Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘formation’

Pétronille (René de Obaldia)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2020



Illustration: Valérie Renoux
    

Pétronille

Je suis une petite fille
Mais je mets des pantalons.
J’ai beau m’appeler Pétronille
J’aime mieux être un garçon.

Quand la crémière m’interpelle
Bonjour ma petite demoiselle »
Exprès je lui réponds
« Bonjour M’sieur Potiron. »

Quand le boucher s’écrie
« Qu’est-ce que veut aujourd’hui
Ma petite escalope ? »
Je fronce les sourcils
Et lui dis . « Du persil,
Mademoiselle Pénélope. »

Ça crée la confusion.

J’ai beaucoup d’caractère
Beaucoup de formation

Et sous mes petits airs
Se cache un grand garçon.

Je n’aime pas les filles
Aux réflexes sanguins
Moites sous les charmilles
Et pâles dans les trains.

Quand on est un garçon
On siffle dans ses doigts
On est Ali-Babas
On grimpe sur les toits.

On s’en va sur les mers
Où y’a plein de moutons.
On vole dans les airs
Avec les électrons.

Et devant ces exploits
Tout l’monde reste baba.

« Non Maman, pas ma robe, je veux mon pantalon
Ma ceinture de cuir, mon colt, mes munitions .
Je vais faire un hold-up
A Plessis-Robinson. »

(René de Obaldia)

 

Recueil: Innocentines
Traduction:
Editions: Gracet & Fasquelle

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rêves du sommeil, ou réalités de la vie (Henri Cazalis)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2017




    
Rêves du sommeil, ou réalités de la vie,
tout aboutit dans le cerveau de l’homme
à des vibrations de cellules,
à une formation d’éphémères images :

— et je ne vois pas alors qu’il y ait si loin
des rêves aux réalités, et des réalités aux rêves.

(Henri Cazalis)

 

Recueil: Le livre du Néant
Editions: Alphonse Lemerre

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme ces nuées d’oiseaux voyageurs (Henri Cazalis)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2017



Illustration
    
Comme ces nuées d’oiseaux voyageurs,
qui par-dessus nos têtes traversent le ciel et se perdent au loin,
sans que nous puissions savoir ni d’où ils viennent,ni où s’enfuit leur vol,

ainsi devant nos yeux passent les choses créées ;

et nous ne connaissons ni le royaume impénétrable de la formation des êtres,
ni le royaume sombre de leur transformation.

(Henri Cazalis)

 

Recueil: Le livre du Néant
Editions: Alphonse Lemerre

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :