Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fontaine’

Dangereusement belle (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2022




Dangereusement belle
Un arc-en-ciel au bord des cils
Fontaine du regard où boivent les désirs
Boutons ouverts
Tes seins s’épanouissent
Tronc nu comme un arbuste qu’on effeuille
Ecoute l’oiseau du plaisir qui roucoule sur ta gorge
Et fière de ta beauté dont le miroir n’est que l’écho
Tu te mires en toi-même

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration: Andrzej Malinowski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tant de (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2022



Tant de

Tant de fruits
Tant de mains pour les cueillir
Tant de jours pour vivre
Et de nuits pour rêver

Tant d’oiseaux qui se déplacent
Dans un ciel immobile
Tant de cailloux à lancer
À la surface de l’eau

Tant de vagues
Et de coquillages
Sur le sable humide
D’un rivage désert

Tant de clarté
Dans l’eau de la fontaine
Tant de vie cachée
Dans un regard muet
Et tant d’amour à partager.

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Sonnet III (Louise Labé)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2022



Illustration: Domenico Ghirlandaio

Louise Labé
    
Sonnet III

Ô longs désirs, ô espérances vaines,
Tristes soupirs et larmes coutumières
A engendrer de moi maintes rivières,
Dont mes deux yeux sont sources et fontaines !

Ô cruautés, ô duretés inhumaines,
Piteux regards des célestes lumières,
Du cœur transi ô passions premières,
Estimez-vous croître encore mes peines ?

Qu’encor Amour sur moi son arc essaie,
Que nouveaux feux me jette et nouveaux dards,
Qu’il se dépite, et pis qu’il pourra fasse :

Car je suis tant navrée en toutes parts
Que plus en moi une nouvelle plaie,
Pour m’empirer, ne pourrait trouver place.

(Louise Labé)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Oeuvres poétiques
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vois maintenant un enfant (Pier Paolo Pasolini)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2022




Je vois maintenant un enfant qui revient de la fontaine
avec deux brocs d’eau pleins:
il marche dans l’air clair du pays,
qui est pour moi un pays inconnu.

Pourtant, lui, l’enfant, est pour moi un visage familier,
avec le ciel qui pâlit dans une funèbre douceur
et les maisons qui s’abandonnent peu à peu à l’ombre
tandis que sur la placette tout est écrasé
par un son de trompette accablant.

C’est le déclin du jour,
et je me souviens du nombre infini de jours
que j’ai vu mourir ainsi…

(Pier Paolo Pasolini)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (Claude Haller)

Posted by arbrealettres sur 18 juin 2022




    
La poésie

Il n’est ciel
Que de sourire

Fontaine
Que de clarté

Mont
Que d’orgueil

Musique
Que de vertige

(Claude Haller)

Recueil: Poèmes du petit matin
Traduction:
Editions: Hachette

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ton coeur frémit (André Miguel)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2022




Illustration: ArbreaPhotos
    

Ton coeur frémit de la joie de l’origine,
lorsqu’une clarté de fontaine
touche le pays des roseaux.

(André Miguel)

Recueil: 35 siècles de poésie amoureuse
Traduction:
Editions: Saint-Germain-des-Prés Le Cherche-Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Berceuse (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2022



Berceuse

Au fond des bois
Couleur de faine,
La feuille choit
Si doucement
Que c’est à peine
Si on l’entend.

À la fontaine,
Le merle boit
Si doucement
Que c’est à peine
Si on l’entend.

À demi voix,
Si doucement
Que c’est à peine
Si on l’entend,

Une maman
Berce la peine
De son enfant.

(Maurice Carême)


Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Crépitement des fontaines (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2022


fontaines

Crépitement des fontaines
où tu puises de quoi te rafraîchir la nuque.

(Pierre Dhainaut)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Inventaire (José Saramago)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2022




    

Inventaire

De quelles soies se sont faits tes doigts,
De quel marbre tes cuisses lisses,
De quelles hauteurs est parvenue à ta démarche
La grâce de chamois avec laquelle tu chemines.

De quelles mûres matures s’est extrait
Le goût acidulé de ton sein,
De quelles Indes le bambou de ta taille,
L’or de tes yeux, d’où est-il venu

A quel balancement de vague vas-tu chercher
La ligne serpentine de tes hanches,
Où naît la fraîcheur de cette fontaine
Qui sort de ta bouche quand tu ris

De quels bois marins s’est détachée
La feuille de corail de tes portes,
Quel parfum t’annonce quand tu viens
M’encercler de désir aux heures mortes.

***

Inventário

De que sedas se fizeram os teus dedos,
De que marfim as tuas coxal lisas
De que alturas chegou ao teu andar
A graça de camurça com que pisas.

De que amoras maduras se espremeu
O gosto acidulado do teu seio,
De que indias o bambu da tua cinta,
O oiro dos teus olhos, donde veio.

A que balanço de onda vais buscar
A linha serpentina dos quadris,
Onde nasce a frescura dessa fonte
Que sai da tua boca quando ris

De que bosques marinhos se soltou
A folha de coral das tuas portas,
Que perfume te anuncia quando yens
Cercar-me de desejo a horas mortas

(José Saramago)

Recueil: Les poèmes possibles
Traduction: Nicole Siganos
Editions: Jacques Brémond

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Rue (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2022




    
La Rue

Deux vieilles causent à l’angle d’un mur,
elles font des gestes avec leurs mains sèches à mitaines noires,
un petit chat blanc frotte en ronronnant son beau poil luisant
à leurs jupes rêches et on voit branler leurs mentons pointus.

Une femme attend vers la laiterie,
une autre à la fontaine où son seau se remplit;
des laveuses lavent le linge:
elles rient, le seau grince,
on entend leurs rires et grincer le seau
dans le bruit de l’eau;
des hommes entrent boire à La Croix Fédérale,
le pasteur passe, le régent;
et les petites filles rentrent de l’école
avec leurs cheveux moussus de soleil
et leurs mollets maigres.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :