera la blouse comme son père a fait,
et, comme son père, il traira les vaches;
il fera les moissons, il fera les regains,
il fauchera les foins;
il étendra peu à peu son domaine;
et, lorsque nous serons trop vieux,
quand l’heure du repos sera pour nous venue,
il nous remplacera, maître de la maison.

Il aimera comme nous avons aimé;
les jeux de nos petits-enfants
entoureront notre vieillesse.

Ce sera une après-midi de beau temps;
je serai assis au soleil,
j’aurai joint les mains sur ma canne,
il fera clair sur la campagne;
et toi, utile encore avec tes vieilles mains,
tu iras et viendras, tout près, dans le jardin,
nous acheminant ainsi ensemble
vers l’autre repos, qui est sans fin.

Nos derniers jours seront paisibles,
nous aurons fait ce que nous devions faire;
il y a une tranquillité qui vient,
une grande paix descend sur la terre.

Nous nous parlerons du passé:
te souviens-tu du jour où tu avais pleuré,
te souviens-tu du jour de nos noces?
on avait sonné les deux cloches
qu’on voyait bouger en haut du clocher.

Te souviens-tu du temps des cerises
et on se faisait avec des boucles d’oreilles,
et du vieux prunier qu’on secouait
pour en faire tomber les prunes?

Le cadet des garçons arrive alors et dit:
«Grand’mère, la poule chante,
elle a fait l’oeuf. »
«Va voir dans la paille, mon ami.»
Et nous sourions de le voir qui court
tant qu’il peut, à travers la cour,
sur ses grosses jambes trop courtes.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :