Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fond’

La terre que je tire (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2017




    
La terre que je tire est moins lourde que mon corps
et je suis lié à elle par les pas que je fais.
Devant moi elle est toujours prête à s’ouvrir
d’une tombe qu’il me faut sauter à chaque instant.

Minute par minute, je réchauffe mon coeur pour vivre.
Dès que j’entends le sang ruisseler sous mes tempes
l’amour se met à battre de mon regard à un autre regard
et de deux vies fait deux fleuves qui se côtoient.

Le soleil en plongée dans les bois
remonte en prenant la couleur de la terre,
tandis que mes yeux regardent le monde
comme des souterrains qui viennent du fond d’une existence.

Ma main tendue est une cime
dont le ciel se détourne avec indifférence
parce qu’elle ne peut se libérer du poids
qui la fait se rabattre sur un front sans chaleur.

Toute vie se passe renvoyée à un autre être
comme les carreaux se renvoient certains reflets
et c’est pour toujours l’obscurité des eaux
dont on ne connaît pas la profondeur.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand je cherche (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2017



Illustration: Marie-Paule Deville Chabrole
    
Quand je cherche au fond du sang
dont la gerbe se dénoue en mes mains
la raison de cette existence que je porte
un peu comme la mer le plus frêle des bateaux,

ton visage vient peser sur mon épaule
de tout son poids de soleil et de fruit,
tes seins font s’ouvrir mes doigts
pour une caresse démesurée,
pour une caresse qui s’élève en moi comme une plante.

Et je monte autour de ma vie
en même temps que mes bras autour de ton ventre
et dans ton corps clair comme l’eau
je retrouve le caillou de ta chair.

Quand tu n’es pas là,
quand la grande pièce de l’espace nous sépare,
je sens que la mort peut m’atteindre plus facilement,
que le monde me surveille de toutes ses fenêtres,
que toutes les femmes ne peuvent être que des passantes.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Silences (Anna Akhmatova)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2017



Alfred Seifert [800x600]

Silences

Et cela fait peur de le deviner
Au fond d’un sourire encore inconnu.

(Anna Akhmatova)

Illustration: Alfred Seifert

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

VOIX DE LA PENSÉE (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017



Illustration: Rafal Olbinski
    
VOIX DE LA PENSÉE

justesse
de la voix qui touche
voix off de tout

fond qui affleure
fin fond de tout

les larmes prennent voix
de toi à moi

de l’écume au silence
il n’est question
que de passer

entre l’usure de l’être
et la fraîcheur des choses
ou l’inverse

à traquer les zones
d’effondrement

entrer en clarté
à son corps défendant

la nuit ne tient qu’à un fil

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Infiniment proche
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le corps a ses grimoires (Jean-Marie Barnaud)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2017



Illustration: Olivier de Sagazan
    
Le corps a ses grimoires
La peau tressaille encore
aux vieux soleils
Les yeux seuls touchent au monde
les yeux du moins
car la main s’y noierait
Blessure fait le corps
blessure est à présent mon nom
Ecartez les lèvres de cette plaie
et sondez jusqu’au fond le désastre

(Jean-Marie Barnaud)

 

Recueil: Fragments d’un corps incertain
Editions: Cheyne

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je songe je songe (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2017




    
je songe je songe
je songe à ce grand fond de solitude
qui ne m’a jamais quitté
à toutes ces errances
dans la nuit
pour naître à nouveau
dans la nuit
où j’ai brûlé
une bonne part de mon éternité

(Zéno Bianu)

 

Recueil: Chet Baker (Déploration)
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Prends-moi sous tes ailes (Chaïm Nachman Bialik)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017



    

Prends-moi sous tes ailes

Prends-moi, oh ! prends-moi sous tes ailes
Et sois pour moi mère et soeur !
Ton giron pour ma tête un refuge,
Un nid pour mes prières.

À l’heure de grâce, au crépuscule,
Je te dirai le fond de ma tristesse.
On dit que la jeunesse existe,
Où donc est-elle, ma jeunesse?

Et encore un secret, je te dévoilerai :
Dans la flamme mon âme s’est consumée.
On dit que l’amour existe.
Qu’appelle-t-on aimer?

Les étoiles m’ont trahi
J’avais un rêve : il s’est enfui.
Et maintenant, je n’ai plus rien,
Je n’ai plus rien au monde.

Prends-moi, oh ! prends-moi sous tes ailes
Et sois pour moi mère et soeur.
Ton giron pour ma tête un refuge,
Un nid pour mes prières.

(Chaïm Nachman Bialik)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: J. Milbauer
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’AUTRE MESSAGE (Jean-Pierre Lemaire)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017




    
L’AUTRE MESSAGE

Quand il a lu le dernier mot
il cherche encore au creux de l’enveloppe
autre chose, un signe impalpable
plus fin qu’une épingle, un souffle
qui serait parvenu clandestinement
ici, loin de la mer, comme des grains de sable
recueillis au fond d’un soulier obscur

(Jean-Pierre Lemaire)

 

Recueil: Le Pays derrière les larmes
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La recherche (Bernard de Louvencourt)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2017




    
La recherche

Quand l’homme a tout conquis : honneur, gloire et richesse,
Alors qu’il se repose au seuil de ses vieux ans,
Qu’il soit prince, soldat, artiste, paysan,
Il lui vient un désir au cœur, une détresse.

A tous les biens du monde, au luxe, à ses présents,
Il préfère l’amour — cet instant de jeunesse.
Il s’avance à tâtons vers l’éternelle ivresse…
L’amour est dans la vie et dans l’agonisant.

Hélas ! il n’a trouvé le repos de son âme !
Un jour devant ses yeux, l’amour s’est créé femme
Pour son trouble, jeune homme, ou pour son regret, vieux.

Et maintenant qu’il est devant la mort… il pleure
Et cherche encor l’amour dans cet éternel leurre :
La terre au fond du ciel, et l’homme au fond des yeux !

(Bernard de Louvencourt)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE FOND DU COEUR (Ouyang Xiu)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2017



femme

LE FOND DU COEUR

Le matin son rideau est couvert de givre
Elle souffle sur ses doigts glacés
Et essaie d’épingler des fleurs de prunier
dans ses cheveux
Tourmentée par la longue absence de son amoureux
Elle peint ses sourcils en arcs de collines lointaines

Revoir en pensée le passé
Regarder le temps filer
Dans le chagrin l’âme trempée
Elle a sa gorge serrée
Avant même de fredonner
Les sourcils se tordent sous un sourire forcé
Par la douleur le cœur brisé

(Ouyang Xiu)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :