Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘frimas’

Détresse (Gemma Tremblay)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2017



Détresse

Mes mots de faïence plus graves que ceux d’hier
je les emploie pour vous mes proches mes voisins
c’est à pas de loup que je descends le Bas-fleuve
car je suis en déroute
par tout le frimas que je lis dans vos yeux

(Gemma Tremblay)

Illustration: Aron Wiesenfeld

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Levez-vous vite, orages désirés (René de Chateaubriand)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2017



Le jour je m’égarais sur de grandes bruyères terminées par des forêts.
Qu’il fallait peu de chose à ma rêverie:
un feuille séchée que le vent chassait devant moi,
une cabane dont la fumée s’élevait de la cime dépouillée des arbres,
la mousse qui tremblait au souffle du nord sur le tronc d’un chêne,
une roche écartée, un étang désert ou le jonc flétri murmurait!
Le clocher du hameau, s’élevant au loin dans la vallée, a souvent attiré mes regards;
souvent j’ai suivi des yeux les oiseaux de passage qui volaient au-dessus de ma tête.
Je me figurais les bords ignorés, les climats lointains où ils se rendent;
j’aurais voulu être sur leurs ailes. Un secret instinct me tourmentait;
je sentais que je n’étais moi-même qu’un voyageur;
mais une voix du ciel semblait me dire:

« Homme, la saison de ta migration n’est pas encore venue;
attends que le vent de la mort se lève,
alors tu déploieras ton vol
vers ces régions inconnues que ton coeur demande. »

Levez-vous vite,
orages désirés
qui devez emporter René
dans les espaces d’une autre vie!

Ainsi disant, je marchais à grands pas,
le visage enflammé,
le vent sifflant dans ma chevelure,
ne sentant ni pluie ni frimas,
enchanté, tourmenté, et comme possédé
par le démon de mon coeur.

(René de Chateaubriand)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’aigle invisible est en vous (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2017




    
L’aigle invisible est en vous
Rochers surgis de nos rêves

En nous la flamme
En nous le vol
En nous la nuit fulgurante

Que nous ignorions

Rochers surgis de nos rêves
L’invisible aigle est en vous

Embrassant Yin
Endossant Yang
Frayant en nous la voie sûre

Que nous ignorions

Sol craquelé
Ciel constellé
En nous votre élan charnel

À l’aube de toute route
Vous dressez vos corps ailés

Parfois nos mains calleuses
Brisant les frimas figés
Un ange renaît sourire

(François Cheng)

 

Recueil: A l’orient de tout
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Au Rouge-Gorge (Lucienne Desnoues)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2017



Au Rouge-Gorge

Te voir quand il a neigé
C’est pour l’âme
Un luxe, un cadeau léger,
Une flamme
Contre les frimas du jour
Ou de l’âge
C’est un gracieux bonjour
Qui soulage
Un instant d’être Bertrand,
Ou Thérèse,
D’avoir quatre-vingt-quatre ans
Ou bien treize.
Peur de mourir, peur de naître,
Les gens de toujours sont à leurs fenêtre.

(Lucienne Desnoues)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

SIGNE (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2017



SIGNE

J’unis feu et frimas —
Ne reconnaîtront mes forêts
ni les feux ni les glaces

Mystérieux et familier
je demeurerai

J’habite fleurs et pierres
Je m’absente
Je quête
Je vois
Je bondis :

Lumière
au coeur
de l’enchantement
et du signe.

(Adonis)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Frimas (Mireille Gaglio)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2016




Frimas

De tous les esprits de la terre,
Il en est un dont il faut se méfier,
De tous les génies de la terre,
« Väterchen Frost », « Petit Père Gel »
Est le plus redouté:
Sous son aspect débonnaire,
Ce vieux rebelle
Peut vous tuer…

Petit Père, tu viens de loin,
Petit Père, pourquoi ne pas être resté dans ton coin?
Tu as quitté ta Russie natale,
Tu as quitté ta Russie glaciale,
Väterchen Frost, que vas-tu nous faire?
Väterchen Frost, parmi nous tu erres,
Et du haut des cimes,
Tu cherches tes victimes:
Minuscule oiseau gelé,
Clochard qui rêvait…

Petit Père, rentre au bercail!
Petit Père, rejoins le monde féérique,
Le monde mirifique
Des espaces enchantés…

(Mireille Gaglio)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’Esprit des Fleurs (Louis Bouilhet)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2016



 sylphe b [800x600]
L’Esprit des Fleurs

Sylphe léger, fils des molles rosées,
J’aime à bondir sur les gazons en fleurs,
Et l’arc-en-ciel aux teintes irisées
Fait à mon front chatoyer ses couleurs ;
Sur un brin d’herbe, en passant, je me pose,
Et, sous mes pieds, bourdonnent les sillons ;
J’ai, pour tunique, une feuille de rose,
J’ai, pour voler, l’aile des papillons.

Quand du matin glissent les brises folles,
Dès que l’oiseau commence ses chansons,
Avec mes doigts, j’entr’ouvre les corolles,
Et doucement j’éveille les buissons :
« Debout ! debout !… » Tout frémit, et la plaine,
Et le lac bleu dont je rase !e bord
Avec mon char de roseaux verts qu’entraîne
Un scarabée à la cuirasse d’or.

« Debout ! debout !… » Les sveltes demoiselles
Dansent en rond sur les blancs nénufars,
Au grand soleil bruissent mes deux ailes,
Aux flots d’azur se plongent mes regards.
Quand vient le soir, et que les fleurs sont closes,
Du ver luisant je m’éclaire en chemin,
Et vais frapper à la porte des roses,
Pour m’endormir dans mon lit de satin.

L’hiver, je tremble, et mes fleurs sont flétries,
Sur l’arbre nu pendent les blancs frimas ;
Près de la vitre aux froides broderies,
Des blonds enfants j’écoute les ébats…
Mais si, parfois, je peux franchir les grilles,
Au feu qui danse, ouvrant mes doigts gelés,
Je me blottis au sein des jeunes filles,
Ou je me berce à leurs cheveux bouclés.

(Louis Bouilhet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BAGATELLES (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2015



BAGATELLES

Vous reviendrez me voir, dit-elle
Quand vous serez riche à millions,
Quand les roses de Bagatelle
Sous la neige s’épanouiront.

Lavant le sable des rivières,
Brisant le quartz, ouvrant le tronc
Des caoutchoucs à la lisière
D’un enfer d’arbres aux fûts ronds,

Libérant des nids de pétrole,
Ou labourant les Alaskas,
Quatre-vingts ans, la terre molle
Cacha le trésor des Incas.

Quand il revint, elle était morte,
Il était bête, il était vieux,
Mais les amants de cette sorte
Ne sont pas tellement nombreux.

Que fleurissent à Bagatelle
Les roses de poudre et frimas,
Mais que fleurissent surtout celles
Que l’on aime jusqu’au trépas.

(Robert Desnos)

Illustration: Kristoffer Zetterstrand

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »