Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Georges Moustaki)’

Milord (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 31 août 2019



 

Régis Bernard _Fille_de_joie_a_Amsterdam_78

Milord

Allez, venez, Milord!
Vous asseoir à ma table;
Il fait si froid, dehors,
Ici c’est confortable.
Laissez-vous faire, Milord
Et prenez bien vos aises,
Vos peines sur mon coeur
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord,
Vous ne m’avez jamais vue
Je ne suis qu’une fille du port,
Qu’une ombre de la rue…

Pourtant je vous ai frôlé
Quand vous passiez hier,
Vous n’étiez pas peu fier,
Dame! Le ciel vous comblait:
Votre foulard de soie
Flottant sur vos épaules,
Vous aviez le beau rôle,
On aurait dit le roi…
Vous marchiez en vainqueur
Au bras d’une demoiselle
Mon Dieu!… Qu’elle était belle…
J’en ai froid dans le coeur…

Allez, venez, Milord!
Vous asseoir à ma table;
Il fait si froid, dehors,
Ici c’est confortable.
Laissez-vous faire, Milord,
Et prenez bien vos aises,
Vos peines sur mon coeur
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord,
Vous ne m’avez jamais vue
Je ne suis qu’une fille du port
Qu’une ombre de la rue…

Dire qu’il suffit parfois
Qu’il y ait un navire
Pour que tout se déchire
Quand le navire s’en va…
Il emmenait avec lui
La douce aux yeux si tendres
Qui n’a pas su comprendre
Qu’elle brisait votre vie
L’amour, ça fait pleurer
Comme quoi l’existence
Ça vous donne toutes les chances
Pour les reprendre après…

Allez, venez, Milord!
Vous avez l’air d’un môme!
Laissez-vous faire, Milord,
Venez dans mon royaume:
Je soigne les remords,
Je chante la romance,
Je chante les milords
Qui n’ont pas eu de chance!
Regardez-moi, Milord,
Vous ne m’avez jamais vue…
…Mais vous pleurez, Milord?
Ça je l’aurais jamais cru!

Eh ben, voyons, Milord!
Souriez-moi, Milord!
…Mieux que ça! Un petit effort…
Voilà, c’est ça!
Allez, riez, Milord!
Allez, chantez, Milord!
La-la-la…

Mais oui, dansez, Milord!
La-la-la…
Bravo Milord!
La-la-la…
Encore Milord!…
La-la-la…

(Georges Moustaki)

Illustration: Régis Bernard


 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sarah (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2018



David Alfaro Siqueiros the-sob-1939
    
Sarah

La femme qui est dans mon lit
N´a plus 20 ans depuis longtemps
Les yeux cernés
Par les années
Par les amours
Au jour le jour
La bouche usée
Par les baisers
Trop souvent, mais
Trop mal donnés
Le teint blafard
Malgré le fard
Plus pâle qu´une
Tâche de lune

La femme qui est dans mon lit
N´a plus 20 ans depuis longtemps
Les seins si lourds
De trop d´amour
Ne portent pas
Le nom d´appas
Le corps lassé
Trop caressé
Trop souvent, mais
Trop mal aimé
Le dos vouté
Semble porter
Des souvenirs
Qu´elle a dû fuir

La femme qui est dans mon lit
N´a plus 20 ans depuis longtemps
Ne riez pas
N´y touchez pas
Gardez vos larmes
Et vos sarcasmes
Lorsque la nuit
Nous réunit
Son corps, ses mains
S´offrent aux miens
Et c´est son cœur
Couvert de pleurs
Et de blessures
Qui me rassure

(Georges Moustaki)

Illustration: David Alfaro Siqueiros 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous n’étions pas pareils (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 5 octobre 2018



Nous n’étions pas pareils

Nous n´étions pas pareils,
Moi, l´enfant du soleil
Et toi, fille des brumes.
Tu avais la peau claire
Plus blanche que l´hiver,
Moi, j´avais la peau brune.
Ta valise à la main,
Tu venais de très loin,
Peut-être de Norvège.
Moi, je venais d´ailleurs,
D´un pays où les fleurs
Ne craignent pas la neige.

Nous n´étions pas pareils.
Comment brume et soleil
Pouvaient-ils se comprendre?
Notre Tour de Babel,
C´était un vieil hôtel,
Quatre murs d´une chambre.
Nous avons parcouru
Chaque petite rue
De la carte du Tendre
Et nous avons dormi
Des mille et une nuits
Plus belles que la légende.

Nous n´étions pas pareils,
Moi, l´enfant du soleil
Et toi, fille de brumes.
Si je venais chez toi,
J´aurais beaucoup trop froid,
J´attraperais un rhume.
Chez moi, si tu venais,
Tu serais étonnée
De ne pas voir la neige,
Mais il neige en mon cœur
Des pétales de fleurs
Qui viennent de Norvège.

Nous n´étions pas pareils,
Moi, l´enfant du soleil
Et toi, fille des brumes.

(Georges Moustaki)

Illustration: Katarina Smuraga

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et pourtant dans le monde (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2018




    
Et pourtant dans le monde

On nous dira qu´on a tort de chanter
La fraternité et la liberté,
Que tout cela ne sert à rien,
Que ce n´est pas encore pour demain

{Refrain:}
Et pourtant dans le monde
Les enfants nous répondent
Et pourtant dans le monde…

On nous dira qu´on a tort de rêver
En croyant vivre la réalité,
Qu´il faut garder les yeux ouverts
Et regarder ce qui va de travers.

{au Refrain}

On nous dira qu´on a tort de crier
Et de clamer nos quatre vérités,
Qu´il vaut mieux se taire ou mentir,
Et surtout savoir garder le sourire.

{au Refrain}

On nous dira qu´on a tort de parler
De l´amour comme si il en existait,
Qu´il ne s´agit que d´un mirage,
Une illusion qui n´est pas de notre âge.

{au Refrain}

On nous dira qu´on a tort ou raison,
Ca nous fera pas changer de chanson,
On vous la donne comme elle est,
Vous pourrez en faire ce qu´il vous plaît.

{au Refrain, x3}

(Georges Moustaki)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi mon Dieu (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2018



 

Andrea Orr - American Figurative painter    (1) [1280x768]

Pourquoi mon Dieu

Oh toi qui sais combien mon Dieu c´est fragile un amour
Pourquoi l´avoir laissé mourir sans lui porter secours
C´était un fleuve ivre de vie
Mais la source s´est tarie
Oh mon Dieu pourquoi mon Dieu
Il n´y a plus que l´amertume
Dans mon cœur qui se consume
Oh mon Dieu pourquoi mon Dieu
Qu´adviendra-t-il de moi mon Dieu
Qu´adviendra-t-il de moi de nous
On peut sourire on peut souffrir
On peut mourir d´un souvenir
Pourquoi mon Dieu pourquoi mon Dieu
Oh toi qui sais combien mon Dieu c´est fragile un amour
Pourquoi l´avoir laissé brûler au soleil de mes jours
Il n´y a plus que son ombre
Portant le chagrin du monde
Oh mon Dieu pourquoi mon Dieu
Je n´ose même plus attendre
Qu´il renaisse de ses cendres
Oh mon Dieu pourquoi mon Dieu
Qu´adviendra-t-il de moi mon Dieu
Qu´adviendra-t-il de moi de nous
On peut sourire on peut souffrir
On peut mourir d´un souvenir
Pourquoi mon Dieu pourquoi mon Dieu

Pourquoi mon Dieu…

(Georges Moustaki)

Illustration: Andrea Orr

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les musiciens (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2018



 

Dimo Kolibarov  c3b

Les musiciens

Un jour ici, un jour ailleurs,
Un jour on rit, un jour on meurt.

{Refrain:}
On est les musiciens,
On est les baladins.
On se balade en ce jardin
Fleuri de joie et de douleur.

Oiseau de nuit un peu moqueur,
Faiseur de pluie, parfois menteur.

{Refrain}

Amour, ami, amant de cœur,
Bonsoir, merci, et sans rancœur.

{Refrain}

Un jour ici, un jour ailleurs,
Un jour on rit, on jour on meurt.

{Refrain}

On est les baladins
On se balade en ce jardin
Fleuri de joie et de douleur.
{x7}

(Georges Moustaki)

Illustration: Dimo Kolibarov 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

De l’eau… de l’eau (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2018



 

Theodore Clement Steele  morning-by-the-stream-1893 [1280x768]

De l’eau… de l’eau

J´ai traversé plus d´une fois le désert
Pour retrouver tous les trésors enfouis,
Les fabuleuses richesses millénaires,
Mais je n´ai plus qu´un seul rêve la nuit :

{Refrain:}
De l´eau, de l´eau fraîche pour ma gorge
Qui se dessèche, de l´eau…
Par pitié, de l´eau…

Le ciel trop clair, le soleil trop brûlant
M´ont aveuglé, m´ont fait perdre l´esprit.
Je donnerais mon or pour une caresse du vent
Et, pour calmer la soif qui me poursuit,

{Refrain}

Un jour, je sais, la vie quittera mon corps
En plein milieu de ce maudit désert.
Le sable blanc sera mon lit de mort,
Mais je verrai par mes yeux entrouverts

{Refrain}

Alors, mon Dieu qui m´accueillerez là-haut,
Faites qu´avant que je quitte la terre
Je puisse entendre la chanson de l´eau
Et découvrir au creux d´une rivière

{Refrain}

(Georges Moustaki)

Illustration: Theodore Clement Steele 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Voyage (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2018



 

John Silver 1959 - British Figurative painter -  - (1) [1280x768]

Voyage

La fille près de qui je dors,
M´enroule dans ses cheveux d´or
Comme une araignée dans sa toile.
Moi, j´en appelle à mon étoile
Qui me fera trouver le nord…

Les bateaux reposent encor
Dans les eaux profonds du port,
épuisés par leurs longs voyages.
Moi, j´en appelle au vent du large
Qui me fera quitter le bord.

La nuit que déchire l´aurore
N´est plus que l´envers du décor
De tous mes rêves périssables.
J´en appelle au désert de sable
Qui me fera trouver de l´or.

Je m´en irai l´âme et le corps
Guidés par un commun accord
De tous mes sens insatiables.
J´en appelle à Dieu et à Diable
Qui me feront trouver la mort.

La fille près de qui je dors
M´enroule dans ses cheveux d´or
Comme une araignée dans sa toile.

(Georges Moustaki)

Illustration: John Silver

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les marchands (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018



 

Quotes

Les marchands

Il y avait des bois et des champs,
Les fruits poussaient spontanément
Et les fleuves étaient transparents
Avant que viennent les marchands.

La terre aimait bien ses enfants,
Et la nuit berçait ses amants.
On faisait l´amour tendrement
Avant que viennent les marchands.

On travaillait tout doucement,
On se reposait très souvent.

On allait en tapis volant
Visiter les pays d´orient.
Le désert était encor blanc
Avant que viennent les marchands.

On était tous les fils du vent
Et les chiens n´étaient pas méchants.
On pouvait rêver librement
Avant que viennent les marchands.

On travaillait tout doucement,
On se reposait très souvent.

On vivait le reste du temps.

(Georges Moustaki)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle est elle (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018



 

0_319cc_3f683820_orig.jpg

Elle est elle

Elle est docile
Elle est rebelle
Elle est changeante
Et éternelle
Elle est blue-jean
Elle est dentelle
Elle est vestale
Elle est charnelle

Elle est, elle est, elle est, elle est, elle est {x4}

Elle est gamine
Elle est femelle
Elle est fugace
Elle est fidèle
Elle est Mozart
Elle est Ravel
Elle est passion
Elle est pastel

Elle est, elle est, elle est, elle est, elle est {x4}

Elle est jadis, elle est futur
Elle est le havre et l´aventure
Elle est le musc et la lavande
Elle est l´Espagne, elle est l´Irlande

Elle est consonne
Elle est voyelle
Elle est l´orage
Et l´arc-en-ciel
Elle est guitare
Et violoncelle
Elle est tigresse
Elle est gazelle

Elle est, elle est, elle est, elle est, elle est {x4}

Elle est jadis, elle est futur
Elle est le havre et l´aventure
Elle est le musc et la lavande
Elle est l´Espagne, elle est l´Irlande

Elle est piment
Elle est cannelle
Elle est la poudre
Et l´étincelle
Elle est docile
Elle est rebelle
Elle est changeante
Et éternelle

Elle est, elle est, elle est, elle est, elle est {x4}

(Georges Moustaki)

Illustration: François Lassere

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :