Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘foetus’

St-Théodore (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2017



St-Théodore

Tout à l’heure des amis sont passés devant moi
Mais ils ne m’ont pas vu
Car j’étais caché
Derrière un foetus de poème
Et je regardais
Courir des couleurs

(Pierre Albert-Birot)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Demain sera le même jour (Abdellatif Laâbi)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2017



Demain sera le même jour

Demain
sera le même jour
Je n’aurai vécu que quelques instants
le front collé à la vitre
pour accueillir le carrousel du crépuscule
J’aurai étouffé un cri
car personne ne l’aura entendu
en ce désert
Je me serai mis
dans la position du fœtus
sur le siège de ma vieille solitude
J’aurai attendu
que mon verre se vide à moitié
pour y déceler le goût du fiel
Je me serai vu
le lendemain
me réveillant et vaquant
Atrocement semblable

(Abdellatif Laâbi)


Illustration: Pascal Renoux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Pourquoi l’azur muet et l’espace insondable (Arthur Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2016




– Pourquoi l’azur muet et l’espace insondable ?
pourquoi les astres d’or fourmillant comme un sable ?
Si l’on montait toujours, que verrait-on là-haut ?
Un Pasteur mène-t-il cet immense troupeau
De mondes cheminant dans l’horreur de l’espace ?
Et tous ces mondes-là, que l’éther vaste embrasse,
Vibrent-ils aux accents d’une éternelle voix ?
Et l’Homme, peut-il voir ? peut-il dire : Je crois ?
La voix de la pensée est-elle plus qu’un rêve ?
Si l’homme naît si tôt, si la vie est si brève,
D’où vient-il ? Sombre-t-il dans l’Océan profond
Des Germes, des Foetus, des Embryons, au fond
De l’immense Creuset d’où la Mère-Nature
ressuscitera, vivante créature,
Pour aimer dans la rose, et croître dans les blés ?…

Nous ne pouvons savoir ! Nous sommes accablés
D’un manteau d’ignorance et d’étroites chimères !
Singes d’hommes tombés de la vulve des mères,
Notre pâle raison nous cache l’infini !
Nous voulons regarder : le Doute nous punit !
Le doute, morne oiseau, nous frappe de son aile…
Et l’horizon s’enfuit d’une fuite éternelle !…

Le grand ciel est ouvert ! les mystères sont morts
Devant l’Homme, debout, qui croise ses bras forts
Dans l’immense splendeur de la riche nature !
il chante… et le bois chante, et le fleuve murmure
Un chant plein de bonheur qui monte vers le jour !…
C’est la Rédemption ! c’est l’amour ! c’est l’amour !…

(Arthur Rimbaud)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Aujourd’hui temps de jardin (Pierre-Albert Birot)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2016



Aujourd’hui temps de jardin
Temps doré
Comme si tu étais là
Pour en être heureuse
Temps de tout coeur comme toi
Je suis allé m’asseoir
Au Luxembourg
Et dans cette facilité printanière
Je pensais aux lignes droites de ta tombe
Et au grain fin de la pierre
Un grain doux comme des seins
Il me semble à l’instant sentir
Que je me forme que je m’enroule
Dans l’intérieur de ma douleur
Comme un foetus dans sa matrice
Peut-être naîtrai-je à mon temps
Et c’est encor toi qui m’auras donné
Ce nouveau moi fils de ta mort

(Pierre-Albert Birot)

Illustration: Charles Courtney Curran

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aujourd’hui j’ai senti (Valérie Canat de Chizy)

Posted by arbrealettres sur 7 mars 2016



Aujourd’hui j’ai senti, à l’intérieur de mon ventre,
comme un fœtus mort dont les racines me traversaient la peau.
À l’extérieur, des gens au regard comme des tiges de fer
tentaient de percer la membrane.

(Valérie Canat de Chizy)

Illustration:Ana Cruz

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ISEUT A OUESSANT (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 2 mai 2015



Ouessantjpg [800x600]

ISEUT A OUESSANT

Celle-ci qui trempe dans la glu des radiolaires
Trouve la force du foetus dans sa poche élastique
Pour joindre à la nage la carapace de l’archipel.
A chaque jour sa ration de pluie et de ténèbres.
Le chaos de la matière les craquements annulent
La peine qu’on se donne pour vivre et faire.
Ici l’ajonc la bruyère affleurent sans monotonie
Capables de fermeté et d’une usure ingénieuse.
Iseut en alerte brille de la surface de la mer.

(Paol Keineg)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :