Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Fernand Ouellette)’

Femme (Fernand Ouellette)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2018



Femme au sang obscur qu’un germe habite
comme une élégie de laine:

Ta pure extase est passeport des étoiles.

Quand dans ton corps les forêts courent
et les archipels de muguet.

Aucune piqûre de vent, ni l’audace ténébreuse
de l’homme ne sonderont la clairière
de ton ange.

Vive est la matrice de longs rêves arctiques.
Et fraîche de galaxies-fougères.

Aux muscles humides de boisson blanche
s’alimente le mal de vivre.

(Fernand Ouellette)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Naufrage (Fernand Ouellette)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2017



Naufrage

Immobile mais balisée par des odeurs,
cherchant la proie jusqu’à l’ange :
elle s’étendit sur le drap froid
parfaitement fleuve parsemé de joncs fauves.

Dans un éclair ma vie s’y déposa,
vif corbeau dans la moisson dolente.

Ainsi se laissa-t-elle assaillir et dévaster
sous les cris des mains
et polir par la langue dans les ombrages.

Quand sur le flanc elle revint,
comme une amphore de la flamme,
sa peau était ici et là moirée et mauve
de pensées en naufrage.

(Fernand Ouellette)

Illustration: Maria Cristina Baracchi

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Femme (Fernand Ouellette)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2016



Femme elle se mêlait nue aux fougères,
ses poils accueillant bien les papillons.
Sous elle j’étais son humus son nourricier obscur,
le musicien de ses nervures.
D’or de vert et de transparence je la sevrais.
Ma vie en elle montait jusqu’à son âme.

(Fernand Ouellette)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :