Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fruits’

Habitations (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2019


J’ai logé dans le merle.
Je crois savoir comment
Le merle se réveille et comment il veut dire
La lumière, du noir encore, quelques couleurs,
Leurs jeux lourds à travers
Ce rouge qu’il se voit.

J’ai fait leur verticale
Avec les blés.

Avec l’étang j’ai tâtonné
Vers le sommeil toujours proche.

J’ai vécu dans la fleur.
J’y ai vu le soleil
Venir s’occuper d’elle
Et l’inciter longtemps
A tenter ses frontières.

J’ai vécu dans des fruits
Qui rêvaient de durer.

J’ai vécu dans des yeux
Qui pensaient à sourire.

(Guillevic)

Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson pour une amoureuse nue (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 7 juin 2018



C’est une femme bleue
appuyée aux cheveux.

C’est une femme rouge
appuyée à l’épaule.

C’est une femme nue.
Tu lui donnes ton nom.

Ma douleur vaillante
prisonnière, debout.

Une femme sur ma route.
Tu lui donnes ton visage.

Je te cherche, elle répond.

C’est une femme
transparente
appuyée
à la lampe.

C’est une femme
étendue
qur qui rêve
le ciel.

C’est une femme
endormie
sur qui tu
marches seule.

C’est une femme
renouvelée
pour qui tourne
la terre.

C’est une femme
inconnue
les mains rongées
de fruits.

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je me chauffe les mains à un bouquet de roses ardentes (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2018



Feu de cheminée

Je me chauffe les mains
A un bouquet de roses ardentes
A un feuillage de flammes
Alors que le vent frappe à la vitre
Où se regardent les étoiles

Je me chauffe les mains
En regardant mûrir des fruits rouges
Dans le buisson du feu
Et un grand coquelicot éclore
Sur la plaque de l’âtre

Je m’endors et le feu s’éteint
Mais la cendre couve peut-être
Un bel oiseau de braise
Qui m’emportera.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’homme au cœur blessé (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2017



 

Pablo Picasso - The Old Guitarist (1903) 00

L’homme au cœur blessé

Jour après jour, les jours s´en vont,
Laissant la vie à l´abandon.

Dans le jardin de l´homme au cœur blessé,
L´herbe est brûlée. Pas une fleur.
Sur l´arbre mort, plus rien ne peut pousser.
Rien que les fruits de sa douleur.

Les quatre murs de sa maison
N´abritent que l´absence
Où sont partis les compagnons
Avec leurs rires et leurs chansons?
Où sont partis les compagnons
Avec leurs rires et leurs chansons?

Parfois, des larmes viennent abreuver
L´herbe brûlée du souvenir
Mais quel soleil pourra-t-il réchauffer
Les jours enfuis ou à venir?

Les quatre murs de sa maison
N´abritent que l´absence
Où sont partis les compagnons
Avec leurs rires et leurs chansons?
Où sont partis les compagnons
Avec leurs rires et leurs chansons?

Jour après jour, les jours s´en vont,
Laissant la vie à l´abandon.

(Georges Moustaki)

Illustration: Pablo Picasso

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Complaisance (Liliane Wouters)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2017



Complaisance

Des sardines qui se baignent dans une mer d’huile,
un veau qui se laisse rôtir au soleil,
une poule qui pond des oeufs sur le plat,
un pigeon qui se dore dans les petits pois,
des fruits qui poussent sur les arbres en Macédoine,
des anguilles qui se mettent au vert:
Ils poussent la complaisance un peu trop loin.

(Liliane Wouters)


Illustration

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A n’en pouvoir plus (Robert Ganzo)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2017



Quelle faim de fruits d’eau me ronge
Obsédante à n’en pouvoir plus.

(Robert Ganzo)


Illustration: Michel Ogier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Sur vos prunelles au goût de vent (Claudine Bertrand)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2017


rodin_hand02

La langue amoureuse panse
se déplace se dépense
et s’affaisse dans le réel
avant de se dénouer

Sur vos prunelles
au goût de vent
et de fruits
elle se referme

La chevelure grand jeu
s’étale à l’air grand soir

Des minutes les plus exaltées
la femme échappe aux limites

Une chair en extase
comble une main tendue

(Claudine Bertrand)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est aujourd’hui … (Francis Jammes)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2016



C’est aujourd’hui la fête de Virginie…
Tu étais nue sous ta robe de mousseline.
Tu mangeais de gros fruits au goût de Mozambique,
et la mer salée couvrait les crabes creux et gris.

Ta chair était pareille à celle des cocos.
Les marchands te portaient des pagnes couleur d’air
Et des mouchoirs de tête à carreaux jaune-clair.
Labourdonnais signait des papiers d’amiraux.

Tu es morte et tu vis, ô ma petite amie, amie
de Bernardin, ce vieux sculpteur de cannes,
et tu mourus en robe blanche, une médaille
à ton cou pur, dans la Passe de l’Agonie.

(Francis Jammes)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu es là… (Mathieu Bénézet)

Posted by arbrealettres sur 12 septembre 2015



Tu es là…

Ô mélange si profond des bras dans le
poème, syllabes miroitantes au bout
de la jetée, gouffre du sommeil Une tête se
penche sous l’orage, où tu remues la bouche
Comme si je fermais les yeux vers toi Roses
dans la petite gare À présent le train
est sombre, dis-tu Mélange si profond des bras et
du poème Ô lumière des fruits Je rêve
contre l’épaule incréée du poème Âme
du sommeil dans ce chenal Quelle parcelle
de murmure est à la proue? Tu es là

(Mathieu Bénézet)


Illustration: Odilon Redon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Femme au livre (Michael Edwards)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2015


lecture au jardin

Femme au livre

Des murmures descendent
sur ton livre ouvert
par une odeur de pomme.

Des lumières changeantes
cherchent dans l’arbre
son trésor de fruits,
de noms, et d’oiseaux.

Le jardin respire.
Le vent caresse
tes feuilles, ta robe.

L’oiseau mûr
s’élève dans l’air.
Les saisons préparent
l’automne des mots.

***

Woman reading

Murmurs fall
on your open book
through smells of apple.

Moving lights
search the tree
for its hoard of fruit,
and names, and birds.

The garden breathes.
The wind fingers
your leaves, your dress.

The birds when ripe
rise into the air.
The seasons prepare
the automn of the words.

(Michael Edwards)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :