Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘gitane’

LA NONNE GITANE (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 2 mai 2019


 


toffoli_brodeuse-7442-450-450

 

LA NONNE GITANE

Silence de chaux et de myrte.
Mauves dans les herbes fines.
Sur une toile jaune paille
la nonne brode des giroflées.
Volent dans le lustre gris
les sept oiseaux du prisme.
Tel un ours panse en avant
loin de là grogne l’église.
Comme elle brode ! Quelle grâce !
Sur la toile jaune paille
elle aimerait bien broder
des fleurs à sa fantaisie.
Quel tournesol ! Quel magnolia
de faveurs et de clinquant !
Quels safrans et quelles lunes
sur la nappe de l’autel !
Cinq oranges en compote
cuisent dans l’office proche :
ce sont les plaies du Christ
cueillies près d’Almeria.
Dans le regard de la nonne
galopent deux cavaliers.
Une rumeur dernière et sourde
lui décolle la chemise,
la vue des monts et des nuées
dans les lointains arides
fait qu’alors son coeur se brise,
son mur de sucre et de verveine.
Oh, quelle plaine escarpée
sous l’éclat de vingt soleils !
Quelles rivières soulevées
entrevoit sa fantaisie !
Mais à ses fleurs elle s’applique
tandis que debout dans la brise
l’éclat du jour joue aux échecs
par les fentes de la jalousie.

(Federico Garcia Lorca)

Illustration: Louis Toffoli 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que ne suis-je peintre (Béatrice Bastiani-Helbig)

Posted by arbrealettres sur 25 avril 2019



Que ne suis-je peintre
pour dire les couleurs,
la légèreté,
la lumière,
la transparence
des fleurs de mon jardin…

Coquelicot,
rouge éclatant
mais si fragile,
lumineux,
jupe gitane dansant
dans la brise.

Iris,
mauve pâle
long, élégant,
gracieux,
peint par Van Gogh
et par Maman
si joliment.

Chaque jardin a une histoire.
Il est un peu notre mémoire.
Nostalgie et tendresse
pour nos aînés,
pour nos aimés.

Jacinthes de Roubaix,
enfance de mon père.
Iris et lilas d’Alfortville,
enfance de ma mère.

Iris, jacinthes,
lilas et jonquilles,
et glycine au délicieux parfum,
mon enfance.

Mon enfance réveillée
chaque matin de printemps,
mon enfance toujours
émerveillée.

Et gentil coqu’licot, Mesdames,
Gentil coqu’licot nouveau.

(Béatrice Bastiani-Helbig)

 

Illustrations amicalement envoyées par l’auteure


 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Chanson de la gitane (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2019



Chanson de la gitane

Mets sur ton coeur si tu vas à la guerre
mon portrait de San Feliu de Léon
vienne la balle meurtrière
ensemble nous mourrons.

(Armand Lanoux)


Illustration: Maurice Callewaert

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Та solitude (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 7 juin 2018




    
Та solitude
a une chouette
pour amie

Та solitude
a une gitane
pour sosie

Son châle est un nuage
Son peigne l’enjeu d’un pari
impossible

Та solitude
a combien de cris
pour couteau

(Edmond Jabès)

 

Recueil: Le Seuil Le Sable Poésies complètes 1943-1988
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je sais que c’est sans entendre (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 23 décembre 2017



Illustration: Alexey Steele

    
Je sais que c’est sans entendre
que tu parles cette langue inconnue

Mais à qui ferais-je confidence
sur ma lande sans une oreille ?

Tu deviens un moi-même de rêve
vêtu d’une cape de noire transparence
un fort géant sur un cheval
qui me vengera si je meurs.

A qui dirai-je sur ma lande
que m’attend dans la ville une infante
pétrie de mûre et de lait
à qui dirai-je que m’attend
la neige et le charbon
le gel et la brûlure
d’une gitane amoureuse.

A qui dirai-je
sinon à toi
que j’épouse demain la folie.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fantasques (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2017




Illustration: Roger Vandenbulcke
    
Fantasques

Dans la roulotte l’hiver est dur
trois jeunes femmes grêles et nues
dans le froid noir pleurent et pleurent
devant leurs pauvres vêtements
sous lequel meurt
la vieille gitane
en claquant les dents
et froissant leur corps.

O le sang d’un amant
pour ce soir
où l’hiver et la mort
brûlent l’ultime voile.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Venez: l’heure est plus douce à l’ombre du platane (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 9 juin 2017



La mer étincelait ainsi qu’une gitane
Sous ses volants d’azur où scintille le fer;
Et tu m’as dit: « Que je suis lasse de la mer.
Venez: l’heure est plus douce à l’ombre du platane.»

(Paul-Jean Toulet)


Illustration:
Petr Halak

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les deux gitanes (Philippe Chabaneix)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2016



Les deux gitanes

De ta plus jeune sœur qui demandait l’aumône
Je garde souvenir,
Et je te vois encore, Inès, en robe jaune
Vers moi soudain venir

Du fond de cette place, à l’ombre des platanes,
Quand s’approchait le soir,
Belle de tout l’éclat singulier des gitanes
Aux yeux de soleil noir.

(Philippe Chabaneix)

Illustration: Kees Van Dongen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA PETITE GITANE (Ruben Dario)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2016



 

LA PETITE GITANE
(La gitanilla)

Merveilleusement elle dansait. Les diamants
noirs de ses yeux répandaient leur éclat;
beau était son visage, aussi beau
que celui des gitanes de Miguel Cervantès.

D’oeillets rouges éclatants s’ornait
Ie cercle obscur du casque des cheveux;
et la tête, assurée sur le bronze du cou,
avait la patine des heures vagabondes.

Les guitares disaient sur leurs cordes sonores
les vagues aventures et les heures errantes;
les fandangos volaient et l’oeillet embaumait;

la gitane, enivrée de luxure, de tendresse,
sentit que tombait au sein de son corsage
le beau louis d’or de l’artiste de France.

(Ruben Dario)

Illustration: Yann Rivron

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie avance pieds nus (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 5 décembre 2015



La poésie avance pieds nus, on ne l’entend pas,
une phrase claque sur la page, on se retourne :
elle vient d’entrer, la gitane.

Elle fait de notre âme un panier d’osier.
Elle nous parle des agencements secrets
des fleurs et des étoiles.

(Christian Bobin)

Illustration: Fabienne Contat

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :