Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fourré’

FOSSOYEUR D’AUBES (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2018



Illustration
    
FOSSOYEUR D’AUBES

Aucune gerbe ne relie
L’homme à ses fondements
Aucune colonne n’étaye
La vie qui décline

Fossoyeur d’aubes et d’horizons
Nous pataugeons dans l’éphémère
Des feux de paille nous aveuglent
L’existence nous a égarés

L’alouette pourtant
Entonne son hymne

Au centre des fourrés
Survient l’amour.

(Andrée Chedid)

 

Recueil: Par-delà les mots
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ecume de corps (Mackenzy Orcel)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2017



écume de corps
dans les fourrés

jamais d’étreinte
n’a de plus subtiles
éternités

(Mackenzy Orcel)

Illustration: Marc Chagall

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Ce soir (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2017




    
Ce soir

Ce soir, quand les phalènes des prairies
feront leurs gerbes de neige autour de la lampe,
imagine mon amour.

J’ai peu de temps comme elles
pour danser la joie et la mort.
Un regard distrait de toi suffira.
Je viens des limites de l’ombre avec des douleurs si fines
qu’il m’a fallu beaucoup de peine pour prendre ce déguisement.

Vois, j’ai pris forme alors que je ne suis que désir.
J’ai traduit en couleur ce que transportent les distances,
ce que hurle la pollution nocturne des ruisseaux,
ce qu’attend le bolet blanc qui vient de naître sous la fougère,
ce que signifie la chute d’une pomme sauvage dans un fourré.

Comment te dire que l’amour du monde,
c’est moi, pour un très petit instant de grâce,
frappant au carreau allumé avant de m’y fracasser.

(Jean Malrieu)

 

Recueil: Le plus pauvre héritier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Entre ces spasmes de lumière (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



 

Entre ces spasmes
de lumière, dans la fragile fougère, dans les sombres
fourrés : attendant
qu’à ton oreille labyrinthique
éclate
le tonnerre : le grondement de Babel,
le silence. Ce n’est pas
le lieu où tu t’es égaré
que l’on entendra. Mais le pas
se creusant sous
ce ciel troué, qui se tient tout à fait
à distance. Et qui s’étend en toi
à l’entrée
de la terre craquelée, où tu regardes
ces étoiles déchues
qui s’acharnent à ramper vers toi,
chargées des cadeaux de l’enfer.

(Paul Auster)

Illustration: Yuri Zupancic

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans les fourrés de ma parole (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Dans les fourrés de ma parole,
parfois j’ai distingué ma voix
[…]

Dans l’effarouchement de ma voix,
J’ai reconnu un son plus clair.
[…]

C’est la voix de l’autre, c’est toi.

Sais-tu ce qu’il t’a murmuré ?
De lui tu n’auras rien de plus.

(André Frénaud)

Illustration: Chantal Dufour

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Surgi des fourrés (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2016



brume [1280x768]

Surgi des fourrés,
Le bruit de l’eau qui court
Emplit les champs brumeux.

***

From out of the thickets
The sounds of trickling water
Fill the hazy fields.

(Richard Wright)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

La caverne (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2016



 

la-menade

La caverne

Voici dans les rochers l’accès du corridor,
Il descend, dans la nuit, au coeur de la planète.
Le bruit du monde ici se dissout et s’endort.
A son seuil le soleil et la lune s’arrêtent.

Eurydice est passée par là, voici son pied
Dans la terre marqué mais la piste se brise,
La phrase s’interrompt, le serment est délié,
Le cavalier se cabre et se fixe à la frise.

Ces autres pas qui vont ailleurs sont ceux d’Orphée,
L’éclipse est terminée et le ciel resplendit
En nous rendant notre ombre et sa maison hantée.

Loin, derrière un fourré d’épines et de roses
La ménade s’endort dans le bois interdit.
Un nuage est au ciel comme une fleur éclose.

(Robert Desnos)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :