Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fifre’

La flûte (Stuart Merrill)

Posted by arbrealettres sur 12 septembre 2019



 

La flûte

A STEPHANE MALLARME

Au temps du gazouillis des feuilles, en avril,
La voix du divin Pan s’avive de folie,
Et son souffle qui siffle en la flûte polie
Eveille les désirs du renouveau viril.

Comme un appel strident de naïade en péril
L’hymne vibre en le vert de la forêt pâlie
D’où répond, note à note, écho qui se délie,
L’ironique pipeau d’un sylvain puéril.

Le fol effroi des vents avec des frous-frous frêles
Se propage en remous criblés de rayons grêles
Du smaragdin de l’herbe au plus glauque des bois :

Et de tes trous, Syrinx, jaillissent les surprises
Du grave et de l’aigu, du fifre et du hautbois,
Et le rire et le rire et le rire des brises.

(Stuart Merrill)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tambours de soie (Norge)(Georges Mogin)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2018




    
Tambours de soie
fifres de miel
clairons migrateurs des tempêtes
Belles chansons de prisonniers
Mille bouquets de mains tendus vers sa présence
cachots troués par l’espérance
orages troués par la foi
espace baisé sur la bouche
Communion toujours renaissante et vaincue.

Tant de ferveur s’ouvre les nues

Tant d’ivresse n’est pas perdue.

(Norge)(Georges Mogin)

 

Recueil: Oeuvres poétiques
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHORAL (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2018



 

CHORAL

Henni par le silex,
au train de rêve qui te faisait galoper
sur le champ
envahi de trèfle :

le peu de
terre qui remonte péniblement
vers nous brisé
par l’aigre stridence du fifre
qui te fouaille, des millions de fois,
dans ton ultime
parole hérétique.

Lentement,
tu enfonces ton doigt dans la plaie
d’où ma voix
s’échappe.

(Paul Auster)

Illustration: Alberto Pancorbo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vision (Émile Nelligan)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



Vision

Or, j’ai la vision d’ombres sanguinolentes
Et de chevaux fougueux piaffants,
Et c’est comme des cris de gueux, hoquets d’enfants
Râles d’expirations lentes.

D’où me viennent, dis-moi, tous les ouragans rauques.
Rages de fifre ou de tambour ?
On dirait des dragons en galopade au bourg.
Avec des casques flambant glauques…

(Émile Nelligan)

Illustration: Jennifer Morrison

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

RONDE (Francis Vielé-Griffin)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2016



 Cyril Leysin La-ronde.- c [800x600]

 

RONDE

Avec du soleil ou du clair de lune,
Et des voix de femme, et des pas de danse,
Mêlez les rêves en ronde d’enfance:
La brise est neigeuse, l’herbe saupoudrée
Des pétales blancs que sèment les branches;
Passe la blonde et passe la brune!
Elles tournoient; vous n’en aimez qu’une;
Embrassez celle que vous voudrez.

Les bouquets levés comme des torches
Essaiment, comme des étincelles,
Le sang des roses que la brise mêle
A la neige des lys effeuillés sous le porche;
Je sais le balustre où vous accouderez
Ce rire timide qui voile un émoi;
La ronde tourne et vous faites un choix;
Embrassez celle que vous voudrez.

On sonne du fifre et tous les rires
Vont tournant, encore, comme au vent les feuilles;
Vous avez peur de son baiser d’accueil,
Vous cherchez le mot que vous vouliez dire;
La coquette d’un rire vous absoudrait,
A vous voir au coeur cette honte d’amour:
Ne dites rien si vous êtes à court;
Embrassez celle que vous voudrez.

(Francis Vielé-Griffin)

Illustration: Cyril Leysin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DANS NOS VIEILLES POLYPHONIES… (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2015



DANS NOS VIEILLES POLYPHONIES…

Dans nos vieilles polyphonies
Fraîches comme chants de mésanges
Les oiseaux se font de faux nids
Tout près des anges

Lavandières du clair de lune
Au frais battement des lavoirs
Dans les nuits de Sainte-Opportune
Au vas-y-voir

C’est au pays des amours mortes
Où les fifres sifflent au vent
Où les loups soufflent sous les portes
Et sous l’auvent

Quand la rosée du matin brille
Je me perds en ses grands yeux noirs
Où je suis plus heureux qu’un drille
Des promenoirs

C’est l’amour qui me fit trouvère,
Parler aux oiseaux, aux poissons
Près des buissons de givre en verre
Pleins de chansons

Dans nos vieilles polyphonies
Gazouillent les flûtes du ciel
Les âmes pleurent, infinies
Dans le silence essentiel

De nos vieilles polyphonies…

(Maurice Fombeure)

Illustration: Hervé Masson

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :