Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fond’

Langage de songe (Anne Goyen)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2018




    
Langage de songe

Que sais-je des intimes houles
Des orages des frissons
Qui te parcourent

De l’obsur chemin
Qui t’enracine
A l’océan de feuilles
Qui te vêt
Tu gardes le secret
De ton histoire

Danse de sève
Et pleur d’écorce
Si tu nous parles
C’est d’un langage de songe
Au fond de nos sommeils

(Anne Goyen)

 

Recueil: Arbres, soyez
Traduction:
Editions: Ad Solem
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le jardin (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 18 avril 2018




    
Le jardin

Arrête-toi au fond de ce jardin
Pour l’air et pour le peu de roses
Arrête-toi, je te rejoins
Tu es plus belle que mon attente
Plus terrible encore quand le temps cesse
Car tu as cessé de vivre dans le temps

Mémoire
Poussant le grillage de fer
Pas à pas sur les terres humides
De la rosée plus que le jour

Je te rejoins
Il n’y a plus personne dans ce jardin
Les quelques pas avaient gravé la terre
C’était mon pas

Ô disparue derrière les ronces.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le large est entré (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2018



    
le large est entré dans la chambre nocturne
où un geste ou deux ont aimé la lumière —
les corps se dressent dans la clarté invisible
des hanches nues et des syllabes d’eau
longues et brèves des bouches qui se penchent
bruit de verre échoué sur les fonds —

(Lorand Gaspar)

 

Recueil: Sol absolu et autres textes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’oiseau en mai (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2018



Illustration
    
l’oiseau en mai
venu du fond de l’oiseau.

l’oiseau se condense
différent
selon le lieu, selon le temps
– ici aigrette – ici mésange.

le cormoran; une musique immobile :
pour cela fascinante.

un bouvreuil :
menu incendie.

le coq court sous la pluie
serrant contre lui ses ailes
(un manchot ?)
des mains l’accompagnent pourtant
qui le modèlent.

(Pierre Garnier)

 

Recueil: Ornithopoésie
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des limicoles (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2018




    
des limicoles
donnent leur minceur
au sable et à l’eau.

l’aigrette
avance
là où l’eau intervient légèrement
dans sa marche.

la terre, l’eau font cercles.
naissance de machines minuscules :
les pattes, les vagues.

les pattes de l’aigrette
repoussant le fond —
approfondissant le miroir
où pénètre le ciel.

(Pierre Garnier)

 

Recueil: Ornithopoésie
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CIELS TRISTESSES DU MATIN (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2018




    
CIELS TRISTESSES DU MATIN
A Claude Arrieu,

Les dimanches matins
Les cloches cathédrales
Étonnent et labourent
La mer fraîche du ciel.

Altérées, de guingois,
Plus basses que l’aurore
S’effacent les étoiles,
Solitudes sans fond.

Et sur les villes grises
S’écrasent les fumées;
Les ennuis nous assiègent
Comme pluies de fourmis.

Tous les cris de la vie
Coulent dans les fontaines;
Les bocages de pierre
Ne cachent point d’oiseaux.

Mais l’agile lumière
Qui tremble sur les eaux,
A la pointe des aigles,
Rit à notre destin.

(Maurice Fombeure)

 

Recueil: A dos d’oiseau
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le bonheur des jours de pluie (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2018




    
Le bonheur des jours de pluie
quand la lucarne est un tambour
c’est la musique du ciel
l’enfant dit : les larmes des anges

et nous pensons qu’il faut mourir
afin de toujours entendre
pleurer le ciel du fond des siècles
aurons-nous le temps d’attendre

la mort de près la mort de loin
les disparus de naissance
l’enfant dit je serre les poings
c’est à la pluie que je ressemble

(Jean-Claude Pirotte)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Ajoie
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Partout où je vais (Michel Camus)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2018


0708030603131007952456

Dans la rumeur du fond
se fond notre propre souffle
Partout où je vais le silence
malgré tout m’accompagne

(Michel Camus)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Intérieur-Extérieur (Michel Camus)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2018



 

Intérieur-Extérieur

Par « homme intérieur »
il faut entendre
l’intérieur infini
dans l’intériorité sans fond
de l’homme
sans moi.

Par « l’homme extérieur »
la chair et l’âme de son sang
ainsi que l’esprit
de l’homme.

Dieu et l’homme extérieur
sont mortels.
Ils sont appelés à disparaître
dans l’homme intérieur:
analogon
de la divinité
sans nom et sans visage.

(Michel Camus)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toujours ailleurs (Stéphanie Ferrat)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2018



Illustration
    
toujours ailleurs
le regard

attendu

au fond des yeux

(Stéphanie Ferrat)

 

Recueil: Caisson
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :