Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘faire croire’

Agir et penser comme un chat (3) (Stéphane Garnier)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2018



 
Illustration: ArbreaPhotos
    

Le chat est comme la sauce bolognaise,
il retombe toujours sur ses pâtes.

(Philippe Geluck)

Si l’on pouvait croiser l’Homme avec le Chat,
ça améliorerait l’Homme
mais ça dégraderait le Chat.

(Mark Twain)

Le silence des chats
est contagieux.

(Annie Duperey)

On ne choisit jamais un chat
c’est lui qui vous choisit.

(Philippe Ragueneau)

Quand je réveille mon chat,
il a l’air reconnaissant de celui à qui
l’on donne l’occasion de se rendormir.

(Michel Audiard)

J’aime bien les chats,
ils réfléchissent
et ils le gardent pour eux.

(Jean-Marie Gourio)

La devise du chat:
Qu’importe ce que tu as fait,
essaie toujours de faire croire que c’est la faute du chien.

(Jeff Valdez)

J’aime les chats parce que j’aime ma maison.
Et qu’ils en deviennent peu à peu l’âme visible.

(Jean Cocteau)

On ne peut se fier à personne.
Les chats, c’est autre chose.
Une fois qu’ils t’acceptent dans leur vie,
c’est pour toujours.

(André Brink)

Le refus des chats de comprendre
est délibéré.

(Louis Nucéra)

Les chats sont des êtres faits
pour emmagasiner la caresse.

(Stéphane Mallarmé)

 

Auteur: Stéphane Garnier
Recueil: Agir et Penser comme un Chat
Editions: De l’Opportun

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La feuille d’un palmier (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2018



Illustration: Andrey Bobir
    
La feuille d’un palmier privé de ses racines,
Murmure à mon oreille une chanson sans suite.
Le ciel tout près de moi me tourmente et me ment,
Il m’a pris mes deux chiens gelés restés derrière,
Et j’entends leur exsangue, immobile aboiement,
Les étoiles se groupent et me tendent des chaînes.
Faudra-t-il humblement leur offrir mes poignets ?
Une voix qui voudrait faire croire à l’été
Décrit un banc de parc à ma fatigue humaine.
Le ciel est toujours là qui creuse son chemin,
Voici l’écho des coups de pic dans ma poitrine.
Ô ciel, ciel abaissé, je te touche des mains
Et m’enfonce voûté dans la céleste mine.

(Jules Supervielle)

 

Recueil: Le forçat innocent suivi de Les amis inconnus
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jérusalem (Yehuda Amichai)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2017



Jérusalem

Sur un toit de la Vieille Ville une lessive dans l’ultime lumière du jour :
le drap blanc d’une ennemie la serviette avec laquelle mon ennemi
essuie la sueur de son front.
Dans le ciel de la Vieille Ville un cerf-volant.
Et au bout du fil, un enfant que je ne peux voir à cause du mur.
Nous avons hissé beaucoup de drapeaux ,ils ont hissé beaucoup de drapeaux.

Pour nous faire croire qu’ils sont heureux.
Pour leur faire croire que nous sommes heureux.

(Yehuda Amichai)

 Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a des moments et des lieux (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2016



Il y a des moments et des lieux
où l’harmonie des choses
nous fait croire que nous résoudrons
l’insoluble de nos vies.

(Robert Mallet)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

On écrit pour faire croire (Jean-Louis Giovannoni)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2016



 

 

On écrit pour faire croire
qu’il y a un dedans
en chaque chose,
que nos mots
viennent du profond de nous-mêmes
alors que ces mots
ne disent que notre absence au monde

(Jean-Louis Giovannoni)

Illustration: Liliana Sanches

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu me faisais croire (René Daumal)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2016



 

William Blake   - Evil

Tu me faisais croire que ton nom maudit
c’était le mien, l’imprononçable,
que ta face, c’était ma face, ma prison,
que ma peau détestée vivait de ta vie,
mais je t’ai vu : tu es un autre,
tu peux bien me tourmenter à jamais,
tu peux m’écraser dans des charniers
sous les cadavres de toutes les races disparues,
tu peux me brûler dans la graisse des dieux morts,
je sais que tu n’es pas moi-même…

(René Daumal)

Illustration: William Blake

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »