Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fonte’

Mon amour du profond des nuits (Luc Bérimont)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2022




    
Mon amour du profond des nuits
Du fond de la terre et des arbres
Du fond des vagues, de l’oubli
Mon amour des soifs de l’enfance
Mon amour de désespérance
Je t’attends aux grilles des routes
Aux croisées du vent, du sommeil
Je crie ton nom du fond des soutes
Des marécages sans oiseaux
Du fond de ce désert de fonte
Où je pose, un à un, mes pas
J’attends la source de tes bras
De tes cheveux, de ton haleine
Tu me libères, tu m’enchaînes
Tu me dévastes, tu me fais
Je t’attends comme la forêt
Inextricable, enchevêtrée
Tissée de renards et de geais
Et que le matin fait chanter.

(Luc Bérimont)

Recueil: Le sang des hommes
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHANSON DE CELLE QUI ATTEND (Pierre Gamarra)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2022




    
CHANSON DE CELLE QUI ATTEND

En quarante-deux, il s’en est allé…
Si je vous le dis, si je le raconte,
c’est que la lune danse dans les blés…
Mon coeur est en fer, son coeur est en fonte.

Il ne m’écrivit que quelques vieux mots, je
me souviens bien, je pleurai mes larmes…
— Nous avons bien froid, nous n’avons pas d’armes
— Ecoutez ce vent dans tous ces rameaux.

— Nous nous marierons la saison prochaine,
quand il fera chaud, quand il fera doux — Il
n’avait pas peur des vents et des loups. Mon
coeur est en lin, mon coeur est en laine.

Les vieux regardaient chaque jour le ciel
et puis il neigeait des neiges, la neige
et je me disais : Que Dieu le protège !
Mon coeur est en sang, mon coeur est de miel.

On dit qu’il est mort, on dit tant de choses…
Après un hiver revient le printemps.
Ecoutez ces cris qui sont dans les vents par
les nuits venues et les portes closes.

Ils me l’ont volé, ils m’ont pris ses mains,
ils m’ont pris ses yeux, je ne peux pas dire… Ils
m’ont pris sa chair, sa bouche et son rire mais
j’attends ses pas sur tous les chemins.

(Pierre Gamarra)

Recueil: 35 siècles de poésie amoureuse
Traduction:
Editions: Saint-Germain-des-Prés Le Cherche-Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA MÉMORIEUSE (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2016



LA MÉMORIEUSE

La mémorieuse est soeur de l’oubli
Assise dans la prairie humide
Elle chante les jours
Et les notes frôlent les instants
Larmes ou sourires qui tremblent
Sur la pierre des lèvres
Des statues enfouies
A la fonte de l’herbe

(Heather Dohollau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fonte des neiges (Angèle Lux)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2016



fonte des neiges
le parfum par vagues
des feuilles mortes

(Angèle Lux)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Je t’attends aux grilles des routes (Luc Bérimont)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2016



je t’attends aux grilles des routes
aux croisées du vent du sommeil
je crie ton nom au fond des soutes
des marécages sans oiseaux
du fond de ce désert de fonte
où je pose un à un mes pas
j’attends la source de tes bras
de tes cheveux de ton haleine

j’attends la source de tes bras
de tes cheveux de ton haleine
tu es terrible tu m’enchaînes
tu me dévastes tu me fais

je t’attends comme la forêt
inextricable enchevêtrée
tissée de renards et de geais
mais que le matin fait chanter.

(Luc Bérimont)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DE LA FONTE DES NEIGES – 66 (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2016




DE LA FONTE DES NEIGES – 66

Eau qui croule qui croule fracas vieille hypnose.
Le torrent inonde le cimetière de voitures, rutile derrière les masques.
Je serre fort le parapet du pont.
Le pont: ce grand oiseau de fer qui plane sur la mort.

(Tomas Tranströmer)

Illustration: Gustave Caillebotte

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Habitudes (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2016



 

Dans une vie difficile
elle enlevait au capitaine
ses épaulettes à torsades
pour le regarder dans les yeux
on entendait parfois sonner
le clairon d’un poste d’alarme
le vent emportait l’odeur fauve
mais le fourneau de fonte restait
entretenu comme un autel
il y tombait une larme.

(Jean Follain)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Au plus secret (Roland Dubillard)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2015


Poele_en_fonte

Est-il besoin, au fond, d’avoir un extérieur?
Au plus secret de la gueuse de fonte
Soufflent tous les vents, comme ailleurs.
Simplement, dans cet intérieur inhabitable,
C’est en bien plus petit qu’ils soufflent;
Et en plus riche; et en plus dense;
Et en silence.

(Roland Dubillard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :