Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘furtivement’

VENT LÉGER (Keiichi Itô)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2018


 


 

Alexander Ye Pavlovets -  8

VENT LÉGER
BIFÛ

Sentir sur sa main
Au début du printemps
Les rayons du soleil, c’est assez
Pour vivre

Vent léger
Et simple
Tel je veux vivre

Viendrait même le jour où je te perdrais
Qui envierais-je?

Vent léger, sur la rive plantée d’arbres où je pourrais passer,
Adieu
Adieu
Je m’en irais en pleurant furtivement

(Keiichi Itô)

Illustration: Alexander Ye Pavlovets

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MES VOYELLES (Kôichi lijima)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2017



 

Voyelles

MES VOYELLES
WAGA BOIN

Naissance par l’espace des voyelles
Pures.
Rêves qui me stimulent
Dans leur absence,
Que faire? Répéter!
Mais c’est alors
Que les images sonnent entre elles
Comme les premières voyelles de l’aube.
Mes voyelles sont plus fortes
Que le remords qui nous vole l’énergie d’une vie merveilleuse
Et nous pousse à nous pendre.
Voyelles, transparence qui suivez la lumière,
Pourquoi oublions-nous de vous voir!

Trouver des voyelles claires
Doit donner sa couleur à chacun de nos jours.
Car nous avons le droit
Bonheur difficile
De braver le monde.
Comme des cailloux ronds je fais sauter mes premières voyelles
Et aujourd’hui encore je m’enfonce dans la foule.
Dans la foule on peut être seul et soi-même
Et seul, on peut aimer quelqu’un.
Comme les serments d’amour secrets
Que se font deux amants
Je cultive furtivement mes voyelles : ne pas les perdre
Est l’art que j’apprends.

(Kôichi lijima)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Clignement de saveurs (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2016




L’été fini a remonté son feu dans les fougères.

Contre leur terre
furtivement
on presse
l’extrémité striée du doigt.

On serre entre ses lèvres
deux goûts très anciens: peau, humus.

Ainsi faisaient Sappho qui se jetterait dans la mer,
Ariane
tout juste abandonnée dans l’île.

Clignement de saveurs sur la brutalité des intervalles
entre l’être et l’espace.

(Marie-Claire Bancquart)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUELQUES MINUTES (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2016




QUELQUES MINUTES

Le pin bas des marais tient haut sa couronne: un chiffon noir.
Mais ce qu’on voit n’est rien
à côté des racines, du système de racines disjointes,
furtivement reptiles. Immortelles ou demi-mortelles.

Je tu il elle se ramifient aussi.
Au-delà de ce qu’ils veulent.
Au-delà de Métropolis.

Du ciel laiteux de l’été, il tombe de la pluie.
C’est comme si mes cinq sens étaient branchés à un autre être
se déplaçant avec autant d’obstination
que ces coureurs vêtus de clair dans un stade où ruisselle la nuit.

(Tomas Tranströmer)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :