Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘faux’

LE TREFLE A QUATRE FEUILLES (Gaston Couté)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2018




    
LE TREFLE A QUATRE FEUILLES

Il faut abattre la moisson
Et la serrer en gerbes grosses;
Tous les gens solides se sont
Loués chez les fermiers de Beauce.
Au départ des gâs s’en allant
Prendre leur place aux tâches blondes
Les garçailles, à leurs galants,
Ont dit à la ronde

Refrain
Faucheur, mon beau faucheur,
Si vous trouvez un trèfle à quatre feuilles
Gardez-le pour que je le cueille.
Faucheur, mon beau faucheur,
Ça porte bonheur !

Mais au travers des chaumes roux
Le trèfle à bonheur est bien rare
Depuis qu’il pend à tous les cous
Des belles dames qui s’en parent ;
Et tous les gâs, des champs aux prés,
N’ont pu trouver, sous leurs faucilles,
Qu’un brin du trèfle désiré
Par toutes les filles.

Un seul brin ! Et tous les galants
L’ont voulu pour sa bonne amie;
Le fer des faux soudain sanglant
S’est dressé dans les mains roidies.
Et dans la Beauce aux longs champs plats
Quand la moisson s’écarte et bouge
Le brin de trèfle est encore là
Tout rouge, tout rouge !

(Gaston Couté)

 

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu sais ce qui est beau, ici ? (Alessandro Baricco)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2018



Tu sais ce qui est beau, ici ?
Regarde : on marche,
on laisse toutes ces traces sur le sable,
elles restent là, précises, bien en ligne.

Mais demain tu te lèveras,
tu regarderas cette grande plage
et il n’y aura plus rien, plus une trace,
plus aucun signe, rien.

La mer efface, la nuit. La marée recouvre.
Comme si personne n’était jamais passé.
Comme si nous n’avions jamais existé.

S’il y a, dans le monde, un endroit
où tu peux penser que tu n’es rien,
c’est cet endroit, c’est ici.

Ce n’est plus la terre,
et ce n’est pas encore la mer.
Ce n’est pas une vie fausse,
et ce n’est pas une vie vraie.

C’est du temps.
Du temps qui passe.
Rien d’autre.

(Alessandro Baricco)

Découvert chez Lara ici

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poète et la Muse (Constantin Cavàfis)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2018



Illustration: Eoghan de Leastar
    
Le poète et la Muse

LE POÈTE

Dans quel but le destin a-t-il voulu m’élire
poète, moi si faible, avec tous mes défauts ?
Car ma parole est vaine et les sons de ma lyre,
même les plus chantants, sonnent creux, semblent faux.

J’ai beau chercher à dire un sentiment sublime,
gloire et vertu ne sont qu’un rêve, je le sens.
Dans la désillusion mon oeil toujours s’abîme,
dans les ronces partout mon pied s’en va glissant.

Le monde est une froide et sombre comédie.
Mes chants non moins que lui se révèlent menteurs.
Chanter l’amour, la joie ? Infâme parodie,
infâme lyre, proie de spectacles trompeurs !

LA MUSE

Poète, tu n’es pas menteur. Ton monde à toi
est le seul vrai. Seules les cordes de ta lyre
savent la vérité ; elles seules, crois-moi,
au long de notre vie ont l’art de nous conduire.

Serviteur du divin, apprends quel est ton sort :
la beauté, le printemps. Une ode enchanteresse
est issue de ta bouche, et tu es un trésor
de parfums — une voix d’en haut, riche en promesses.

Si la nuit règne sur la terre, n’aie point peur.
Ne crois pas que cette ombre va durer encore.
Tu es près des plaisirs, des vallons et des fleurs ;
courage, et en avant ! Vois se lever l’aurore !

Seule une faible brume effarouche tes yeux.
Sous son voile, pour toi, la Nature accueillante
tresse roses, violettes, narcisses précieux,
couronne pour tes chants, récompense odorante.

(Constantin Cavàfis)

 

Recueil: Tous les poèmes
Traduction: Michel Volkovitch
Editions: Le miel des Anges

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MER N’EST PAS LA MER (Félix Leclerc)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2018



 

LA MER N’EST PAS LA MER

La mer n’est pas la mer
C’est un gouffre sans fond
qui avale les garçons
par les matins trop clairs

L’amour n’est pas l’amour
c’est un faux carrefour
où les filles entrent en chantant
en ressortent en pleurant

La vie n’est pas la vie
mais triste comédie
qu’il faut vite quitter
avant que d’y goûter

Moi, je sais un pays
qui est bien loin d’ici
où la mer et la vie
et l’amour sont unis

(Félix Leclerc)

Illustration: ArbreaPhotos

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Nous avons deux vies (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2018



Illustration: Carrie Vielle
    
Nous avons deux vies :
la fausse, que nous vivons
– et la vraie, que nous vivons.

(Roger Munier)

 

Recueil: Opus incertum
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

UNE FEMME PARLE (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018



Alex Alemany
    
UNE FEMME PARLE

obélisque de la douceur
sachez que je ne vous ai
point aimé sans que je perdisse
Le sens et sans qu’un pleur de larme
De terreur eût disjoint en deux
Le mаl joint de mon coeur ouvert

Sachez que je ne vous vis point
sans perdre mon nom et ma trace
Et que ce ruisseau de désir

Dans la fosse de jeune cuisse
Je le sentis comme la mort
Incapable d’avoir un Nom

Et puis ivre de clarté fausse
Écrasée aussi de jeunesse
Qui marche comme l’éléphant
J’ai rendu les armes — gardé
Dans le moule de ma beauté
L’obélisque de la douceur.

(Pierre Jean Jouve)

 

Recueil: Diadème suivi de Mélodrame
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Moisson (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018



Moisson

Ils sont grands, ils sont forts, ils fauchent le froment,
Et cueillant des épis les suit plus d’une femme.
Sur la pointe des faux, le soleil met sa flamme,
Les fronts polis, cuivrés, s’empourprent lentement.
Hommage, espoir, les blés à leurs pieds ondulant
Se couchent alanguis au rythme de la lame
Tel l’enfant croulant sur sa mère qu’il réclame,
Et la soif supplicie le pauvre chien suant.

Sous la fraîcheur d’un arbre un garçon vient saisir
Sa large gourde. Il boit. Il s’humecte à plaisir.
Puis regagnant le champ se remet à l’ouvrage.

Le soleil furieux a redoublé d’ardeur
Mais les gerbes ont crû parmi les gens en nage
Et la vie a gagné et triomphe en vainqueur.

(Attila Jozsef)


Illustration: Léon-Augustin L\’Hermitte

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (Aldo Pellegrini)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2018



    

La poésie n’est rien d’autre que cette violente nécessité d’affirmer son être qui anime l’homme.
Elle s’oppose à la volonté de ne pas être qui guide les foules domestiquées
et à la volonté d’être par les autres qui se manifeste chez ceux qui exercent le pouvoir.

Les imbéciles vivent dans un monde artificiel et faux :
attachés au pouvoir qu’ils peuvent avoir sur autrui,
ils nient la pleine réalité de l’humain au bénéfice de schémas creux.

Le monde du pouvoir est un monde vide de sens, hors du réel.
La poésie est une mystique du réel.

Le poète cherche dans le mot, non pas un mode d’expression,
mais une manière de participer à la réalité.
Au moyen du verbe, le poète n’exprime pas le réel : il y participe.

La porte de la poésie n’a ni clef ni verrou :
elle se défend par sa qualité d’incandescence.
Seuls les innocents, accoutumés au feu purificateur,
peuvent ouvrir cette porte de leurs mains ardentes et accéder à la réalité.

La poésie prétend accomplir la tâche suivante :
que ce monde ne soit pas seulement habitable pour les imbéciles. »

(Aldo Pellegrini)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que veux-tu de moi (Max Jacob)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2018



Illustration: Nicolas Poussin
    
« Que veux-tu de moi, dit Mercure.
— Ton sourire et tes dents, dit Vénus.
— Elles sont fausses. Que veux-tu de moi?
— Ton caducée.
— Je ne m’en sépare point.
— Viens l’apporter ici, divin facteur. »

(Max Jacob)

 

Recueil: Le Cornet à dés
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chante ta nostalgie (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



 

Dmitry Spiros  - Russian Impressionist painter -   (52) [1280x768]

Chante ta nostalgie

Chante ta nostalgie
Au lieu de ne rien dire
De chercher à mentir
Avec un faux sourire
Chante ta nostalgie
Au lieu de ne rien faire
Figé devant un verre
D´une eau de vie amère

Chante ta nostalgie
Laisse venir tes pleurs
Laisse aller ta douleur
Fais taire ta pudeur
Chante ta nostalgie
Même si tu es seul
A te faire une gueule
Plus triste qu´un linceul

{Refrain:}
Il suffit d´une guitare
Ou d´un accordéon
Et d´avoir en mémoire
Un p´tit bout de chanson

Chante ta nostalgie
Avant qu´elle te bouffe
Avant qu´elle n´étouffe
Jusqu´à ton dernier cri
Chante ta nostalgie
Comme on dit une prière
Pour sortir de l´enfer
De la mélancolie

Chante ta nostalgie
Et bois à la santé
De celle qui t´a quitté
De ceux qui t´ont trahi
Chante ta nostalgie
Même si tu te plantes
Même si tu inventes
Et même si tu oublies

{au Refrain}

Chante ta nostalgie
On se ressemble un peu
Toi et moi, ça fait deux
Et ça se multiplie
Chante ta nostalgie
Je chanterai la mienne
Avec un peu de veine
On se sera compris

Chante ta nostalgie
Hurle-la comme un sourd
A la mort, à l´amour
Qui nous réconcilie
Chante ta nostalgie
Pour ne pas en mourir
Et pour pouvoir en rire
Et pour rester en vie

{au Refrain}

(Georges Moustaki)

Illustration: Dimitry Spiros

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :