Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Gérard Le Gouic)’

La grenouille croit à son envol (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2018



Dès qu’elle s’est hissée
sur une motte,

La grenouille croit à son envol.

(Gérard Le Gouic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’oiseau (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2018



Si l’oiseau sédentaire
crée l’arbre,

nul oiseau jamais n’inventera
la cage.

(Gérard Le Gouic)


Illustration: Uemura Atsushi

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Les poissons (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2018



Les poissons vivent
dans les cavernes de l’eau

qu’en se déplaçant
ils ouvrent et obstruent.

(Gérard Le Gouic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Ordonnez-moi (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2018



Ordonnez-moi
de ne plus quitter ma terre,
de ne plus vivre à l’écart,
dans des vallées d’asile,
dans des cités en exil.

Commandez-moi
de ne plus me dénouer de ce pays
qui me baptisa,
me refusa,
mais qui sera mon dernier lit.

Donnez-moi
de l’accepter tel quel :
à demi mangé,
à demi bouilli.
Je m’y sens bien
sans reconnaissable raison.

Je ne fréquenterai plus
les grandes villes
où m’attirait le quartier des gares
et me fascinaient les embarcadères.
J’ai oublié si j’épargnais
en vue d’un billet de départ
ou d’une prostituée qui avait
un peu de mon visage
et sûrement le double de mon âge.

J’ai perdu le regret
des lointains voyages,
ne m’enivre plus l’odeur
qui flotte dans les aérogares
et cette fragile lenteur
des passagers en proie
à une demi-peur.
Je ne vais plus aujourd’hui
que de Quimper à Quimperlé,
à Brest ou à Morlaix.

J’ai perdu aussi le regret
des grandes amours de chair,
me contentant de qui je contente
et si j’aime encore
ce n’est plus que le pays
dont les frontières pour le moment
s’enroulent en moi en pelote,
si j’aime encore
ce n’est plus que la Bretagne qui me porte.

(Gérard Le Gouic)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

J’ai mal aux amours (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



J’ai mal aux amours qui se meurent
des automnes trop doux.

J’ai mal aux bras qui enserrent
et peu à peu attirent vers la terre
où se forment les accouplements
et se désagrègent les morts.

J’ai mal aux lèvres qui caressent
et transmettent l’impalpable de la tendresse ;
en l’autre bouche je ne trouve
que le goût amer de mon propre palais.

J’ai mal aux amours qui se retirent
comme d’une plage, la mer.
J’ai peur de découvrir
à la place de ma poitrine
une vasière.

(Gérard Le Gouic)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les grenouilles (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



Dans l’âtre au centre des eaux
où brûlent des feuillages de galaxies,
des sarments de nébuleuses,

les grenouilles ont des poses
de grillon

(Gérard Le Gouic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

L (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2018



L

Balade
avec deux pieds.

Ballade
avec deux ailes.

(Gérard Le Gouic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Suivant le vol des canards (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2018



La frontière entre le marais
et son enveloppe de ciel

varie suivant
le vol des canards.

(Gérard Le Gouic)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Police sécrète (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2018



Toute anguille
conduit

à la police sécrète
des eaux.

(Gérard Le Gouic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Pourtant (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



Par endroits
l’eau dépasse à peine
la hauteur d’une main,

pourtant l’oiseau sent un vide
sous ses ailes.

(Gérard Le Gouic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :