Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘frappé’

L’ARBRE FRAPPE (René Char)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2019



L’ARBRE FRAPPE

I
La foudre spacieuse et le feu du baiser
Charmeront mon tombeau par l’orage dressé.

II
Enlevé par l’oiseau à l’épaisse douleur,
Et laissé aux forêts pour un travail d’amour.

(René Char)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous la voyons visible et réelle, la beauté incarnée (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2018



anget

Hommage aux anges
[19]

Nous la voyons visible et réelle,
la beauté incarnée,

comme aucun prêtre d’Astoroth
ne pouvait la contraindre

avec de l’encens
et des charmes puissants ;

nous n’avons pas demandé de signe
mais à nous elle a offert un signe ;

scellé du sceau de la mort,
nous ne voulions pas la supplier

mais nous nous sommes préparés à l’enterrement ;
elle a alors placé un arbre carbonisé devant nous,

brûlé et frappé au coeur ;
était-ce une aubépine ou un pommier ?

***

We see her visible and actual,
beauty incarnate,

as no high-priest of Astoroth
could compel her

with incense
and potent spell;

we asked for no sign
but she gave a sign unto us;

sealed with the seal of death,
we thought not to entreat her

but prepared us for burial;
then she set a charred tree before us,

burnt and stricken to the heart;
was it may-tree or apple?

(Hilda Doolittle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hypothèse de Sapir-Whorf (Edward Sapir)(Benjamin Lee Whorf)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2018



premier-contact

Hypothèse de Sapir-Whorf:
Les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques,
autrement dit que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage

***

Nous disséquons la nature
en suivant les lignes dessinées par notre langue native.

Les catégories et les types que nous dégageons du monde des phénomènes,
nous ne les trouvons pas pour la raison qu’ils frappent quiconque les observe.
Au contraire, le monde est présenté comme un flux kaléidoscopique d’impressions
qui doivent être organisées par notre esprit
– ce qui signifie, en large part, qui doivent être organisées
par les systèmes linguistiques de nos esprits.

Nous découpons la nature, nous l’organisons en concepts,
et nous lui donnons la signification que nous lui donnons
car nous sommes largement partie prenante d’un accord
qui organise les choses de cette façon
– un accord que toute notre communauté linguistique partage,
et qui est fondu dans les codes de notre langue.

Cet accord est bien évidemment implicite et non-dit,
mais ses termes sont obligatoires;
la seule façon que nous ayons de parler est en souscrivant à l’organisation
et à la classification des données telles que décrétées dans cet accord.

(Benjamin Lee Whorf)

***

Les humains ne vivent pas uniquement dans le monde objectif.
Ils ne vivent pas non plus seuls dans le monde de l’activité sociale
telle que comprise ordinairement.

Au contraire, ils sont à la merci de la langue particulière
qui est devenue le moyen d’expression dans leur société.

Il est assez illusoire d’imaginer qu’on s’ajuste à la réalité
essentiellement en dehors de l’usage de la langue,
et que la langue est juste un moyen quelconque
de résoudre des problèmes de communication ou de réflexion spécifiques.

Le fait est que le ‘monde réel’ est, dans une large mesure,
construit inconsciemment sur les habitudes linguistiques du groupe.
Il n’existe pas deux langues qui soient suffisamment similaires entre elles
pour être considérées comme représentant la même réalité sociale.

Les mondes dans lesquels vivent différentes sociétés sont des mondes distincts,
et non pas le même monde avec juste des étiquettes différentes attachées aux choses…

Nous voyons, entendons et faisons autrement l’expérience des choses
de la manière dont nous le faisons
car les habitudes langagières de notre communauté
nous prédispose à certains choix d’interprétation.

(Edward Sapir)

Illustration: Film « Premier Contact » http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=226509.html

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je ne connais pas mon ombre (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 21 juin 2018




    
Je ne connais
pas mon ombre

Qui est cette étrangère
frappée d’aphasie
qui s’associe à moi

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour Poèmes choisis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

C’est vrai qu’il avait cru voir Dieu (Marie-Jeanne Durry)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2018



C’est vrai qu’il avait cru voir Dieu.
Frappé de plein fouet par le rayon insoutenable
il s’était d’abord couvert la face de ses mains,
et la souffrance l’avait courbé en deux.

Maintenant il ne bougeait plus.
Recroquevillé sur lui-même, les yeux muets,
il se regardait dans le fleuve de paradis.

Les pierreries d’argent reflétaient son visage
mais renversé, décapité, flottant et figé.
Le vent soufflait si fort
qu’il avait retourné jusqu’aux feuilles d’acanthe en marbre.

(Marie-Jeanne Durry)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au moulin (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2018



    
Au moulin d’encre on y apporte
les draps noirs de l’illusion
Les reflets indigo s’en vont
avec les frappes du torrent
et le gris ciselé des nuages

Au moulin d’eau on y apporte
les draps blancs de la famine
Les reflets jaunâtres s’en vont
et la solitude la bile
avec les croûtes d’argile

Au moulin d’or on y apporte
les draps verts de la magie
Les reflets de mousse s’en vont
drôles de barbes assagies
postiches sur des troncs d’arbre

Au moulin du rêve au moulin du son aigu
au moulin du raclement de gorge
on y apporte les draps incolores du sens
mais rien ne part rien ne s’accroche
ton sur ton ni foi ni teinte

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Mouvements d’écartèlement (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017




    
Mouvements d’écartèlement et d’exaspération intérieure
plus que mouvements de la marche
mouvements d’explosion, de refus,
d’étirement en tous sens
d’attractions malsaines, d’envies impossibles
d’assouvissement de la chair frappée à la nuque
Mouvements sans tête
A quoi bon la tête quand on est débordé?
Mouvements des replis et des enroulements sur soi-même
et des boucliers intérieurs
mouvements à jets multiples
mouvements à la place d’autres mouvements
qu’on ne peut montrer, mais qui habite l’esprit
de poussières
d’étoiles
d’érosion
d’éboulements
et de vaines latences

(Henri Michaux)

 

Recueil: Face aux verrous
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La gloire des mortels (Pindare)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2017



Hans Thoma Self-portrait_with_Love_and_Death_by_Hans_Thoma

 

La gloire des mortels en un jour a grandi,
Mais un jour suffit au contraire
Pour qu’elle soit jetée à terre,
Frappée par le destin qui n’a jamais fléchi.
Être borné par un seul jour.
Qui est-il ? et qui n’est-il pas ?
L’homme est le songe que fait l’ombre…
Mais quand un rayon dieudonné
Est venu sur lui et le touche,
Une lumière claire en naît,
Et soudain, la vie lui est douce.

***

Ἐν δ’ ὀλίγῳ βροτῶν
Τὸ τερπνὸν αὔξεται· οὕτω δὲ καὶ πίτνει χαμαί,
Ἀποτρόπῳ γνώμᾳ σεσεισμένον.
Ἐπάμεροι· τί δέ τις ; τί δ’ οὔ τις ; σκιᾶς ὄναρ
Ἄνθρωπος. ἀλλ’ ὅταν αἴγλα διόσδοτος ἔλθῃ,
Λαμπρὸν φέγγος ἔπεστιν ἀνδρῶν καὶ μείλιχος αἰών.

(Pindare)

Illustration: Hans Thoma

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Frappé à la mémoire (Rabah Belamri)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



frappé à la mémoire
l’olivier boit son ombre

(Rabah Belamri)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Frappé le gong (Natsume Sôseki)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2017



Frappé le gong
Exhale dans l’air recueilli
Un moustique assoupi.

(Natsume Sôseki)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :