Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fruste’

Il existe, je le sais (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2018



Il existe, je le sais. ________________I know that He exists.
Quelque part – dans le silence _______- Somewhere – in silence –
Sa vie rare est cachée _____________He has hid his rare life
A nos frustes regards. _____________From our gross eyes.

C’est un jeu passager______________- ‘ Tis an instant’s play –
Une tendre Embuscade _____________- ‘Tis a fond Ambush –
Le Bonheur est surprise ____________Just to make Bliss
Qui doit se mériter! _______________Earn her own surprise!

Mais – si le jeu s’avérait____________ But – should the play
D’un sérieux mortel _______________- Prove piercing earnest –
Si la joie – se figeait ______________- Should the glee – glaze –
Dans l’oeil – vitreux – du Cadavre _____- In Death’s – stiff – stare –

Ne serait-ce pas faire payer cher_____ Would not the fun
La plaisanterie! ___________________Look too expensive!
Pousser un peu trop loin____________ – Would not the jest –
La rampante farce! _______________Have crawled too far!

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 4 Comments »

MAMAN (Attila József)

Posted by arbrealettres sur 13 juin 2018



Illustration: Désiré François Laugée
    

MAMAN

Maman depuis huit jours déjà
M’arrête en songe à chaque pas.
Je vois le linge et le panier
Montant, grinçant vers le grenier.

J’étais un être fruste encor
Et piaffant dur et criant fort.
J’emplissais de moi ses oreilles :
« Moi, je veux être la corbeille! »

Mais que je pleure ou que je crie,
Mot, ni regard, ni gronderie :
La corbeille et le linge ailé,
Luisants, sans moi, s’en sont allés.

Je me tairai : il est trop tard.
Gigantesque dans mon regard,
Cheveux gris en haut du ciel pur,
Elle met au bleu tout l’azur.

(Attila József)

 

Recueil: Aimez-moi – L’oeuvre poétique
Traduction: Georges Kassaï
Editions: Phébus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tant d’années (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2017



 

Tant d’années,
et vraiment si maigre savoir,
coeur si défaillant?

Pas la plus fruste obole dont payer
le passeur, s’il approche?

– J’ai fait provision d’herbe et d’eau rapide,
je me suis gardé léger
pour que la barque enfonce moins

(Philippe Jaccottet)

Illustration: Jean Clos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :