Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘forgeron’

Les promesses du feu (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2017



Illustration: Jean-Marie Reynaud
    
Les promesses du feu

Ce fer amour que je forge deux fois,
Va le jeter dans l’extase liquide.
Entends siffler le métal rouge orange
Devenu bleu par morsure de l’eau.

Comme un poumon ce soufflet qui s’anime
Et porte l’air au coeur du brasier.
Un autre fer pour un même cheval
Qui tirera le soc sur les labours.

Un autre, un autre encore pour l’image
De quatre fers, quatre points cardinaux
Qui jailliront comme des étincelles
Pour situer ta présence en ces lieux.

Coups sur l’enclume, un village s’éveille.
Coups sur le fer, une forme apparaît.
Le forgeron sous son cuir a des ailes
Et sur son front des perles de rosée.

Qui les dira ses prouesses cosmiques
Mariant l’air et la terre et le feu ?
Le bras se lève et retombe en cadence
Et le fer chante et chante le marteau.

L’adolescent qui regarde la flamme
Forge sa vie et contemple ce bras
Si musculeux, si noueux qu’il évoque
De vieux exploits enfouis dans l’Histoire.

Et cette odeur de charbon, de matière,
De fer à blanc, de sueur sur la chair
Grise l’instant. Des chapelets de fers
Sur le mur noir attendent leur voyage.

Frères du jour revenons à ces forges
Où fut un homme au visage de feu
Que je revois, présence salvatrice,
Quand le présent m’assaille de sa nuit

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Editions: Albin Michel

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Tolier (Georges-Louis Godeau)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016



Mon père était forgeron.
Le soir, il lisait des revues de métallurgie.
Moi aussi, je lisais. Les usines d’avion. je rêvais.
J’ai grandi. Au Centre, j’ai fait des études.
Je suis sorti premier tôlier. Le premier a le droit de choisir. Mon choix était fait.
A l’usine, j’ai signé mon contrat. Avec le chef, nous côtoyons la chaîne.
Je caresse un fuselage. Tout est gigantesque. je suis très petit.
Voilà ma machine. Elle découpe des ronds à l’emporte-pièce.
Je ne rêve plus.
Je vais construire des avions Caravelle.

(Georges-Louis Godeau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Boutons-d’or (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2016



Boutons-d’or

Je vous reconnaîtrais les yeux fermés.
Mon enfance est encore dans vos feuilles.

Voici ma balle
Pour le mur du forgeron.
Voici mon cerceau
Pour les sentiers de terre battue
Et je sais que s’il y avait du vent,
Vous me rendriez mon cerf-volant.

(Maurice Carême)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Maudit (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2015


forgeron

 

Maudit
soit le père de l’épouse
du forgeron qui forgea le fer de la cognée
avec laquelle le bûcheron abattit le chêne
dans lequel on sculpta le lit
où fut engendré l’arrière-grand-père
de l’homme qui conduisit la voiture
dans laquelle ta mère
rencontra ton père!

(Robert Desnos)

 

Posted in humour | Tagué: , , , , , , | 25 Comments »

C’est en lisant (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2015


liseronb

 

C’est en forgeant qu’on devient forgeron;
C’est en lisant qu’on devient liseron…

(Maurice Fombeure)

Illustration

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , | 4 Comments »

Midi au village (René-François Sully Prudhomme)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2015




Midi au village

Nul troupeau n’erre ni ne broute ;
Le berger s’allonge à l’écart ;
La poussière dort sur la route,
Le charretier sur le brancard.

Le forgeron dort dans la forge ;
Le maçon s’étend sur un banc ;
Le boucher ronfle à pleine gorge,
Les bras rouges encor de sang.

La guêpe rôde au bord des jattes ;
Les ramiers couvrent les pignons ;
Et, la gueule entre les deux pattes,
Le dogue a des rêves grognons.

Les lavandières babillardes
Se taisent. Non loin du lavoir,
En plein azur, sèchent les hardes
D’une blancheur blessante à voir.

La férule à peine surveille
Les écoliers inattentifs ;
Le murmure épars d’une abeille
Se mêle aux alphabets plaintifs…

Un vent chaud traîne ses écharpes
Sur les grands blés lourds de sommeil,
Et les mouches se font des harpes
Avec des rayons de soleil.

Immobiles devant les portes
Sur la pierre des seuils étroits,
Les aïeules semblent des mortes
Avec leurs quenouilles aux doigts.

C’est alors que de la fenêtre
S’entendent, tout en parlant bas,
Plus libres qu’à minuit peut-être,
Les amants, qui ne dorment pas.

(René-François Sully Prudhomme)

Illustration: Julien Girard

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si le poème allait chanter (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2014



 

Chantal Larriviere    atoll

Si le poème allait chanter…
La page blanche est l’harmonie avant l’épreuve du langage, avant
que ne vienne le forgeron nubile, avant le souffle du troubadour.
Si le poème allait chanter… On attend.
On attend un miracle en forme d’atoll sous la vague.
On attend aussi morose que le temps chez les truands de province.
On attend ! On attend, Tamarie, dans l’éparpillement soyeux des
étamines du printemps
On attend, on attend le dernier Jugement.

(Georges Libbrecht)

Illustration: Chantal Larriviere  

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La nuit (Christian Da Silva)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2014



La nuit, nous ne savons plus
si la mer est bleue ou verte,
si les algues ont froid ou chaud
dans leur maison de silence.

La nuit, nous savons seulement,
la respiration des vagues,
le sable devenu frais, comme au désert
et le ciel pareil à celui des savanes.

La nuit, nous ne saurons jamais,
le murmure des épaves
pour une étoile pressée,
quand, au-delà des dunes,
le grand forgeron déchaîne ses comètes,
quand, au-delà du temps et des eaux,
la terre s’arrondit
pour deviner le jour.

(Christian Da Silva)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LOUANGE AUX FORGERONS (Miguel Angel Asturias)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2014



LOUANGE AUX FORGERONS

Le fer pleure,
Forgeron !

Forges,
charbons,
soufflets,
lingots,
ombres géantes,
impétueuses
musculatures.

Les deux marteaux
comme deux chiens
mordent le fer
chauffé à blanc.
Fendu le fer,
l’étampe demeure brûlante
comme un couteau coupant des langues.

Et tout se tait.
Seul le fer rouge
parle dans l’eau,
langue éclatée
qui ne s’éteint.

Le fer pleure,
Forgeron !

(Miguel Angel Asturias)

Illustration:  Louis Toffoli

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AVEC TON PARAPLUIE… (Francis Jammes)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2014



 

AVEC TON PARAPLUIE…

Avec ton parapluie bleu et tes brebis sales,
avec tes vêtements qui sentent le fromage,
tu t’en vas vers le ciel du coteau, appuyé
sur ton bâton de houx, de chêne ou de néflier.
Tu suis le chien au poil dur et l’âne portant
les bidons ternes sur son dos saillant.
Tu passeras devant les forgerons des villages,
puis tu regagneras la balsamique montagne
où ton troupeau paîtra comme des buissons blancs.
Lit, des vapeurs cachent les pics en se traînant.
Là, volent des vautours au col pelé et s’allument
des fumées rouges dans des brumes nocturnes.
Là, tu regarderas avec tranquillité,
L’esprit de Dieu planer sur cette immensité.

(Francis Jammes)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :