Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fusionner’

L’lNTIME ABSOLU (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2019



    
L’lNTIME ABSOLU
Antaratama

L’objet de mon désir que je poursuivais
divaguant
n’était que peu de chose.
J’arpentais le désert —
ce qu’y cherchait mon coeur altéré
n’était ni or ni diamant,
rien qu’un peu d’eau au creux des mains
rien qu’une ombre sous les palmes d’une source
pour un instant.
Ce rien réconcilie la mort et la vie,
ce rien délasse la fatigue du chemin.

Au marché où l’air n’est que bruit
et poussière
entendre quelques notes d’un chant
est entre tout rarissime et pourtant
ce n’est que peu de chose.

C’est comme une averse éphémère
au passage imprévu d’un nuage
qu’attend la terre aride
en fin de baishakha brûlant,
comme une douce main qui réveille
d’un cauchemar suffocant.

C’est si peu de chose et pourtant
que son manque m’accable
et mon coeur inconsolable
le recherche éperdument.

Il était d’impossibles rêves
que je poursuivis et fis miens
mais que je désertai
en passant.

Le trésor qu’on ne sent que sourdre
dans ses veines,
qui fait la trame des songes,
qui siège au coeur du mouvement,
qui ne laisse d’épigraphe
ni de gloire ni de mémoire
sur écriteau de pierre ;

dans l’étoile du soir de phâlguna
s’inscrit son histoire,
son langage seule ma flûte le connaît —
ce don au tréfonds de ma vie fusionné
qui fut au-delà de mon espérance,
pour qui je ne bâtis aucune maison,
qui hors pesanteur reste dérobé à la vision,

c’est sa douleur qui emplit
mon être tout entier
c’est sa nostalgie
qui fait mon univers.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: L’écrin vert
Traduction: Saraju Gita Banerjee
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est peut-être même le Juif authentique (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2019



Christ de Vélasquez [800x600]

Les murs ne tombent pas
[19]

Il est peut-être même le Juif authentique
sorti de Vélasquez ;

ces paupières chez Vélasquez
sont baissées sur des yeux

qui, ouverts, méduseraient, dérouteraient
et nous frapperaient d’un ancien sentiment de culpabilité

et de peur, mais la terreur de ces yeux
voilés dans leur agonie est terminée ;

je t’assure que les yeux
du crucifié de Vélasquez

te regardent à présent dans les yeux,
et qu’ils sont ambre et qu’ils sont feu.

[20]

Or il apparaît clairement
que le Saint-Esprit,

mystérieuse énigme de l’enfance
est le Rêve ;

cette voie d’inspiration
est toujours ouverte,

et ouverte à tous ;

il agit en intermédiaire, interprète,

il explique les symboles du passé
en images d’aujourd’hui,

il fusionne l’avenir lointain
avec la plus lointaine antiquité,

énonce économiquement
en une simple équation-rêve

la plus profonde philosophie,
divulgue le secret de l’alchimiste

et suit le Mage
dans le désert.

***

He might even be the authentic Jew
stepped out from Velasquez;

those eye-lids in the Velasquez
are lowered over eyes

that open, would daze, bewilder
and stun us with the old sense of guilt

and fear, but the terror of those eyes
veiled in their agony is over;

I assure you that the eyes
of Velasquez’ crucified

now look straight at you,
and they are amber and they are fire.

Now it appears very clear
that the Holy Ghost,

childhood’s mysterious enigma,
is the Dream;

that way of inspiration
is always open,

and open to everyone;
it acts as go-between, interpreter,

it explains symbols of the past
in to-day’s imagery,

it merges the distant future
with most distant antiquity,

states economically
in a simple dream-equation

the most profound philosophy,
discloses the alchemist’s secret

and follows the Mage
in the desert.

(Hilda Doolittle)

Illustration: Velasquez

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

FLUORINE (Jacques Lacarrière)

Posted by arbrealettres sur 8 septembre 2018



FLUORINE

Presque tendre, malgré le heaume de tes cristaux.
Là où le jour fusionne au creuset des calcites,
où la couleur hésite, verte ou bleue, comme
eau dure où s’abîme une mémoire fragile.

(Jacques Lacarrière)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuages (Danièle Faugeras)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2018




    
Nuages

immobilement s’émèchent

s’étirent
s’aspirent

immobilement s’atteignent

fusionnent
immobilement.

Immobilement muables se
renouvellent.

(Danièle Faugeras)

 

Recueil: Quelque chose n’est / cing grands poèmes pour voir
Traduction:
Editions: Les Lieux dits

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fille versatile (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2018



Fille versatile

Tantôt tu es tout près de moi
Tantôt tu vagabondes
Jusqu’à l’horizon
Où fusionnent le ciel
Et la terre qui s’éloigne du soleil
Pour entrer dans la nuit.

Tu me fuis parfois
Mais tu reviens toujours.
Je sais qu’un jour
Tu m’oublieras.
Même des braises attisées
Ne peuvent ranimer
Un feu qui s’est éteint.

Ton rire fait fuir la nuit
Que retenaient les étoiles
Tu perçois en marchant
Tous les frissons de la terre

Sous les nuages endormis
Tu vas au hasard des routes.
Ta voix me parvient
Pour s’unir à la mienne
Mais je crains toujours de te perdre.

Quand je te retrouve
Au paroxysme de l’angoisse
Tu partages avec moi
Tous les secrets
Que tu as percés
Au cours de tes rencontres
Et ta nudité énigmatique
Provoque de nouveaux fantasmes
Dans le désordre des miroirs amoureux

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Pascal Renoux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous sommes tissés (Zéno Bianu)(André Velter)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2017



 

Illustration: Henri Matisse
    
Nous sommes tissés, entretissés de mots.
et de ces mots la poésie est le plus haut trait d’union,
celui qui entend leur faire dire
ce qu’ils ne semblent pouvoir dire.
La poésie sans fin, fusionne coup de poing et caresse.
Elle prend corps de toutes mains et de toutes empreintes.

(Zéno Bianu)(André Velter)

 

Recueil: Prendre feu
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon Dieu! Donnez-nous une passion ! (Tahar Ben Jelloun)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017



Illustration: Lucien Levy-Dhurmer
    
La passion prend des allures de vertige
dans une raison qui s’absente.

La poésie n’est pas ou n’est plus dans les mots;
elle est dans l’acte d’entrer dans le tourbillon
de ce qu’on ne maîtrise pas.

Passion et poésie fusionnent de la montée vers les cimes
à la chute dans les entrailles de la terre.

Une prière à ajouter au registre de l’espérance :
Mon Dieu! Donnez-nous une passion !

Qu’elle vienne de l’étrange ou de l’inconnu,
qu’elle soit forte et belle,
qu’elle fabrique du bonheur et de la folie,

mais qu’elle soit là sur notre chemin,
tant que nous avons l’énergie de défier les impossibles,
d’imaginer le rêve et d’en être jusqu’à la fin.

(Tahar Ben Jelloun)

 

Recueil: Que la Blessure se ferme
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il faut polir le creuset (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2017



Hommage aux anges
[8]

Il faut polir le creuset
et dans la coupe distiller

un mot des plus amers, mara,
un mot plus amer encore, mar,

mer, sel, brisant, séducteur,
donneur de vie, donneur de larmes ;

il faut polir le creuset
et poser le jet de flamme

en dessous, jusqu’à ce que mara-mar
aient fondu, fusionnent et se joignent

et changent et s’altèrent,
mer, mere, mère, mater, Maïa, Marie,

Étoile de la Mer,
Mère.

[9]

Amer, amer joyau
au coeur de la coupe,

quelle est ta couleur ?
que nous offres-tu

à nous, rebelles ?
qu’étions nous si tu en avais aimé d’autres ?

quel est ce mère-père
qui déchire nos entrailles ?

quelle est cette dualité insatisfaite
que tu ne peux satisfaire ?

***

Now polish the crucible
and in the bowl distill

a word most bitter, marah,
a word bitterer still, mar,

sea, brine, breaker, seducer,
giver of life, giver of tears;

Now polish the crucible
and set the jet of flame

under, till marah-mar
are melted, fuse and join

and change and alter,
mer, mere, mè re, mater, Maia, Mary,

Star of the Sea,
Mother.

Bitter, bitter jewel
in the heart of the bowl,

what is your colour?
what do you offer

to us who rebel?
what were we had you loved other?

what is this mother-father
to tear at our entrails?

what is this unsatisfied duality
which you can not satisfy?

(Hilda Doolittle)

Illustration: Marie-Claude Deyts

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

8 septembre (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2015



8 septembre

Aujourd’hui, notre temps a été coupe pleine,
aujourd’hui, notre temps a été vague immense,
aujourd’hui, terre entière.

Aujourd’hui la mer, houle furieuse,
nous a portés si haut dans un baiser
que nous avons tremblé
sous l’éclair fulgurant
et l’un à l’autre liés, nous sommes descendus
au fond des eaux sans desserrer l’étreinte.

Aujourd’hui nos corps ont grandi, grandi,
ils sont arrivé jusqu’au bout du monde
et ils ont roulé, fusionné :
goutte unique
de cire ou météore.

Entre nous – toi et moi – une porte nouvelle
s’est ouverte où quelqu’un, encore sans visage,
nous attendait.

(Pablo Neruda)


Illustration: Giorgio de Chirico

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »