Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(François Montmaneix)’

La nuit me prête un peu de son immensité (François Montmaneix)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016



La nuit me prête un peu de son immensité
je lui cède en échange quelques uns
des maux de tête acérés
qui de leurs dents et de leurs griffes
arment un rongeur invisible
au cœur de cet arbre le mien
habité par des vertiges
sans qui j’ignorerais où je suis
je les regarde s’en aller
va-t-il me manquer quelque chose ?

Suis-je amputé de la douleur
qui offrait un refuge aux idées
faites pour n’être pas conçues ?

Je vais m’enchaîner au vent par la tête
et je m’écoulerai avec lui
lié sans défense au temps sans souffrance
à la fin j’apprendrai – je le sais –
que pour apercevoir la bête
à qui je dois de connaître ma vie
il me faudra demain abattre l’arbre.

(François Montmaneix)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un soir en juin (François Montmaneix)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016



Un soir en juin dans ma vingtième année
j’étais assis au pied d’un chêne
parmi l’herbe à pas lents souplement
allait une jeune fille en cheveux
elle accompagnait deux petits garçons
qui couraient l’appelaient à grands cris
d’une voix de stentors en socquettes

elle cueillait des fleurs sauvages
je n’ai rien oublié de ses gestes
quelles étaient donc ces fleurs-là ?
Longtemps après je ne sais pas leur nom
mais je me souviens d’un prénom
vers qui couraient deux bambins aux voix d’hommes

Que sont-ils devenus aujourd’hui
et vers qui courent-ils s’assurer
que le secret de l’univers
est toujours aussi bien gardé ?

(François Montmaneix)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration: Cécile Robert Sermage

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SAISONS (François Montmaneix)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2015



SAISONS

Par la neige d’un silence
la fraîcheur de ma lucarne
sabots vifs un feu s’élance
dans la lueur qui l’incarne.

La femme qui vient d’éclore
tendrement ouvre les airs
m’envahit de son aurore
et s’accroît de mes éclairs.

Voici dans le fruit ce bol
où nous goûterons la terre
voici dans l’oiseau ce verre
où nous boirons notre envol.

(François Montmaneix)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DEGRES (François Montmaneix)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2015



DEGRES

Les enfants savent tout
car leurs mains les éclairent.

La terre est un dieu gras
qui se gave de mort.

L’arbre est une tentation
où des ailes se glissent

l’on dirait qu’une épaule
y partage son rêve.

(François Montmaneix)

Illustration: Donald Zolan

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un chant d’oiseau déchiffre la lumière (François Montmaneix)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2015



Un chant d’oiseau déchiffre la lumière
l’arbre passe à travers ton ombre
qui se penche et retourne une pierre
est-ce pour le silence dessous ?
dis-moi! ou bien pour un peuple d’insectes
au savoir infini?
couvre de tes mains mon visage
tu y liras combien ton corps m’éclaire
et le feu sur ton nom dans ma bouche
quand tes seins donnent leur goût au vent
l’arbre bouge il compte les feuilles mortes
que nos pas ressuscitent
n’attendons plus la nuit
ne laissons rien de nous vivre sans nous
courons à notre image dans le fleuve

(François Montmaneix)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Qu’était le monde en nous sinon la mer ? (François Montmaneix)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2015



 

Gustav Klimt fishblood

Qu’était le monde en nous sinon la mer ?
L’eau infinie avec le ciel
nous la possédions en silence
le sel mêlait notre enfance à la sienne
puis nous marchions droit devant sa chaleur
et nous montions jouer au feu
entre les maisons hautes sur le soir
En songeant longuement à nos pères
nous contemplions dans les jardins
des femmes semblables aux cyprès
quand la lumière est belle
Nous lancions leurs robes sur l’eau grande
pour les imaginer soulevées par la houle
et leur donner nos plus profondes vagues
Dès la nuit nous rampions vers les pierres
qu’elles avaient touchées

(François Montmaneix)

Illustration: Gustav Klimt

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VISAGE DE L’EAU (François Montmaneix)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



 

Alexey Steele 1967 - Russian-born American painter - The Novorealism Movement -   (27) [1280x768]

VISAGE DE L’EAU

Dans le regard d’une femme
— c’est il y a longtemps —
un passage de lumière
attend mes mains devant le feu
Un soir par la lueur du monde
j’ai suivi la pluie sur vos lèvres
l’étoile d’eau à votre front
notre blancheur face au ciel sombre
Il gela vers l’aube et nous étions jeunes
derrière la vitre un hiver se taisait
Vois ces oiseaux mon amour ils ont froid
leur vie dépend de nos frissons

(François Montmaneix)

Illustration: Alexey Steele

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :