Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘finitude’

LE VILLAGE (Roland Brachetto)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2018



LE VILLAGE

Le village quadrille le soleil
damier de soufre et de salpêtre
pêcherie des souffrances tues

Le long apprentissage à n’être rien
en nos veines descend monacale brûlure
et l’orgueil se consume
et chaque ombre ferme son poing
sur un vacillement de vie
telle une lampe à jamais sous le vent
s’enferme en sa fragilité

Ô ces longs regards sous la pierre
qu’ouvre tout grand la lourde obscurité
toujours prompte à peser dans les choses
L’absence d’espérer alourdit les paupières
jusqu’au nocturne poids du végétal

Amère finitude
qui restreint l’âme à la chair
la chair à la faim la faim à la nuit

(Roland Brachetto)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ce fut malheur (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2018



    

Ce fut malheur quand fut perdu pour nous
la paix de la finitude;
Notre chair close se vit transpercée
par l’épée de l’infini.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La source du silence (Michel Camus)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2016


,statue,statue-de-femme

La source du silence
se reconnaît
dans l’immobilité de la pierre
habitée dans sa finitude minérale
par ce qui la nie amoureusement

(Michel Camus)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Finitude de chaque île (Marie Uguay)

Posted by arbrealettres sur 12 septembre 2016



Finitude de chaque île qui dérive
au large occupé de l’avenir
dans les tristes inclinaisons du soir
quand les vents s’acharnent à toutes les portes

L’île saigne de trop d’exodes accumulés
de trop de jours répétés dans l’aveu des lassitudes

Lente retraite des paysages où la mémoire
est la seule attache aux rives décousues du temps

(Marie Uguay)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Paumes ouvertes (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2016



Pourtant il nous reste encore à célébrer
comme tu le fais
Célébrer ce qui, jailli d’entre nous
tend encore vers la vie ouverte
Ce qui, d’entre les chairs meurtries, crie mémoire
Ce qui, d’entre les sangs versés, crie justice
Seule voie en vérité où nous pourrions encore
honorer les souffrants et les morts

Chacun de nous est finitude
L’infini est ce qui naît d’entre nous
fait d’inattendus et d’inespérés
Célébrer l’au-delà du désir, l’au-delà de soi
Seule voie en vérité où nous pourrions encore
tenir l’initiale promesse
Célébrer le fruit, plus que le fruit même
mais la saveur infinie
Célébrer le mot, plus que le mot même
mais l’infinie résonance
Célébrer l’aube des noms réinventés
Célébrer le soir des regards croisés
Célébrer la nuit au visage émacié
Des mourants qui n’espèrent plus rien
mais qui attendent tout de nous
En nous l’à-jamais-perdu
Que nous tentons de retourner en offrande
Seule voie où la vie s’offrira sans fin

paumes ouvertes

(François Cheng)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Aimer c’est dire «tu ne mourras pas!» (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2016


 

Nous sommes clôture et finitude
Pourtant c’est entre nous
Que sans fin jaillira
Ce que la vie désire
de plus vaste
de plus haut
d’indéfiniment transmuable
Aimer c’est être
en avant de soi
Aimer c’est dire
«tu ne mourras pas!»

(François Cheng)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

L’important (Jean-Paul Sartre)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2016



L’important n’est pas ce que l’on fait de moi,
mais ce que je fais moi-même
de ce que l’on fait de moi

L’homme est un être « pour soi »
avec la conscience du néant essentiel de son être « en soi ».
Son avenir est vierge, tout lui est permis.
Et en même temps, la conscience qu’il a de sa nécessaire finitude
procure à l’humain de l’angoisse.

Libres nous sommes, libres avant de mourir, inévitablement.
Libres, responsables et angoissés.
Les humains non angoissés sont forcément inconscients et aveugles.

(Jean-Paul Sartre)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :