Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fiction’

Sans réponse (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 17 septembre 2019



Sans réponse

À chaque cri qui se perd
Dans les marais de l’âme
À chaque souffle qui s’étiole
Dans le vaisseau du corps

Je sonde l’ingénieuse vie
Gardienne de nos arcanes

Sa réponse inaudible
Multiplie nos fictions.

(Andrée Chedid)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’aime ce que je vois (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 29 octobre 2018



J’aime ce que je vois parce que je cesserai
Un jour ou l’autre de le voir.
Je l’aime aussi parce qu’il est.

Dans cet intervalle placide où je suis ma propre fiction,
D’aimer, bien plus que d’être,
J’aime qu’il y ait tout et que je sois.

Mieux ne sauraient m’offrir, s’ils revenaient,
Les dieux primitifs
Car eux non plus ne savent rien.

(Fernando Pessoa)

Illustration: David Brayne

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les jours passent (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2018



Illustration: Edvard Munch
    
Les jours passent
pour s’établir
dans l’aujourd’hui

Chaque matin
je ressuscite
d’une mort passagère

Réinventant
la fiction de mon existence

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour Poèmes choisis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La vérité (Gilbert Keith Chesterton)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2018




    
La vérité doit forcément être plus étrange que la fiction
car la fiction n’est qu’une création de l’esprit humain
et, par conséquent, est à sa mesure.

(Gilbert Keith Chesterton)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sans pensée, sans énigme, aucun art n’est art (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018



Illustration: Salvador Dali

    
— Sans pensée, sans énigme, aucun art n’est art
sans pensée, sans énigme
le beau n’est que joli
le spectacle, divertissement
la tragédie, mélodrame,
la comédie, farce,
la peinture, image,
la musique, sonorité,
le roman, fiction,
le poème, chanson,
le silence, mutisme,
la solitude, isolement ;

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Variations du sensible
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SANS RÉPONSE (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2018



 


Illustration: Razvan Ciocanel

    
SANS RÉPONSE

A chaque cri qui se perd
Dans les marais de l’âme
A chaque souffle qui s’étiole
Dans le vaisseau du corps

Je sonde l’ingénieuse vie
Gardienne de nos arcanes

Sa réponse inaudible
Multiplie nos fictions.

(Andrée Chedid)

 

Recueil: Par-delà les mots
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vis entouré de roses (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017




Si tôt s’en va tout ce qui s’en va!
Si jeune meurt devant les dieux tout ce qui
Meurt! Tout est si peu!
Rien n’est savoir! Tout est fiction!
Vis entouré de roses, aime, bois
Et tais-toi. Le reste n’est rien.

(Fernando Pessoa)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Errer (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Errer

Elle va elle va
La remuante vie
Distançant nos fictions
Devançant tous nos rêves

Tandis que nous errons
D’ébauches en ébauches
Fabriquant sur l’écorce du monde
De frêles abris

Tandis que nous rôdons
Vers l’incernable issue
Mendiants d’éternité
Et de terres mal promises

Les peurs parfois nous déportent
Vers de douteux appuis
Nous enferment parfois
En de sombres bastilles
Sans fenêtres sur l’espace
Sans passage vers autrui.

(Andrée Chedid)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Dans le jardin les roses cessent d’être les roses et veulent devenir la Rose (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2016



Déjà les eaux lustrales de la nuit m’absolvent
des multiples couleurs et des multiples formes.
Déjà dans le jardin les oiseaux et les astres
exaltent le retour vivant des vieilles normes
de l’ombre et du sommeil. Déjà l’ombre a scellé
les miroirs qui redoublent la fiction des choses.
Goethe le disait mieux : le proche se dérobe.
Ces quatre mots chiffrent le crépuscule.
Dans le jardin les roses cessent d’être les roses
et veulent devenir la Rose.

(Jorge Luis Borges)

Illustration: Salavador Dali

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tomber comme une pierre dans l’obscur (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2016



Tomber comme une pierre dans l’obscur.
De tout ton poids. Connaître à nouveau ce vertige.

Le langage a relâché son étreinte.
La pensée s’est vidée de la fiction.

Reste ici ce corps, intensément présent, silencieux.

(Gérard Pfister)

Illustration: Eugène Leroy

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :