Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘firmament’

Que les atomes entrent dans la danse ! (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2017



Que les atomes entrent dans la danse !
Afin que de joie sans pied ni tête,
les âmes entrent dans la danse.

Celui pour l’amour
de qui danse le firmament,
Je te dirai à l’oreille
où est le lieu de sa danse

(Mawlana Rûmî)


Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuit d’automne (Wei Ying-Ou)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2017



Nuit d’automne

A un ami
Mon coeur est avec vous dans cette nuit d’automne,
En me promenant et murmurant un poème sur la fraîcheur du firmament.
Dans la montagne déserte tombent les pommes de pin.
Vous, le solitaire, vous ne devez pas encore être couché?

(Wei Ying-Ou)

Illustration: Shi Yi 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peut-être étais-je trop gourmande (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017



Peut-être étais-je trop gourmande —
Il me faut — des ciels à tout le moins —
Car les Terres, foisonnent autant
Que les Baies, dans ma Ville natale —

Mon Panier ne contient — que — des Firmaments —
Ceux-là — à mon bras — aisément se balancent,
Quand de moindres ballots sont – Accablants.

***

Perhaps I asked too large —
I take — no less than skies —
For Earths, grow thick as
Berries, in my native Town —

My Basket holds —just — Firmaments —
Those —- dangle easy — on my arm,
But smaller bundles —

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Lui (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2017


oeil-de-dieu

Ah, Lune – et toi, Etoile!
Vous êtes bien loin –
Mais – n’y eût-il rien de plus lointain que vous –
Croyez-vous qu’un firmament m’arrêterait –
Ou même – une Coudée !

J’emprunterais un Bonnet – à l’Alouette –
Au Chamois une bottine d’argent –
Un éperon à l’Antilope –
Et bondirais vers vous – ce soir !

Mais – Lune – et toi, Etoile –
Bien que vous soyez si loin –
Il en est un – de plus lointain que vous –
De Lui – plus qu’un firmament – me sépare –
Et je ne puis le franchir!

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

FRAGMENTS (Emily Jane Brontë)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2017



FRAGMENTS

Seules quelques tiges d’herbe d’un vert brillant
Tremblaient, transparentes, au soleil.

*

C’est tout d’abord un temps de triste rêverie,
Puis un jaillissement de pleurs amers,
Puis un calme lugubre et son mortel brouillard
Qui s’épand sur joies et soucis;

Puis le coeur qui palpite, puis un allégement,
Puis un souffle venu d’en-haut,
Puis une étoile qui s’allume au firmament,
L’étoile, l’étoile éblouissante de l’amour.

***

FRAGMENTS

Only some spires of bright green grass
Transparently in sunshine quivering

And first an hour of mournful musing,
And then a gush of bitter tears,
And then a dreary calm diffusing
Its deadly mist o’er joys and cares;

And then a throb, and then a lightening,
And then a breathing from above,
And then a star in heaven brightening
The star, the glorious star of love.

(Emily Jane Brontë)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette douce parole (Rûmi)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2017


 


Cette douce parole que nous
nous sommes dite l’un à l’autre

Le dôme du firmament l’a gardée
dans son coeur secret

Un jour, comme la pluie
il la répandra

Et notre mystère croîtra
sur la place du monde.

(Rûmi)

Illustration: Leonid Afremov

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô jour, lève-toi, les atomes dansent (Rûmi)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2017



Ô jour, lève-toi,
les atomes dansent,

Les âmes, de joie,
sans tête ni pieds, dansent.

Celui pour qui le firmament
et l’atmosphère dansent,

À l’oreille, je te dirai
où l’entraîne la danse.

(Rûmi)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Marine (Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2017



L’Océan sonore
Palpite sous l’œil
De la lune en deuil
Et palpite encore,

Tandis qu’un éclair
Brutal et sinistre
Fend le ciel de bistre
D’un long zigzag clair,

Et que chaque lame,
En bonds convulsifs,
Le long des récifs
Va, vient, luit et clame,

Et qu’au firmament,
Où l’ouragan erre,
Rugit le tonnerre
Formidablement.

(Verlaine)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Minuit (Louis-Honoré Fréchette)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



 

Minuit

La pâle nuit d’automne
De ténèbres couronne
Le front gris du manoir ;
Morne et silencieuse,
L’ombre s’assied, rêveuse,
Sous le vieux sapin noir.

Au firmament ses voiles
Sont parsemés d’étoiles
Dont le regard changeant,
Sur la nappe des ondes,
Répand en gerbes blondes
Ses paillettes d’argent.

Dans le ciel en silence
La lune se balance
Ainsi qu’un ballon d’or,
Et sa lumière pâle,
D’une teinte d’opale,
Baigne le flot qui dort.

Au bois rien ne roucoule
Que le ruisseau qui coule
En perles de saphir;
Et nul cygne sauvage
N’ouvre sur le rivage
Sa blanche aile au zéphir.

Une ondoyante voile,
Comme aux cieux une étoile,
Brille au loin sur les eaux,
Et la chouette grise
De son vol pesant frise
La pointe des roseaux.

La bécassine noire
Au col zébré de moire
Dort parmi les ajoncs
Qui fourmillent sans nombre
Sur le rivage sombre,
Au pied des noirs donjons.

Sous la roche pendante,
La grenouille stridente
Dit sa rauque chanson,
Et des algues couverte
Toute la troupe verte
Coasse à l’unisson.

Dans l’onde qui miroite,
L’ondine toute moite
Ecartant les roseaux,
Sèche sa blanche épaule
A l’ombre du vieux saule
Qui pleure au bord des eaux.

Rêveuse elle se mire
Et, coquette, s’admire
Dans le miroir mouvant,
Et de ses tresses blondes,
Sur le cristal des ondes,
Tombent des pleurs d’argent.

La Sylphide amoureuse,
La Péri vaporeuse,
Fée au col de satin,
Dans leur ronde légère,
Effleurent la fougère
D’un petit pied mutin.

Les farfadets, les gnomes,
Les nocturnes fantômes,
Traînant leurs linceuls gris,
Dansent, spectres difformes,
Autour des troncs énormes
Des vieux pins rabougris.

Le serpent rampe et glisse,
Et son écaille lisse
D’un rayon fauve luit ;
Les bêtes carnassières
Sortent de leurs tanières…
Dormons : il est minuit !

(Louis-Honoré Fréchette)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est l’heure exquise (Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 26 janvier 2017



La lune blanche
Luit dans les bois;
De chaque branche
Part une voix
Sous la ramée…

Ô bien-aimée.

L’étang reflète,
Profond miroir,
La silhouette
Du saule noir
Où le vent pleure…

Rêvons, c’est l’heure.

Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l’astre irise…

C’est l’heure exquise.

(Verlaine)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :