Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Georges Bonnet)’

Aux prises avec les êtres et les choses (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2022



Aux prises avec
les êtres et les choses
ainsi passent les heures
en brusques tendresses
ou éloignements
Un voisin laisse sous la pluie
tout l’hiver ses chaises de jardin
Des morts et des vivants
brûlent dans un journal
enflammé sous des brindilles
Un insecte surgi de terre
se mêle un instant bref
à notre temps

(Georges Bonnet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et parfois dans l’ombre (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2022



et parfois dans l’ombre
le spectre d’une guerre
alerte les colombiers endormis

(Georges Bonnet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

HLM (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 3 janvier 2022


hlm

Des grappes de destins
pendent aux fenêtres

Jusqu’aux pelouses maigres
où quelques arbres
gardent cette fidélité
faite de renoncements

La solitude sous leurs branches
ressemble aux pendaisons

(Georges Bonnet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Une école comme tant d’autres (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2018



 

Une école comme tant d’autres
Des enfants bruyants

Le silence grandit
quand on le nomme

Les fenêtres soudain
portent le ciel

(Georges Bonnet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ce n’était pas encore l’allégresse (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018



edvard-munch-pommier-o1_500-800x600

 

Ce n’était pas encore l’allégresse
mais le ciel dans les pommiers
au plus près des oiseaux
allait jusqu’à la danse
et les fleurs les plus graciles
se faisaient libellules

Ils se donnaient tels qu’ils étaient
avec dans leurs paroles
le risque de l’amitié

(Georges Bonnet)

Illustration: Edvard Munch

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cela se passe quelque part (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018



Cela se passe quelque part
Une main posée sur un livre
L’amitié d’un seuil
La pluie tiède sur une peau
Un secret dans son enclos

(Georges Bonnet)

Illustration: Francine Van Hove

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parce que ce matin tout est sourire (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2018



Parce que ce matin
tout est sourire et que les choses
n’en finissent pas d’amitié
l’avenir sans effort se disperse
en nuages et en graines les rives
cheminent au pas de nos paroles
le verger est lumière et l’on voit
briller les eaux de ses consentements
tandis que la tendresse
publique du jour
fait chanter dans la chambre
en connivence d’odeurs
les ruisseaux tièdes d’une robe abandonnée

(Georges Bonnet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les manèges tournent (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2018



Les manèges tournent
regardent passer les arbres
un pont trahit le ciel
Puis un corbillard ouvre ses ailes
une annonce est lue
à travers une vitre
On contemple les mêmes vies
qui s’enlisent dans les jours
Des connivences naissent
que le regard n’attend pas
d’humbles choses en quête de temps
chantent comme seuls
savent le faire les pauvres gens
dans les instants où rien
ne lacère leur ciel

(Georges Bonnet)

Illustration: Mark Gertler

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un remords s’éloigne (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2018



arbre-ciel-44

Un remords s’éloigne
tel un repli d’araignée

Le sommeil dans les feuillages
du haut d’un oiseau

Sur la pelouse humide
le pas reste confiant

(Georges Bonnet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Encore tièdes comme un oiseau (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2018



Lors des grands froids,
l’eau des fossés gelait
et la prairie se couvrait de neige.
Pour affronter la nuit des chambres sans feu,
des briques étaient mises à chauffer dans le four de la cuisinière,
puis glissées dans une chaussette de laine.
Elles répandaient longtemps entre les draps leur chaleur,
pour se donner à l’aube,
encore tièdes comme un oiseau.

(Georges Bonnet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :