Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘filles’

Brouillard (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2017



Les filles de la pluie sont douces si je hèle
A travers un brouillard infiniment glacé
Leur corps qui se refuse et la noire dentelle
Qui pend de leurs cheveux comme un oiseau blessé…

(René Guy Cadou)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Mes deux Filles (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2017




Mes deux Filles

Dans le frais clair-obscur du soir charmant qui tombe,
L’une pareille au cygne et l’autre à la colombe,
Belles, et toutes deux joyeuses, ô douceur !
Voyez, la grande soeur et la petite soeur
Sont assises au seuil du jardin, et sur elles
Un bouquet d’oeillets blancs aux longues tiges frêles,
Dans une urne de marbre agité par le vent,
Se penche, et les regarde, immobile et vivant,
Et frissonne dans l’ombre, et semble, au bord du vase,
Un vol de papillons arrêté dans l’extase.

(Victor Hugo)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

L’Echiquier (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2017



L’Echiquier

Je suis seul sur l’échiquier de la cour,
ni cavalier, ni roi, mais le fou.
La main du joueur hésite entre les tours.

Je fais trois pas, je déserte le lierre
pour la lumière épaisse où je m’englue.
Le lézard règne aux aisselles de pierre.

Où sont les filles d’or et de saveur,
ce bruit de blé qui froisse leur épaule,
et le figuier, son feuillage de coeurs,

le premier pas timide, sur les eaux,
du jour qui jouit de visibles trésors?
Rien n’a trompé le zèle des créneaux.

Car il ne vient que l’ombre d’une lame
aiguiser au grès ses tranchants mortels
pour de très lents combats avec les flammes.

Ici veillent le sphinx et la fourmi:
patience de dément dans sa cellule,
et mort repliée qui s’ouvre la nuit.

Mais je sens des formes collées aux murs,
dans l’odeur de sang des chambres désertes,
et qui m’épient par toutes les fissures.

(Jean Joubert)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Amour, signal étrange (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2016



Amour, signal étrange

Je les aime trop, sans savoir que je les aime,
les filles en route pour la prière.
Tombée du jour.
Elles non plus ne se savent pas aimées
par le garçon aux yeux baissés mais attentifs.
J’en regarde une, j’en regarde une autre, je sens
le signal silencieux de quelque chose
que je ne sais définir — plus tard je le saurai.
Ce n’est pas seulement Hermînia, ou Marieta,
ou Dulce ou Nazaré ou Carmen.
Toutes, elles me blessent — doucement,
elles passent sans le remarquer. Le jour tombant
déjà décompose les silhouettes, moi-même
je suis une ombre à la fenêtre du premier étage.
Que faire de ce sentiment
que je ne puis même nommer sentiment?
Je suis en train de me préparer à souffrir
tout comme les jeunes gens étudient pour devenir médecin
ou avocat.

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration: Maurice Denis

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHANSON (André Spire)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016




CHANSON

FILLES de Pontivy,
Filles de Pontivy,
Avec vos capuchons
De velours noir frappé,
Avec vos bavolets
De satin rouge et noir,
Avec vos robes noires
Sur vos tailles carrées,
Je vous ai vu passer.

Filles de Pontivy,
Filles de Pontivy,
Avec vos tabliers
De lainage turquoise,
Avec vos gorges plates,
Vos ventres en avant,
Avec vos poignets nus.
Et vos regards perdus,
Je vous ai saluées.

Mais vous, filles de Nantes.
Mais vous, filles de Nantes.
Avec vos ventres plats
Et vos hanches ballantes,
Et vos seins en avant,
Et vos yeux qui regardent,
Avec vos pieds sonnants,
Vos têtes haut coiffées,
Je vous ai désirées.

(André Spire)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Petite chanson pour le premier avril d’une fenêtre (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2016



Les filles rient aux fenêtres
pour humilier les pelouses,
arrondir les coins des arbres,
délacer la montagne.

Les filles chantent aux fenêtres
pour tatouer la nuit,
poudrer la mer,
enflammer la fourmi.

Les filles pleurent aux fenêtres
pour noyer la pluie…

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Eve (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2016


 

Un livre déclare Eve
venir de la racine hayah
voulant dire vivre
cependant que des créatures
certaines d’exister
font apprendre aux filles
les passions humaines
mais la plus jeune
tient une pomme blonde
sur un seuil creusé
ne faisant rien d’autre
avant son sommeil.

(Jean Follain)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toujours (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2016


 

L’enseigne s’érige
au-dessus d’une porte
où le chien vient gratter
l’homme dort.
Il a dit ramenant l’herbe
je préfère ma demeure
à tout au monde
mes fleurs rouges à mes filles.
Il ignore qu’un cristal
se multiplie.
N’empêche que sonne l’heure
comme à sa jeunesse altérée.
Si la maison croulait, auprès des ruines
un bouvreuil chanterait encore.

(Jean Follain)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce n’est pas difficile (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2016



Ce n’est pas difficile
Dans une touffe d’herbe
De voir un incendie
Où s’exaltent des cathédrales,

De voir un fleuve qui se presse
Pour les sauver.

Pas difficile
D’y voir des filles nues
Faire la nique aux cathédrales
Et danser sur le fleuve
Qui chante l’incendie,

D’y voir venir l’armée
Crachant par tous ses tanks
Pour, sur le dos du fleuve,
Acclamer sa victoire.

– Mais voir la touffe d’herbe.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Brouillard (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2015



Les filles de la pluie sont douces si je hèle
A travers un brouillard infiniment glacé
Leur corps qui se refuse et la noire dentelle
Qui pend de leurs cheveux comme un oiseau blessé…

(René Guy Cadou)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :