Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Georges Ribemont-Dessaignes)’

La porte du miroir (Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2018



 

Elena Kalis   b

La porte du miroir

J’ai ouvert la porte du miroir, ah quel est donc ce bruit
Et cette fureur,
Et quelle est cette rumeur qui bat comme des vagues
Ou comme un coeur ?
Une lumière des lampadaires ou des soleils ou des lucioles
Vacille dans le cours de l’Histoire.

(Georges Ribemont-Dessaignes)

Illustration: Elena Kalis

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout est si simple (Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



 

Oiseau, oiseau, je ne demande pas pour qui tu chantes,
A toi, caillou, pourquoi tu tombes,
Tu ne tisses pas la toile, épeire, devant la porte d’outre-tombe
Tout est si simple.

O belle, je ne sais pas pourquoi j’aime ta trace
Dans le sable durci dans l’habitude des vagues,
Miroir, je ne demande rien au reflet de ma face,
Tout est si simple.

Un jour viendra qui déjà essaie sa robe noire,
La retouche et l’arrange et la prépare,
Qu’importe, un merle sifflera en riant dans le noir,
Tout est si simple.

Le monde est plein d’agneaux, de loups, de papillons,
De tigres, de requins, de pinsons, de serpents,
Et là-dessus laissez passer les quatre saisons,
Tout est très simple.

(Georges Ribemont-Dessaignes)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le pauvre héliotrope (Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2018



 

[…]
Et le pauvre héliotrope tout petit pour contenir tant
de chaleur et de lumière
Ignorant les limites de son amour,
Alors qu’il fallait se fondre et non posséder,
Et que si le repos de l’être exige du silence qu’il absorbe
l’esprit,
Au poème de la douce chair il n’est de foudroyant éclair
A unir les deux pôles du désir
Que dans l’ultime nuit,
Le pauvre héliotrope réduit à ne plus se connaître
Se fane, penche la tête,
Et le présent cligne de l’oeil,
Tandis que quelque part sur la voûte du zodiaque,
Du côté opposé au soleil,
Les éléphants de l’éternité sonnent de la trompe,
Et la chair inassouvie souhaite la mort
A l’heure que s’émeut le premier duvet de l’amour.

(Georges Ribemont-Dessaignes)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LOIN DE LA GRANDEUR (Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2018



 

LOIN DE LA GRANDEUR

Amis, qu’est-ce donc que vous cherchez,
Quel est l’arrêt de vos pas ?
Une petite île, une petite lumière,
Un petit repos, un petit sourire,
Un petit lit, un petit amour,
Une petite femme, un petit enfant,
Quelque chose qui ne soit pas grand,
Quelque chose dans les mains
Que ne mangent ni les aigles ni les vautours,
Ni les rats ni les vampires,
Quelque chose que Dieu ne voie pas.

(Georges Ribemont-Dessaignes)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Regardez (Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2017



 

Regardez, regardez, Messieurs, voyez cette puissante entreprise,
Et comme ils travaillent sans trêve, se retournant dans
les draps de la vie comme en un lit de cauchemar,
Avec la sueur au front, les mains moites, et poursuivant
on ne sait quelle aventure inéluctable,
Comme des employés de bureau d’une administration
impitoyable, devant une porte toujours fermée sur
laquelle un numéro se lit,
C’est là sans doute que repose le centre de l’affaire, le grand patron,
C’est le numéro 0,
Et si par hasard quelqu’un entrait, il verrait qu’il n’y a personne,
On ne voit rien, il n’y a ni table, ni chaise, ni téléphone,
ni rien qui vaille, pas de fenêtre non plus,
Rien que des vieux murs sans papier, absolument rien,
ni trace de personne,
N’empêche que c’est le bureau du patron, le numéro 0,
Et ils continuent à accomplir leur besogne, oh ! pour-quoi,
sans doute parce qu’il faut manger et qu’il y a des gosses à la maison,

(Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Un jour (Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2017



«Un jour, je ne sais pas pourquoi,
Mais sait-on jamais pourquoi,
Je suis devenu un arbre.»

(Georges Ribemont-Dessaignes)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :