Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘feutré’

La poésie (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 28 octobre 2018



 

Adrian Chesterman 3

La poésie – par des voies inégales et feutrées –
nous mène vers la pointe du jour,
au pays de la première fois.

(Andrée Chedid)

Illustration: Adrian Chesterman

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

QUEL VESTIGE EN LA CENDRE ? (Pierre Béarn)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2018



QUEL VESTIGE EN LA CENDRE ?

Ombre à mon ombre usée ton pas vient dans le mien
toujours feutré de cendre et mon pas s’en irrite,
quel vestige en la cendre attestera mon bien ?

Irritation d’une ombre appuyée sur sa fuite,
tu marquas le Destin de ton chiffre orgueilleux
à l’aube où l’espérance estompait tes limites.

Pour se vouloir plus grand que la taille entrevue
tu n’auras projeté dans l’envol des soleils
qu’une étoile étourdie qui se veut attendue.

Dans un ciel surpeuplé que devient ta lumière ?
Tes semailles d’amour n’ont pas su refleurir.
La nuit descend pour accueillir les éphémères.

Ton arbre périra dans la flore anonyme
sans qu’un écho se moule au chant de tes oiseaux
sans qu’une aube de gloire ait reconnu ta cime.

Ombre à mon ombre usée ton pas vient dans le mien
toujours feutré de cendre et mon pas s’en irrite,
quel vestige en la cendre attestera mon bien ?

(Pierre Béarn)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des chaussons de feutre (Gérard Macé)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2018



Illustration: Karen Lamonte
    
Des chaussons de feutre
et des voix étouffées,
une odeur de cire dans l’escalier.

Des bruits de pas dans le couloir,
une robe qui traîne sur le parquet.

La table qu’on met en silence
et les instruments qu’on accorde avant le concert.

(Gérard Macé)

 

Recueil: Homère au royaume des morts a les yeux ouverts
Traduction:
Editions: Le bruit du temps

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Attendre attendre (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2018



Illustration: Cali Rezo
    
attendre attendre
demeurer inerte
laisser s’approfondir
le silence

mais la faim ronge
s’exacerbe
voudrait me contraindre
à forcer le seuil

surtout
ne rien tenter
ne rien forcer
et d’un mouvement feutré
suspendre l’affût

endurer la brûlure

attendre

encore
attendre
aller plus avant
dans la nudité
qui ouvrira
le passage

(Charles Juliet)

 

Recueil: L’Opulence de la nuit
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour écouter les choses lentes (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2018



pour écouter les choses lentes
l’homme abandonne ses lunettes
sur la table ferme les yeux
et renonce à invoquer Dieu

il est tout entier dans l’attente
du seul instant miraculeux
le pur silence où la musique
des vieux objets se laisse entendre

et s’élève roseau si tendre
dans la poussière famélique
et familière de la chambre

et tournoie comme un air de bal
que le feutre du temps dépose
dans la mémoire, pieux bocal

l’homme abandonne ses lunettes
sur le sable ferme les yeux
et renonce à prier le diable
trop étranger aux choses lentes

autour de lui sont les mouettes
crieuses comme à la marée
les harengères patoisantes
aux mains noires et lumineuses

les enfants désertent la plage
le soir vient (et le vent du large)
l’homme attend son regard aveugle

est l’image de son attente
il attend que les choses lentes
de la nuit naissent dans son coeur

(Jean-Claude Pirotte)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Attendre attendre (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2018



Illustration: Viviane-Josée Restieau
    
attendre attendre
demeurer inerte
laisser s’approfondir
le silence

mais la faim ronge
s’exacerbe
voudrait me contraindre
à forcer le seuil

surtout
ne rien tenter
ne rien forcer
et d’un mouvement feutré
suspendre l’affût

endurer la brûlure

attendre
encore
attendre

aller plus avant
dans la nudité
qui ouvrira
le passage

(Charles Juliet)

Découvert ici: https://misquette.wordpress.com/

Recueil: Moisson
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chats (Anne Hébert)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2018



Chats

Leurs yeux
Ont les profondeurs glauques
Où l’or se mêle au vert
Des étangs les plus secrets.

Leurs yeux
Sont des rets mouvants,
Fascinants
Comme la flamme.

Leur regard
En croissant de lune,
Entre leurs paupières
À demi-fermées
Se moque dignement
De nous, pauvres,
Qui ne savons
Même pas faire ronron !

Pupilles dilatées,
Quelle folie sublime
Vous possède,
Tandis que vous nous jugez,
Tristes sages ?

Éminences
Feutrées,
Tachetées ou barrées,
Est-ce de colère
Que vous griffez ?
Est-ce de mépris
Que vous dormez ?

Grâce parfaite,
Qu’on dirait consciente,
De quel temple égyptien
Sortez-vous ?

« Savez-vous seulement
Comment on parle à un Dieu ?
Vous rendez-vous compte
De l’honneur
Qu’est pour vous
Votre caresse sur mon pelage ? »

Jamais tout à fait apprivoisés,
Divins et diaboliques ;
Sur nos coussins,
Sans que la civilisation
Ne les ait gâtés,
Les chats posent
Et continuent un rêve
De mille et mille siècles.

(Anne Hébert)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Le souffle (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2018



Le souffle

Un souffle passe
Près des maisons basses
Il rôde sans bruit
Quand vient la nuit

Il passe à pas feutrés
Et les gens calfeutrés
Sont très inquiets
Et restent muets

Dans un silence lourd
Afin que nul ne sorte
Il frappe sur la porte
Des coups violents et sourds

Il passe comme un mystère
Comme une voix sans paroles
Avec un air austère
Avec des rages folles.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Démesure (Hédi Kaddour)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2018



démesure

les astres
sont des incandescences feutrées
dit-il en citant un penseur ancien
ou la lune est une barque
il marche avec les autres
en traitant de la démesure
à ras de terre les objets s’aggravent
et les voix d’elles-mêmes s’atténuent
dans ce qui se fait vrai silence

(Hédi Kaddour)


Illustration: Le Disque de Nebra

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour lire de façon interrogative (Julio Cortázar)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2018



    

Pour lire de façon interrogative

Tu as vu
véritablement tu as vu
la neige les astres les pas feutrés de la brise
Tu as touché
pour de vrai tu as touché
l’assiette le pain le visage de cette femme que tu aimes tant
Tu as vécu
comme un coup sur le front
l’instant le souffle bref la chute la fuite
tu as su
par chaque pore de la peau su
que tes yeux, tes mains, ton sexe ton coeur tendre
il fallait les jeter
il fallait les pleurer
il fallait à nouveau les inventer.

(Julio Cortázar)

 

Recueil: Crépuscule d’automne
Traduction: Silvia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :