Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fleuriste’

Le bouquet (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2018



Illustration: Marc Chagall
    
Le bouquet
Pour toi pour moi
loin de moi près de toi
avec toi contre moi
chaque battement de mon cœur
est un fleur arrosée par ton sang
Chaque battement c’est le tien
chaque battement c’est le mien
par tous les temps tout le temps
La vie est une fleuriste
la mort un jardinier
Mais la fleuriste n’est pas triste
le jardinier n’est pas méchant
le bouquet est trop rouge
et le sang trop vivant
la fleuriste sourit
le jardinier attend
et dit Vous avez le temps !
Chaque battement de nos cœurs
est une fleur arrosée par le sang
par le tien par le mien
par le même en même temps.

(Jacques Prévert)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

Recueil: Choses et autres
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Coin de rue (Charles Trenet)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2018


 


 

-Coin-de-rue [1280x768]

Coin de rue

J’ me souviens d´un coin de rue
Aujourd´hui disparu
Mon enfance jouait par là
Je me souviens de cela
Il y avait une palissade
Un taillis d´embuscades
Les voyous de mon quartier
V’naient s´y batailler

A présent, il y a un café,
Un comptoir flambant qui fait d’ l´effet
Une fleuriste qui vend ses fleurs aux amants
Et même aux enterrements

Je revois mon coin de rue
Aujourd´hui disparu
Je me souviens d´un triste soir
Où le cœur sans espoir
Je pleurais en attendant
Un amour de quinze ans
Un amour qui fut perdu
Juste à ce coin de rue

Et depuis, j´ai beaucoup voyagé
Trop souvent en pays étrangers
Mondes neufs, constructions ou démolitions
Vous m’ donnez des visions

Je crois voir mon coin de rue
Et soudain apparus
Je retrouve ma palissade
Mes copains, mes glissades
Mon muguet d’deux sous d’printemps
Mes quinze ans… mes vingt ans
Tout c’ qui fut et qui n´est plus
Tout mon vieux coin de rue.

(Charles Trenet)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Sous une pluie fine (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2017



 

Fabian Perez 66b7888

Sous une pluie fine,
Dans l’entrée d’une fleuriste,
Une fille se vend.

***

In a drizzling rain,
In a flower shop’s doorway,
A girl sells herself

(Richard Wright)

Illustration: Fabian Perez

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

NE… (André Spire)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016




NE…

Quand je valais quelque chose,
Digue, digue, digue.
Quand je valais quelque chose,
Ne touche pas au feu,
Me disait le grand-oncle;

N’ouvrez pas cette armoire,
Me disait la servante;

N’approche pas du puits.
Me disait la grand-mère;
Ne marche pas si vite,
Tu te mettras en nage;

Ne cause pas en route,
Ne regarde pas en l’air;

Ne regarde pas à droite.
Il y a la fleuriste;

Ne regarde pas à gauche,
Il y a le libraire;

Ne passe pas la rivière,
Ne monte pas la colline,
N’entre pas dans le bois.

Moi j’ai pris mon chapeau
En éclatant de rire,
Mon manteau, mon bâton
En chantant : digue, digue!

La rivière, la colline,
Les grands bois, digue, digue!
Digue, digue les beaux yeux,
Et digue, digue les livres!

(André Spire)

Illustration: Édouard Debat-Ponsan

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Grasse matinée (Ozaki Hôsai)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2016



Du fleuriste
le bruit des ciseaux –
je fais la grasse matinée

(Ozaki Hôsai)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | 10 Comments »

Chez la fleuriste (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2015



Un homme entre chez la fleuriste
et choisit des fleurs
la fleuriste enveloppe les fleurs
l’homme met la main à sa poche
pour chercher l’argent
l’argent pour payer les fleurs
mais il met en même temps
subitement
la main sur son coeur
et il tombe

En même temps qu’il tombe
l’argent roule à terre
et puis les fleurs tombent
en même temps que l’homme
en même temps que l’argent
et la fleuriste reste là
avec l’argent qui roule
avec les fleurs qui s’abîment
avec l’homme qui meurt
évidemment tout cela est triste
et il faut qu’elle fasse quelque chose
la fleuriste
mais elle ne sait pas comment s’y
prendre
elle ne sait pas par quel bout
commencer
Il y a tant de choses à faire
avec cet homme qui meurt
ces fleurs qui s’abîment
et cet argent
cet argent qui roule
qui n’arrête pas de rouler.

(Jacques Prévert)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :